Catégories
Découvertes

La bonne came de Drugdealer

Malgré la toute puissance d’Internet et sa mainmise sur le marché de la musique, certains groupes trouvent le moyen de trouver des noms de scène totalement saugrenus qui ont le chic de les perdre dans le réseau. Michael Collins n’a rien trouvé de plus malin que de s’appeler Drugdealer pour publier sa musique. On vous laisse imaginer la tête du rédacteur en chef de SK* quand il a cherché sur Google Images une image pour illustrer cet article.

Coincé entre les sorties du The Divine Comedy et du Teenage Fanclub, le premier album de Michael Collins alias Drugdealer est complètement passé à la trappe. Or The End of Comedy, le premier disque du tôlier de Salvia Plath tient carrément la comparaison.

Enregistré entre Montréal, la maison de Marc Demarco et Los Angeles, The End of Comedy recèle d’excellentes choses et arrive à faire plaisir à un grand nombre de personnes de goût.
It’s Only Raining Right Where You’re Standing rendra dingues les fans de Sgt. Pepper’s de qui on sait et les cassures de Suddenly raviront les dévots des Pale Fountains.
Cette petite boite de Pandore a été inspirée, selon les mots de Drugdealer, par la philosophie de Jean Baudrillard, les westerns spaghettis de Sergio Leone et les voyages de Collins. Lors de ces derniers, Collins a pris quelques micros avec lui et a trouvé le temps d’enregistrer des titres avec Ariel Pink (Easy to Forget), Danny James (My Life) et Natalie Mering des Weyes Blood.

Drugdealer – Suddenly feat. Weyes Blood

On ne se lasse pas donc ce disque qui se fiche des frontières et du bon sens. Du début à la fin, The End of Comedy nous fait voyager dans un monde totalement absurde et jouissif.

Drugdealer - The End of Comedy

The End of Comedy de Drugdealer est disponible depuis le 09 septembre 2016 via Weird World.

Tracklist : Drugdealer - The End of Comedy
  1. Far Rock Away Theme
  2. The Real World (ft. Sheer Agony)
  3. Suddenly (ft. Weyes Blood)
  4. Easy To Forget (ft. Ariel Pink)
  5. Were You Saying Something?
  6. Theme For Alessandro
  7. It’s Only Raining Right Where You’re Standing
  8. The End Of Comedy (ft. Weyes Blood)
  9. Sea Of Nothing
  10. My Life (feat. Danny James)
  11. Comedy Outro

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Drugdealer

Drugdealer Deluxe

Michaël Collins aka Drugdealer avait été une des plus belles découvertes de l’année 2016. Il est de retour dans quelques semaines avec un nouveau disque.
Drugdealer

Drugdealer avec précision

Qui a mis cinq ans à enregistrer un disque où se rencontrent Ariel Pink ou Natalie Mejing (Weyes Blood), où il est question des théories du philosophe Jean Baudrillard, des paysages des films de Sergio Leone et de voyages ? Drugdealer.

Plus dans Découvertes

Mottron @Heart and Guts

L’intrusion de Mottron

Mottron n’est pas carré, il ne rentre pas dans les cases de la pop policée à la française. Il s’apprête à sortir son premier album, Giants le 30 octobre chez Pias Le Label.
Lomelda-Hannah © Tonje-Thilesen

Her name is Hannah !

Lomelda fait des merveilles de chansons. On avait beaucoup aimé M for Empathy l’an dernier, Hannah Read revient déjà avec Hannah, une collection de chansons bouleversantes.

Solaire Solaris Great Confusion

Accompagné par Elise Humbert au violoncelle, Yves Béraud à l’accordéon, Aurel Troesch aux guitares, Jérôme Spieldenner à la batterie, Foes Von Ameisedorf à la basse et Jacques Speyser aux chœurs, Stephan Nieser aka Solaris Great Confusion signe le disque le plus élégant de cette rentrée 2020.
Lucidvox

We Are Lucidvox !

Lucidvox est un quatuor moscovite qui mêle des riffs à la Kalachnikov à des chœurs puissants. Leur nouvel album, We Are sort sur le label Glitterbeat le 23 octobre.
Jonathan Personne © Dominic Berthiaume

Son nom est Personne

Jonathan Personne s’échappe de son Corridor pour son deuxième album, Disparitions à paraître le le 28 août 2020 chez Michel Records.
Dana Gavanski © Marija Strajnic

Le tribut de Dana

Canadienne aux origines serbes, Dana Gavanski parle au vent et reprend Tim Hardin. Hier étant parti, elle revient déjà après son premier album cette année avec un nouvel EP de reprises, Wind Songs chez Full Time Hobby.