Les Tindersticks sont donc de retour avec The Waiting Room le 22 janvier 2016.

Depuis la remise en route du groupe en 2003 avec la parution du divin The Hungry Saw, les Tindersticks n’ont eu de cesse de donner tort à ceux qui les affublèrent du sobriquet de « Nick Cave du pauvre » dans les années 1990.
Heureux hasard du calendrier, les Tindersticks sortent The Waiting Room le même jour que Night Thoughts de Suede. Si tout oppose ces deux groupes anglais, il faut noter que Brett Anderson et Stuart Staples bénéficient tous deux d’une nouvelle jeunesse engendrée par une mise au repos forcée de leur groupe respectif.

En 2002, qui pouvait penser que Suede publierait un de ses meilleurs disques avec Bloodsports en 2013?
En 2001, qui pouvait croire que les Tindersticks en auraient sous la pédale pour sortir un disque du calibre de Curtains en 2016?

Dans une interview, Joe Strummer expliquait de manière très explicite l’importance vitale d’avoir un bon batteur pour un groupe de rock. Si le batteur sait tout jouer, c’est dans la poche disait ce bon vieux Joe. Stuart Staples a écouté cette règle élémentaire en reconstituant ses Tindersticks. Pour palier le départ d’Alistair Macaulay, le nouveau conseiller général de la Creuse a réussi à attirer dans ses filets Earl Harvin (The The, Air et Seal!). Avec Macaulay, c’était parfait, avec Harvin, c’est de la came divine.
The Waiting Room est l’antichambre des enfers et Staples va nous faire franchir le Styx. Sur Were We Once Lovers? et surtout Help Yourself, les Tindersticks sonnent comme des jazzmen damnés qui jouent comme jamais. Oui comme jamais… Ces deux morceaux arrivent à éclipser les moments de bravoure de The Something Rain (Show Me Everything en tête évidemment). On remerciera au passage les arrangements de Julian Siegel.

Were We Once Lovers ? – Tindersticks

Nous embarquant sur une frêle coquille de noix (Follow Me qui ouvre l’album est une reprise d’un morceau de Bronislau Kaper présent sur la bande originale du film Les Révoltés du Bounty), les Tindersticks nous font passer par tous les états. On se régalera avec les morceaux classiques (Like Only Lovers Can) comme sur les duos (Hey Lucinda avec feu Lhasa et We Are Dreamers avec Jehnny Beth des Savages).

Tindersticks – Hey Lucinda

The Waiting Room est un projet gargantuesque car il a nécessité quatre ans de travail. Les Creusois d’adoption n’ont pas été les seuls à travailler puisque ce disque allie musique et cinéma. Chaque chanson est accompagnée d’un court-métrage tourné par un réalisateur différent. On compte dans les rangs des heureux élus Claire Denis (quelle surprise !), Richard Dumas (qui a aussi réalisé la pochette du disque), Christophe Girardet, Gregorio Graziosi, Rosie Pedlow & Joe King, Gabriel Sanna et Pierre Vinou. Certains concerts risquent donc d’être fantastiques.

Mais les images ne font pas oublier la musique. Et surtout les chansons de ce disque. Moins suave qu’à son accoutumée, la musique des Tindersticks gagne ici en légèreté et noblesse.

Grand cru donc. Très grand cru !

The waiting room des Tindersticks sera publié le 22 janvier 2016 via City Slang.
Les Tindersticks seront en concert les :

  • 11/02/16 : Clermont-Ferrand (ciné-concert au festival du court-métrage)
  • 24/02/16 : Dijon (Grand Théâtre)
  • 25/02/16 : Annemasse (Château Rouge)
  • 26/02/16 : Reims (La Cartonnerie)
  • 27/02/16 : Arras (Théâtre d’Arras)
  • 02/03/16 : Rouen (Le 106)
  • 03/03/16 : Bordeaux (Le Rocher de Palmer)
  • 04/03/16 : Tarbes (Le Parvis)
  • 05/03/16 : Nîmes (Paloma)
  • 19-20-21/04/16 : Paris (ciné-concert aux Théâtre Des Bouffes du Nord)

A l’occasion de la sortie de son nouvel album, le groupe vous invite à découvrir pour la première fois au cinéma le film collaboratif The Waiting Room Film Project au cinéma Étoile Lilas. Plus de détails par ici.

We Are Dreamers !

Tracklist : Tindersticks - The Waiting Room
  1. Follow Me
  2. Second Chance Man
  3. Were We Once Lovers?
  4. Help Yourself
  5. Hey Lucinda
  6. This Fear Of Emptiness
  7. How He Entered
  8. The Waiting Room
  9. Planting Holes
  10. We Are Dreamers!
  11. Like Only Lovers Can

Tindersticks – The Waiting Room4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…
Jehnny Beth - Heroine

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Jehnny Beth et l’amour à fleur de peau. Heroine est extrait de son premier album solo, To love is to live disponible le 12 juin.

Magnifique Thomas Belhom

Collaborateur de David Grubbs, de Giant Sand et de Calexico, batteur des Tindersticks le temps d’un album (The Hungry Saw) et des tournées qui couvrent la période de 2003 à 2010, Thomas Belhom trouve encore le temps d’écrire et d’enregistrer avec Thierry Mazurel, membre des indispensables Valparaiso et Bruno Green.
Tindersticks - For The Beauty

Vidéo : Tindersticks – For The Beauty

On referme cette année 2019 sur un espoir et sur la beauté des Tindersticks. For The Beauty ouvre l’île aux trésors de leur dernier stratosphérique album paru chez City Slang au titre programmatique et poétique, No Treasure But Hope.

Treasure & Tindersticks

Il a fallu six jours aux Tindersticks pour enregistrer No Treasure But Hope dans les studios parisiens de MidiLive. Et il nous faudra plus de six mois se remettre de ce trésor musical.
Tindersticks – No Treasure But Hope

Rosir de plaisir avec Tindersticks !

On écoute les Tindersticks depuis qu’ils nous ont accroché l’œil avec une danseuse de flamenco et l’oreille avec un titre, Patchwork. Depuis, chaque disque est un enchantement qui construit une oeuvre au sens classique du terme avec entre autres, Curtains, Simple Pleasure, The Hungry Saw, The Something Rain ou The Waiting room.

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.