Catégories
Interviews

L’eden d’Aidan Knight

Aidan Knight a tout pour énerver son monde. Beau garçon, ce canadien s’apprête à publier son nouvel album en Amérique du Nord et en Europe puisque le label anglais Full Time Hobby l’a signé il y a quelques mois.

En écoutant son précédent album, Small Reveal paru en 2012, le management de ce label a rapidement compris qu’il ne fallait pas laisser filer à l’anglaise ce garçon. La première écoute du nouveau disque, intitulé Each Other, donne évidemment raison aux gens de Full Time Hobby. Les huit titres de cet album sont splendides. Aidan Knight s’extirpe du carcan de la pop canadienne pour regarder vers les sombres disques des The National et d’une pop anglaise qui ne dit pas son nom. Et en plus d’être beau mec et doué, il est sympathique. La preuve avec cette interview.

Aidan Knight

Pourquoi as-tu appelé ton album Each Other ?

Aidan Knight : C’est une bonne question. Quand tu arrives à la fin de l’enregistrement de ton disque, les derniers jours auprès des amplis sont des jours très importants. Ta musique va bientôt te quitter et partir vers une nouvelle étape. A ce moment là, je vois vraiment ce que sont les paroles, les sons. Lors de ce moment je me suis aperçu que ce disque devait s’appeler Each Other car il évoque l’amour, le fait de partager sa vie avec quelqu’un et au final peut-être bien plus.

Et la pochette ? Il s’agit de ton chien ?

Aidan Knight : Non ce n’est pas mon chien mais celui d’une amie de la photographe Vanessa Heins.
Au départ, nous pensions mettre une image qui montrerait deux visages, en face à face, se regardant les yeux dans les yeux. Cela aurait été une image « inattendue ». Mais dès que tu prévois quelque chose, il y a souvent un petit grain de sable qui vient gêner tes plans. Cette photo est encore plus inattendue et est plus forte.

Comment as-tu rencontré le label Full Time Hobby ?

Aidan Knight : Je les ai rencontrés grâce à quelques contacts que j’ai au Canada. Je leur ai envoyé Small Reveal en 2012 et ce disque les a séduits. Grâce à celui-ci, chacun s’est dit : « Travaillons ensemble ».

Pourquoi as-tu décidé de travailler avec Marcus Paquin ?

Aidan Knight : Au départ, je voulais travailler avec lui car il avait collaboré avec les Arcade Fire sur leur disque The Suburbs, avec les Stars, les The National et aussi parce qu’il jouait de la guitare dans Little Scream. Son C.V est très impressionnant. Mais ce qui m’a vraiment frappé chez lui, c’est sa capacité à écouter de la musique et à en tirer quelque chose de nouveau. Que ce soit une vieille chanson ou un morceau à moitié fini d’ailleurs. Marcus trouve toujours un moyen pour pousser chacun de nous à mieux jouer ensemble.

Aidan Knight – The Arp

Aimes-tu travailler avec un producteur ?

Aidan Knight : J’aime et je n’aime pas. J’aime avoir quelqu’un pour échanger des idées à propos de ma musique mais j’aime travailler seul.
Je cherche toujours à trouver le juste équilibre entre le fait d’être isolé et de bénéficier d’une capacité créative sans aucune limite et le fait de collaborer. J’ai réussi à abandonner un peu d’espace personnel cette fois-ci et c’est très bien ainsi.

Quelles sont, pour toi, les différences entre Small Reveal et Each Other ?

Aidan Knight : Je pense qu’ils sont deux compagnons de ma vie à un moment donné bien précis. Musicalement parlant, il s’agit de deux visions différentes même si les morceaux partagent la même voix. Small Reveal est beaucoup plus lent. Être lent peut avoir parfois du bon ! Each Other a des chansons qui respirent plus et qui explosent en concert.

https://www.youtube.com/watch?v=aHexrGFCVbQ

Quelle est l’histoire de What Light (Never Goes Dim) ? La fin de cette chanson est sensationnelle !

