Mais qu’est-ce que c’est que ce foutoir ?
Après les Drums qui se sont appropriés le temps de quelques chansons l’âme de la pop écossaise des années 80, voilà que trois australiens boutonneux récupèrent l’intégralité de l’héritage de la Brit Pop sans passer chez le notaire avec un EP de cinq chansons.

Mais que fait le Royaume-Uni ? Le Nord de l’Angleterre est-il toujours vivant ? Oui, mais il est trop occupé à attendre les nouvelles chansons de ce neuneu poseur de Mac DeMarco ou à danser sur le dernier Foals.
Chacun ses priorités… Le NME devient gratuit et voilà que des Australiens se la jouent à la Lee Mavers. Le monde change que voulez-vous.

Bon Dieu que ces trois lascars sont fortiches. Et dans tous les domaines.
Explication.
Avant le plaisir des oreilles, le plaisir des yeux. En regardant les trois membres des DMA’S (Tommy O’Dell, Matt Mason, Johnny Took), on se voit transporter en 1993. Liam Gallagher n’a pas encore enregistré Supersonic et Damon Albarn va bientôt soutirer Justine Frischmann. Les futurs héros de la pop anglaise n’ont pas encore de pognon et leur look s’en ressent. Le bob Kangol et le jogging Adidas sont le dénominateur commun de tous ces braves gens. Et bien c’est pareil pour les DMA’S qui ont un certain talent pour porter des sapes totalement pourries et des boutons d’acné aussi charismatiques que leur coupe de cheveux.

DMA’S – Your Low

Ces lads ont peut-être le look de branleur de Manchester mais ont aussi le goût de l’effort de Noel Gallagher. Avant de boire des bières sur scène, les types se sont enfermés quelques années en studio pour composer et enregistrer une poignée de chansons.
Le résultat est bluffant. Les DMA’S ne foirent pas un seul de leur cinq morceaux. Et pourtant, en gérant l’héritage de Noel Gallagher et de Lee Mavers, le risque est immense. Toujours sur le fil, ces rejetons de Newtown dominent leurs influences.
Tommy O’Dell claque des refrains crâneurs (Laced, Delete) quand les deux autres moulinent sèchement.
Et c’est peut-être pour la première fois qu’un groupe arrive à se faire rencontrer Manchester et Liverpool sans que l’affaire vire au drame.
Dans quelques semaines, la tournée européenne des DMA’S passera le test critique londonien du 100 Club. Comme Oasis le 24 mars 1994. Vivement l’Erotika

DMA'S - DMA'S

Tracklist : DMA'S - DMA'S
  1. Laced
  2. Your Low
  3. Delete
  4. Feels Like 37
  5. The Plan
  6. So We Know

DMA’s de DMA’s est sorti depuis belle lurette et nous sommes très en retard.
Leur tournée européenne estivale ignore la France.

DMA’S – DMA’S EP4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
1 réponse sur « DMA’S – DMA’S EP »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
DMA'S

Les DMA’S n’ont pas les boules

Nos lads préférés revissent leurs casquettes Lacoste, crachent par terre et font de nouveau leur baluchon pour une nouvelle tournée européenne. Et bonne nouvelle pour nous : ils ont appris leur géographie et arrivent en France pour une seule date.
DMA'S

DMA’S, Chevaliers des Arts et Delete

Ils ont le physique des supporters de Manchester City et portent la casquette Ellesse comme personne. Il s’agit des DMA’S, des drôles d’australiens qui se croient en 1995 en pleine Oasismania. Et le pire dans tout cela ? Le résultat est bluffant.
DMA'S - Hill’s End

L’ADN des DMA’S

Les Australiens de DMA’S (qui ressemblent plus à des lads de Manchester) sortiront leur premier album au mois de février 2016. Jouant de la guitare comme Lee Mavers et portant la casquette comme personne, Johnny Took a fait plier l’Angleterre cet été lors d’une tournée à guichets fermés. Le reste de l’Europe devrait tomber dans…

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.