Les actionnaires d’Interscope (le label des Tame Impala) sont stressés cette semaine. Avec la sortie de Currents, c’est qu’ils jouent leurs dividendes de l’année les petits gars.
On va les rassurer tout de suite, le troisième disque de Kevin Parker devrait bien se vendre. Mélangeant le pire des années 80 avec une philosophie de clubber du dimanche, Parker vire sa cuti et abandonne le créneau qu’il occupait depuis deux albums. Adieu psychédélisme et Melody’s Echo Chamber, bonjour le dancefloor et les lendemains difficiles.

Avec Currents, Tame Impala réalise ce que les deux de MGMT n’ont jamais su faire mais n’arrive pas à la cheville de Deserter’s Songs de Mercury Rev. Nous voilà bien ennuyés pour le coup…

Il nous facilite pas la vie le Parker.

Premier problème de Currents : sa pochette.
Signée Robert Beatty, elle peut surtout signer l’arrêt de mort de Currents. L’auditeur, terrorisé par celle-ci, peut facilement passer son chemin et aller compter fleurette ailleurs.

Deuxième problème : la triplette Let It Happen, The Less I Know The Better et ‘Cause I’m A Man.
La musique de l’ami Parker se caractérise par un manque de modestie chronique et toise la concurrence d’un regard dédaigneux. Quand on adopte cette attitude, il faut en avoir les moyens. Et c’est là où le bat blesse… Currents est comme un mauvais disque de New Order : les singles cachent la misère.

Let It Happen, morceau à rallonge idéalement placé au début du disque, fait la nique aux inoffensifs The Flaming Lips et fait du Mercury Rev à la sauce LSD de Sydney.
The Less I Know The Better, morceau disco funk glacial est le pendant triste du tube de Pharrell Williams et ‘Cause I’m A Man nous rappellera les heures d’Innerspeaker. Dave Fridmann, si tu nous vois…

Troisième problème : le reste du disque. Quel ennui !
Le nouveau prince (avec ou sans la majuscule, c’est selon) australien rend une copie impeccable au niveau de la production mais a oublié d’écrire des chansons.
The Moment et Eventually gonflent éventuellement un moment et agacent. Et le reste ? Il ne se passe rien ou pas grand chose. On assiste à une démonstration de force bien vaine…

Quatrième problème : comme nous n’aimons pas les problèmes, nous retournons écouter l’album de Melody’s Echo Chamber.

Cinquième problème : la note. Une étoile pour chaque single. Trois sur cinq. A part la triplette, ça ne vaut pas tripette.

Tame Impala – Cause I’m A Man

Tame Impala - Currents

Tracklist : Tame Impala - Currents
  1. Let It Happen
  2. Nangs
  3. The Moment
  4. Yes I'm Changing
  5. Eventually
  6. Gossip
  7. The Less I Know The Better
  8. Past Life
  9. Disciples
  10. Cause I'm A Man
  11. Reality in Motion
  12. Love/Paranoia
  13. New Person; Same Old Mistakes

Currents de Tame Impala est sorti le 17 juillet 2015.
Les Tame Impala seront en concert au Festival Rock En Seine le 28 août 2015 (Paris).

Tame Impala – Currents3.0
6/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Inigo Montoya - Nuit Blanche

Inigo Montoya en pleine lumière

Vous n’avez pas pris assez de couleurs cet été ? Inigo Montoya nous allume dans un jardin des délices aux néons évocateurs.
We Are Match - Shores

Shark attack !

Shark, nouvel extrait du premier album de We Are Match à paraître le le 25/09.
We Are Match

We Are Match fait le point

La déferlante We Are Match inondera nos rivages pour prolonger l’été fin septembre. Un premier album et un passage attendu à Rock en Seine, l’occasion de faire le point avec le quintette normand.
Mark Lanegan - Houston

Mark Lanegan – Houston (Publishing Demos 2002)

Nous allons donc tranquillement ranger les disques de Kurt Vile et de Beirut sous le tapis du salon. En effet, inutile de chercher plus loin, c’est Mark Lanegan qui signe sans le savoir le disque de la rentrée. Le bougre ne savait qu’en enregistrant ces chansons en 2002, il signerait le disque qui mettrait au…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…