Aidan Knight : C’est ma chanson d’amour dédiée à ma femme. Mon ami Jon m’a dit qu’elle sonnait comme un film de Phillip Seymour Hoffman. Cela veut dire que c’est l’alliance parfaite entre mon coté sombre et mon coté vulnérable. Jon si connait très bien en cinéma.

Quelles sont tes influences ? Quel est ton groupe favori ?

Aidan Knight : Je dois pas mal de mes chansons à Daniel Lanois et Broken Social Scene, mais j’ai aussi piqué pas mal de choses à Julie Doiron, à un type du coin qui se nomme Ryan Beattie, à In Medias Res, à Andy Shauf et à We Are The City. Beaucoup d’autres m’ont influencé. Mais je me suis fait grâce à la démocratisation du son et de la production. Le logiciel Ableton Live, les magnétophones et les samples sont peut-être ma plus grande influence en terme d’imagination.

Victoria a une bonne scène musicale? Ta ville t’a aussi inspiré ?

Aidan Knight : Victoria a un caractère très particulier. Tout y est très lent ce qui est bien pour développer ton son mais ce qui complique les choses quand tu veux rencontrer d’autres musiciens et évoluer. J’y ai vécu 29 ans et j’ai vu beaucoup de groupes prometteurs quitter cet endroit pour rejoindre Montréal ou New York ou encore Paris. J’en ai vu beaucoup rester là et végéter.

Qu’écoutais-tu comme musique à la maison quand tu étais gosse ?

Aidan Knight: The Beatles, Thelonious Monk, Arrested Development, Steve Winwood, Tori Amos, The Talking Heads et pas mal de groupes locaux. Mes parents sont aussi des artistes. J’ai donc été très tôt exposé à différents types d’art. Je les remercie pour ça. C’est une très bonne chose pour les jeunes parents que de laisser leurs enfants expérimenter plein de choses comme la cuisine et la musique. J’ai grandi dans le quartier chinois, dans un magasin d’objets de collection, de sorte que chaque jour il y avait de nouvelles expériences.

Aidan Knight – All Clear

Pourquoi Each Other ne possède que huit morceaux ?

Aidan Knight : Parce que je tiens à vous assurer que chaque chanson mérite une place. Le groupe et moi avons joué chaque chanson en live, et Marcus et Myles (l’ingénieur) voulaient compiler toutes nos prises. Nous avons sélectionné les meilleures prises et écouté les intentions et les sentiments qui se cachaient derrière elles. Certaines de ces chansons n’ont pas donné satisfaction et nous avons choisi de ne pas les mettre sur l’album. Ce n’est pas parce qu’elles ne sont pas bonnes car elles auront une nouvelle vie.

Tu peux nous parler de l’enregistrement d’Each other ? Après avoir travaillé avec Paquin à Bath, vous êtes partis enregistrer dans un nouveau studio avec Jon Anderson ?

Aidan Knight : Nous avons en effet passé quelques jours avec Marcus à Bath et puis avec Jon près de chez nous. Tout se mélange dans ma mémoire en ce qui concerne ces deux périodes. Mais nous avons passé de très beaux moments. Et nous avons fait un album.

TOP 10

1) Le meilleur album de 2015 ?

Aidan Knight: We Are The CityAbove Club.

We Are The City - Above Club

2)Le pire album de 2015 ?

Aidan Knight : J’ai été déçu par le nouvel album de Giorgio Moroder. Après je ne sais pas si c’est le pire disque de 2015.

3) Ton artiste français favoris ?

Aidan Knight : Je peux citer un groupe franco-canadien ? Karkwa. J’aime l’écriture de Louis-Jean. C’est magnifique.

4) Ton refrain favori ?

Aidan Knight : Une mélodie ? Ce doit être une de Jurassic Park. Il y a plus de chansons de John Williams dans ma tête que pour tout autre artiste.

5) Le producteur de tes rêves ?

