Tendres Tindersticks

Tindersticks au théâtre d'Arras
Avant d'enchaîner trois dates aux Bouffes du Nord à Paris au mois d'avril, les Tindersticks se sont lancés dans une grande tournée européenne pour défendre The Waiting Room, leur onzième album.

Les Tindersticks dans la place ! A deux pas de la Grand-Place, les Tindersticks jouent à guichets fermés au Théâtre d’Arras. Quatre ans de travail ont été nécessaires pour clôturer The Waiting Room. Il ne faudra pas quatre chansons à la bande de Stuart Staples pour fait chavirer les cœurs dans les méandres de sa discographie.

Après des débuts délicats (Were We Once Lovers), la voix de Stuart s’insinue dans chaque interstice de la salle. C’est bien simple, ce type pourrait nous réciter les Pages Jaunes du bottin de la Creuse qu’on l’écouterait religieusement. Il est étonnant Staples ! On le sent sur la réserve et totalement emprunt de timidité. Mais le répertoire de son groupe le métamorphose complètement. Entre chaque chanson, il remercie doucement le public, susurre quelques mots… Et se libère totalement en empruntant la voie tracée par les notes de Neil Fraser et les percussions divines d’Earl Harvin.

Discographie

L’acmé du concert d’Arras sera atteint lors de la sainte trilogie Dreamers, Show Me et This Fire of Autumn A Night So Still. Sous un nuage de fumée rouge, les Tindersticks envoient valser tout le monde.

Tindersticks – We Are Dreamers !

Le nouvel équipage des Tindersticks achève l’assistance avec une version de She’s Gone sensationnelle.
Mention spéciale à Earl Harvin qui arrive à nous faire oublier le toucher si délicat d’Alistair Macaulay. C’est dire l’exploit de ces gens !

Tindersticks

2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick
2016_02_27_Tinderstick

Crédit Photo : Vincent Héquet

The Waiting Room des Tindersticks est disponible dans toutes les bonnes crémeries et est publié par le label City Slang. Les Tindersticks sont en tournée dans toute l’Europe.

Tindersticks - The Waiting Room

Set List
Second Chance Man
Were We Once Lovers
Sleepy Song
Medecine
Boobar
The Otherside Of The World
Hey Lucinda
How He Entered
The Waiting Room
Planting Holes
Dreamers
Show Me
THis Fire of Autumn A Night So Still

Help Yourself
Life Only Lovers

Johnny Guitar
She’s Gone

Date : 27 février 2016

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Tindersticks

Can’t stop the Tindersticks

Se réinventer. Comment ne pas se répéter quand on a une discographie impeccable. En balançant un titre de 11 minutes totalement addictif à écouter lors de vos siestes crapuleuses ou lové à l’arrière des taxis.

Magnifique Thomas Belhom

Collaborateur de David Grubbs, de Giant Sand et de Calexico, batteur des Tindersticks le temps d’un album (The Hungry Saw) et des tournées qui couvrent la période de 2003 à 2010, Thomas Belhom trouve encore le temps d’écrire et d’enregistrer avec Thierry Mazurel, membre des indispensables Valparaiso et Bruno Green.
Tindersticks - For The Beauty

Vidéo : Tindersticks – For The Beauty

On referme cette année 2019 sur un espoir et sur la beauté des Tindersticks. For The Beauty ouvre l’île aux trésors de leur dernier stratosphérique album paru chez City Slang au titre programmatique et poétique, No Treasure But Hope.

Plus dans Concerts (live reports)

Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
molsemrahal-06sk

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.
The Pale Fountains

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait […]