C’est à l’écoute des premières notes de Moving to the left, qui annonce la fin de la SIDE ONE de With light, With love, l’avant dernier vinyle des Woods, assise dans mon salon devant une fenêtre ouverte sur la pluvieuse grisaille parisienne, que je commence à écrire cet article.

Le son me replonge quelques heures auparavant, vers 19h45 hier soir, lorsque j’arrivais, après d’interminables galères de colis suspect dans le RER A, dans cette bonne vieille banlieue champêtre qu’est Noisiel, avec une seule chose en tête : ne pas louper cette chanson.

Quelle chance j’ai eu, il faut bien le dire, les Woods étant programmés de 19h à 20h, j’ai failli tout rater.
Pourtant, au moment où je fais irruption sur le lieu insolite du Psych Fest, ils démarrent seulement leur live, avec 35 min de retard.
Quel soulagement ! Du coup, je prends à peine le temps de regarder autour de moi, et je file au devant de la scène, une bière à la main, pour prendre part aux festivités.

Woods @ Paris Psych Fest 2016
Woods @ Paris Psych Fest 2016

Je me glisse devant la barrière sans aucun mal, il y a bien moins de monde que ce que je pensais, cela change vraiment de l’oppression habituelle qu’on peut ressentir sur les gros festivals.

Pourtant il n’ y a qu’une scène, le lieu n’est pas si grand, mais tout le monde a visiblement la place d’apprécier le plus tranquillement du monde ce qui est entrain de se passer devant ses yeux.

Les Woods sont là, très pros, un live de qualité mais qui manque un peu de folie selon moi.
Chacun des membres du groupe semble happé par la puissance de son instrument, et j’ai parfois l’impression qu’ils jouent plus pour eux que pour nous. Cela n’enlève rien à la beauté de ce qu’ils nous envoient, techniquement parlant surtout, mais j’ai du mal à me sentir vraiment connectée et à me laisser emporter.

Et c’est sur Moving to the left, justement, que la magie opère enfin. Tout à coup tout le public se met à chanter, je regarde autour de moi, tout le monde semble s’unir autour d’eux, comme si nous commencions enfin à vivre ce concert ensemble plutôt que chacun pour soi : du festivalier cliché en pantalon à fleurs et aux faux airs de Lennon, à un vieux rocker de 70 ans venu avec son fils, en passant par un groupe de lycéennes, tout le monde scande le refrain avec eux. Un beau moment.

Woods – Leaves like glass

C’est après leur concert que je prends enfin le temps de réellement regarder où nous sommes.
Le lieu est beau, vraiment au milieu de nulle-part, et on a presque l’impression d’une fête de village improvisée aux accents un peu plus hippies que kermesse, disons. Trois bars se battent en duel avec une expo, un camion à burgers, un stand de vinyles et un minibus « Red Bull » dont je n’ose pas m’approcher trop à cause du son super fort aux beats énervés qui s’en échappe.

Paris Psych Fest 2016

L’ampleur de l’événement est en fait bien moins importante que ce que je pensais, et l’ambiance n’y est pas forcément incroyable, mais franchement, ça fait du bien. Ça fait du bien de pouvoir te balader d’un endroit à l’autre sans se faire marcher dessus, de pouvoir prendre une bière ou aller aux toilettes sans faire une heure de queue, d’avoir un mini-transat en tissus, et même 2, 3 ou 4 si tu veux, pour te poser entre deux concerts.
De pouvoir apprécier réellement la musique sans tousles artifices attrape-festivaliers habituels qui visent à te faire dépenser encore et toujours plus. Bon, la pinte reste quand même à 8e + consigne, faut pas déconner non plus.

Le concert de Night Beats a lieu sur la deuxième scène, à l’intérieur d’une grange. L’ambiance est bien plus énervée et étouffante que pour les Woods, à coups de pogos et de hurlements, ça jure pas mal avec le calme du reste du festival, c’est marrant.

Je fais quelques chansons mais ne tiens pas longtemps. Pour ceux qui ont eu le courage de rester dedans, cela a semblé être une belle perf’ de la part des Night Beats, qui ont su pousser dans leurs retranchements ce public de festivaliers si serein au concert précédent.

Jacco Gardner @ Paris Psych Fest 2016
Jacco Gardner @ Paris Psych Fest 2016

C’est le concert de clôture qui m’aura finalement le plus marquée.
Très beau live de Jacco Gardner et ses acolytes, qui jouent un peu plus d’une heure alors que la nuit tombe lentement sur la ferme du Buisson.

Jacco Gardner – Brightly

Je me laisse transporter par la musique, et par l’aura de Jacco, les cheveux dans les yeux comme à son habitude, mais bien présent, qui nous remercie, tantôt en français, tantôt en anglais, entre chaque chanson.
Non mais merci à toi mec, t’as vraiment été bon.
À tel point que quand la musique s’arrête définitivement, vers 23h, après sa deuxième chanson en rappel, tout le monde en redemande encore, et personne ne veut quitter les lieux.

Expérience concluante donc, que ce dimanche soir à la ferme, pour la 3ème édition du Paris Psych Fest. À réitérer, en espérant qu’ils nous concocteront une prog’ aussi fournie pour l’année prochaine, et un lieu plus insolite encore.

Jacco Gardner – Another You

Date : 19 juin 2016
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Woods can’t get outta my head

Jeremy Earl et ses Woods sont de retour avec Strange Explain, leur onzième album. Et bonne nouvelle, ce disque est meilleur que le dixième. Dixième album qui était meilleur que le neuvième. Neuvième album qui était meilleur que le huitième…
MDM_CARRE

What a Messe !

Le groupe Last Train depuis ses débuts a un credo, le Rock’n’roll. Et dans ce domaine, ce ne sont pas des enfants de chœur.
Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.
Transfer Festival bannière#3

Transfer de lance !

Autant le dire tout net, le Transfer Festival frappe fort pour sa troisième édition. C’est du fulguropoint musical dans ta gueule qui va d’autolarguer dans une dimension parallèle, celle d’un festival de musiques radicalement indépendantes et intrépides.
Night Beats

Le mythe Night Beats

Danny Lee Blackwell quitte le Texas pour emmener ses Night Beats vers le Tennessee et confie son sort à Dan Auerbach (The Black Keys).

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…