Les actionnaires d'Interscope (le label des Tame Impala) sont stressés cette semaine. Avec la sortie de Currents, c'est qu'ils jouent leurs dividendes de l'année les petits gars. On va les rassurer tout de suite, le troisième disque de Kevin Parker devrait bien se vendre. Mélangeant le pire des années 80 avec une philosophie de clubber du dimanche, Parker vire sa cuti et abandonne le créneau qu'il occupait depuis deux albums. Adieu psychédélisme et Melody's Echo Chamber, bonjour le dancefloor et les lendemains difficiles.


Avec Currents, Tame Impala réalise ce que les deux de MGMT n’ont jamais su faire mais n’arrive pas à la cheville de Deserter’s Songs de Mercury Rev. Nous voilà bien ennuyés pour le coup…

Il nous facilite pas la vie le Parker.

Premier problème de Currents : sa pochette.
Signée Robert Beatty, elle peut surtout signer l’arrêt de mort de Currents. L’auditeur, terrorisé par celle-ci, peut facilement passer son chemin et aller compter fleurette ailleurs.

Discographie

Deuxième problème : la triplette Let It Happen, The Less I Know The Better et ‘Cause I’m A Man.
La musique de l’ami Parker se caractérise par un manque de modestie chronique et toise la concurrence d’un regard dédaigneux. Quand on adopte cette attitude, il faut en avoir les moyens. Et c’est là où le bat blesse… Currents est comme un mauvais disque de New Order : les singles cachent la misère.

Let It Happen, morceau à rallonge idéalement placé au début du disque, fait la nique aux inoffensifs The Flaming Lips et fait du Mercury Rev à la sauce LSD de Sydney.
The Less I Know The Better, morceau disco funk glacial est le pendant triste du tube de Pharrell Williams et ‘Cause I’m A Man nous rappellera les heures d’Innerspeaker. Dave Fridmann, si tu nous vois…

Troisième problème : le reste du disque. Quel ennui !
Le nouveau prince (avec ou sans la majuscule, c’est selon) australien rend une copie impeccable au niveau de la production mais a oublié d’écrire des chansons.
The Moment et Eventually gonflent éventuellement un moment et agacent. Et le reste ? Il ne se passe rien ou pas grand chose. On assiste à une démonstration de force bien vaine…

Quatrième problème : comme nous n’aimons pas les problèmes, nous retournons écouter l’album de Melody’s Echo Chamber.

Cinquième problème : la note. Une étoile pour chaque single. Trois sur cinq. A part la triplette, ça ne vaut pas tripette.

Tame Impala – Cause I’m A Man

Tame Impala - Currents

Tracklist : Tame Impala - Currents
  1. Let It Happen
  2. Nangs
  3. The Moment
  4. Yes I'm Changing
  5. Eventually
  6. Gossip
  7. The Less I Know The Better
  8. Past Life
  9. Disciples
  10. Cause I'm A Man
  11. Reality in Motion
  12. Love/Paranoia
  13. New Person; Same Old Mistakes

Currents de Tame Impala est sorti le 17 juillet 2015.
Les Tame Impala seront en concert au Festival Rock En Seine le 28 août 2015 (Paris).

Tame Impala – Currents
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Cela pourrait vous intéresser

photos : Tame Impala aux Nuits de Fourvière 2016

photos : Tame Impala et Mac DeMarco aux Nuits de Fourvière 2016

Les actionnaires d’Interscope (le label des Tame Impala) sont stressés cette semaine. Avec la sortie de Currents, c’est qu’ils jouent leurs dividendes de l’année les petits gars. On va les rassurer tout de suite, le troisième disque de Kevin Parker devrait bien se vendre. Mélangeant le pire des années 80 avec une philosophie de clubber du dimanche, Parker vire sa…
Cabourg Mon Amour 2016

Cabourg Mon Amour mérite le détour !

Une affiche réalisée par Jean Jullien, la présence du trop rare C Duncan et la Normandie. Le festival Cabourg Mon Amour vient de réaliser le tiercé gagnant de l’été 2016. Voici une rapide sélection des gens à ne pas louper à la fin du mois de juillet dans cette belle ville de Cabourg.
Declan McKenna

Declan McKenna a la baraka

Declan McKenna et ses 16 ans vont envoyer Jake Bugg et ses morceaux à la maison de retraite. L’anglais McKenna a gagné le concours du meilleur jeune talent lors du festival de Glastonbury 2015 et s’apprête à publier un EP gorgé de chansons typiquement… anglaises. De festival, il en est encore question en 2016 puisque […]

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.