Aidan Knight : Lanois. Ou Jon Congleton. J’aime ses batteries. Cela pourrait être cool de bosser avec Grimes.

6) Ton plaisir musical coupable ?

Aidan Knight: Je plaide non coupable. Jurassic Park. John Williams pourrait publier un disque de cors que je l’achèterai.

7) Le meilleur endroit au monde pour faire un concert ?

Aidan Knight: L’Islande ? Ou peut-être devrais-je dire Paris ? J’aimerais bien jouer au Viêtnam.

8) Le meilleur endroit au monde pour voir un concert ?

Aidan Knight: Les maisons. Munich et Paris sont deux villes géniales pour ça. Elles possèdent de super salons.

9) Ta bande originale de film préférée ?

Aidan Knight: T’es totalement obsédé ? Jurassic Park !

10) Si tu pouvais créer un festival. Quel nom lui donnerais-tu et quelles têtes d’affiche inviterais-tu ?

Aidan Knight: Il pourrait s’appeler ‘Aidan Night’ et j’inviterais que des groupes qui auraient Aidan/Aiden/Aden dans leur nom. L’affiche serait une image tirée de Jurassic Park. Et attention on y jouera que de la musique instrumentale pour dinosaures.

Each Other d’Aidan Knight sera publié le 22 janvier 2016 via Full Time Hobby/PIAS.
Aidan Knight sera en concert les :
– le 24 février 2016 à La Péniche (Lille)
– le 25 février 2016 à L’Antipode (Rennes).

Il sera aussi en première partie d’Half Moon Run et de Villagers les mois prochains.

Aidan Knight - Each Other

Tracklist : Aidan Knight - Each Other
  1. Each Other
  2. All Clear
  3. Funeral Singers
  4. What Light (Never Goes Dim)
  5. The Arp
  6. St. Christina
  7. You Are Not Here
  8. Black Dream

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…
Daniel Blumberg

Daniel Blumberg, toujours pas off

L’ancien leader prodigieux des groupes Yuck et Cajun Dance Party avait épaté la galerie avec Minus en 2018. Il sera de retour cet été avec On&On, un disque qui n’a rien de minus.
Sarah Mikovski - La Pente Douce

Vidéo : Sarah Mikovski – La Pente Douce

La Pente Douce est le premier titre du premier album de Sarah Mikovski, Pôle Nord sorti en février sur le Label 440 et l’on glisse joyeusement vers un été radieux.
RBCF Sideways To NewI Italy

Rolling Blackouts C.F. – Sideways To New Italy

Les choses vont vite avec les Rolling Blackouts Coastal Fever qu’il convient d’appeler désormais les Rolling Blackouts C.F.. En deux ans, ce groupe australien a déjà publié un album, deux EP’s et une flopée de singles. Les revoilà avec Sideways To New Italy, un disque de dix chansons qui met à l’honneur l’héritage de R.E.M.…
BC Camplight - Shortly After Take Off

BC Camplight – Shortly After Takeoff

Pour son cinquième album, Brian Christinzio aka BC Camplight a reçu la note maximale de 5/5 par le très chic The Guardian. Logique, cinquième album, cinq étoiles. Sauf que c’est tout sauf la logique qui anime Shortly After Takeoff, dernier volet de la trilogie commencée How To Die In The North et Deportation Blues…. On…
Antoine Hénaut - Le Copain

Vidéo : Antoine Hénaut – Le Copain

Avoir un bon copain, voilà c’qui y a d’meilleur au monde c’est bien connu même si l’on se morfond en cachette, le cœur aidant, l’âme se consumant. Antoine Hénaut est le fidèle copain, celui sur qui on compte sans vraiment le voir. Une tragédie classique.

Other Lives – For Their Love

C’est donc l’heure du grand disque, du succès pour Jesse Tabish et ses Other Lives ! Après deux albums qui avaient séduit les fans (pas trop allumés) de Radiohead et les amoureux de l’Amérique profonde, les Other Lives passent à la vitesse supérieure avec For Their Love.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…