La Luz – Weirdo Shrine

Aperçues en première partie de la maléfique Angel Olsen il y a quelques mois, les filles de La Luz remettent le couvert avec un nouveau album produit par le très et trop prolifique Ty Segall. Résultat des courses : rien de nouveau sous le soleil si ce n'est que ce disque nous servira d'apéritif frelaté pour attendre le nouveau disque de Richard Hawley.

La Luz

Après quelques écoutes de Weirdo Shrine, nous résumerons cette chronique et surtout notre état d’esprit: La Luz la loose.
Les choses avaient pourtant bien commencé avec ces filles de Seattle. Le premier disque It’s Alive était un clin d’œil futé aux Ramones et la guitariste Shana Cleveland partageait la même coup de cheveux que Tonton Joey.
Nous étions donc en droit de nous attendre à quelque chose de correct avec le toujours très difficile deuxième album. Pour être difficile, il est difficile… à écouter. Pensant bien faire, le label Sub Pop a sûrement sorti son chéquier et a récupéré Ty Segall en guise de producteur. Il avait un peu de temps libre ces dernières semaines car il n’a écrit que 3433 chansons au mois de mars et n’a publié que 123 disques au mois d’avril.
Et ce qui devait arriver arriva: Ty Segall a phagocyté l’esprit plus que sympathique de ce groupe et les fait jouer du Ty Segall. Alors écouter du Ty Segall avec des couettes est une chose, s’ennuyer avec du Ty Segall avec des couettes en est une autre. Car Weirdo Shrine ne décolle pas du tout et pourrait s’arrêter dès la première chanson qui porte un nom de circonstance : Sleep Till They Die.
Les riffs sauvent un peu l’affaire (You Disappear, I Can’t Speak) et il faut attendre le dernier morceau pour voir un tant soit peu de lumière.

Au suivant…

La Luz – Don’t Wanna Be Anywhere

Tracklist : La Luz - Weirdo Shrine
  1. Sleep Till They Die
  2. You Disappear
  3. With Davey
  4. Don't Wanna Be Anywhere
  5. I Can't Speak
  6. Hey Papi
  7. I Wanna Be Alone (With You)
  8. I'll Be True
  9. Black Hole
  10. Weirdo Shrine
  11. Oranges
  12. True Love Knows

Weirdo Shrine de La Luz sortira le 07 août 2015 via Hardy Art / Sub Pop.

La Luz – Weirdo Shrine
4/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

DER

[EXCLU] RED is not dead !

RED devient DER et nous offre le premier clip de la saga du cerf destroy et du City Town Bear clone de l’iguane en avant première de son nouvel album Supersound qui sortira le 18 Mars sur les labels Bisou Records et Beast Records.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.