Aperçues en première partie de la maléfique Angel Olsen il y a quelques mois, les filles de La Luz remettent le couvert avec un nouveau album produit par le très et trop prolifique Ty Segall.
Résultat des courses : rien de nouveau sous le soleil si ce n’est que ce disque nous servira d’apéritif frelaté pour attendre le nouveau disque de Richard Hawley.

La Luz

Après quelques écoutes de Weirdo Shrine, nous résumerons cette chronique et surtout notre état d’esprit: La Luz la loose.
Les choses avaient pourtant bien commencé avec ces filles de Seattle. Le premier disque It’s Alive était un clin d’œil futé aux Ramones et la guitariste Shana Cleveland partageait la même coup de cheveux que Tonton Joey.
Nous étions donc en droit de nous attendre à quelque chose de correct avec le toujours très difficile deuxième album. Pour être difficile, il est difficile… à écouter. Pensant bien faire, le label Sub Pop a sûrement sorti son chéquier et a récupéré Ty Segall en guise de producteur. Il avait un peu de temps libre ces dernières semaines car il n’a écrit que 3433 chansons au mois de mars et n’a publié que 123 disques au mois d’avril.
Et ce qui devait arriver arriva: Ty Segall a phagocyté l’esprit plus que sympathique de ce groupe et les fait jouer du Ty Segall. Alors écouter du Ty Segall avec des couettes est une chose, s’ennuyer avec du Ty Segall avec des couettes en est une autre. Car Weirdo Shrine ne décolle pas du tout et pourrait s’arrêter dès la première chanson qui porte un nom de circonstance : Sleep Till They Die.
Les riffs sauvent un peu l’affaire (You Disappear, I Can’t Speak) et il faut attendre le dernier morceau pour voir un tant soit peu de lumière.

Au suivant…

La Luz – Don’t Wanna Be Anywhere

Tracklist : La Luz - Weirdo Shrine
  1. Sleep Till They Die
  2. You Disappear
  3. With Davey
  4. Don't Wanna Be Anywhere
  5. I Can't Speak
  6. Hey Papi
  7. I Wanna Be Alone (With You)
  8. I'll Be True
  9. Black Hole
  10. Weirdo Shrine
  11. Oranges
  12. True Love Knows

Weirdo Shrine de La Luz sortira le 07 août 2015 via Hardy Art / Sub Pop.

La Luz – Weirdo Shrine2.0
4/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

RBCF Sideways To NewI Italy

Rolling Blackouts C.F. – Sideways To New Italy

Les choses vont vite avec les Rolling Blackouts Coastal Fever qu’il convient d’appeler désormais les Rolling Blackouts C.F.. En deux ans, ce groupe australien a déjà publié un album, deux EP’s et une flopée de singles. Les revoilà avec Sideways To New Italy, un disque de dix chansons qui met à l’honneur l’héritage de R.E.M.…
Rolling Blackouts Coastal Fever - She's There

Vidéo : Rolling Blackouts Coastal Fever – She’s There

Avoir la fièvre pour celle que l’on désire est encore plus difficile si l’on est « coincé sur le bord » ou confiné solitaire. Elle est là mais on ne peut l’atteindre alors il ne reste qu’à dire son nom pour la faire apparaître.
Corridor

Mi Amor Corridor

Premier groupe francophone à être signé chez Sub Pop (Nirvana, Mudhoney, Mark Lanegan), Corridor revient nous voir le temps de 3 concerts au mois de mai.
Corridor

Corridor met le nez dehors

Les Corridor publieront leur prochain album le moins prochain. En attendant, le groupe annonce trois dates en France et un nouveau single.

[Pitchfork 2019] Bas les masques Orville Peck !

Belle and Sebastian et Primal Scream seront à Paris le 1er novembre 2019. Immanquables évidemment. Tout comme le jeune Orville Peck, nouveau héros du label Sub Pop (Mudhoney, The Shins & Fleet Foxes)
Mudhoney

Good Morning Mudhoney !

Les Mudhoney ne dorment jamais ! Après un disque (excellent) et une tournée européenne en 2018, les revoilà avec une tournée américaine et un EP, Morning In America.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.