The Divine Comedy – Foreverland

The Divine Comedy - Foreverland
Louis - 31/08/2016

La sortie de Foreverland, onzième album de The Divine Comedy a le chic pour mettre en émoi tous les gens de bon goût et faire tomber en pâmoison les antiquaires du Dauphiné. Et si Neil Hannon sortait un mauvais disque ? Et si le nord-irlandais allait faire dans l’aligot et la chantilly plutôt que dans la pâtisserie moléculaire ? On les rassure tout de suite, tout est bon dans le Hannon comme dans ce Foreverland.


Neil Hannon ne ment pas. Les choses ont débuté en Fanfare (for The Comic Muse) comme il l’avait annoncé en 1990 et n’ont pas cessé d’en être une depuis. Depuis vingt-six ans, Neil Hannon fait de la pop comme personne et joue le rôle de l’épicier de luxe. Alors que les Last Shadow Puppets ont des allures de hard-discounters des sixties, Neil Hannon garde toujours un rayon d’avance et fait la nique à tout le monde, transformant n’importe quel concurrent en chef de rayon bedonnant de supermarché de province.

The Divine Comedy – How Can You Leave Me On My Own

Ejecté de Setanta, viré de Parlophone, Hannon s’est réfugié dans son garage de Croydon et a écrit l’un de ses plus gros succès commerciaux en 2010 avec Bang Goes the Knighthood via son propre label. Adieu les moyens gargantuesques refilés par ces précédents labels (Liberation), adieu les redresseurs de tort payés une fortune (Nigel Godrich, producteur du très calviniste Regeneration), bonjour la sauce maison et les moyens du bord.
Alors qu’il avait pris une douille dans les charts avec Victory for The Comic Muse, Bang Goes the Knighthood a redressé la barre et a dû faire bisquer tous les anciens directeurs artistiques de l’animal. Avec ce disque, Hannon atteignait enfin le top 10 des charts anglais.

Comme quoi, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Et ce Foreverland ?
C’est le petit frère de Bang Goes the Knighthood et le cousin de Casanova. Sur ce dernier, Neil Hannon proposait une vulgate de l’œuvre du vénitien. Sur Foreverland, ce parolier hors pair nous explique sa vision de l’État et du pouvoir.

The Divine Comedy – Catherine The Great

L’écoute prolongée de How Can You Leave Me On My Own déclenchera les mêmes effets que la découverte de Daddy’s Car (Liberation, 1993). The Divine Comedy a toujours le chic pour nous donner un air un peu niais et nous faire écouter cent fois la même chanson.

Foreverland de The Divine Comedy sera publié le 2 septembre 2016 via Divine Comedy Records/PIAS.

The Divine Comedy sera en concert le 12 septembre 2016 dans le cadre des [PIAS] NITES à La Maroquinerie (Paris), le 2 novembre à Caluire-et-Cuire (Le Radiant-Bellevue), aux Folies Bergère à Paris les 24 et 25 janvier et en tournée dans toute la France.

The Divine Comedy - Foreverland

Tracklist : The Divine Comedy - Foreverland
  1. Napoleon Complex
  2. Foreverland
  3. Catherine the Great
  4. Funny Peculiar
  5. The Pact
  6. To the Rescue
  7. How Can You Leave Me On My Own
  8. I Joined the Foreign Legion (To Forget)
  9. My Happy Place
  10. A Desperate Man
  11. Other People
  12. The One Who Loves You

The Divine Comedy – Foreverland
4.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…