La sortie de Foreverland, onzième album de The Divine Comedy a le chic pour mettre en émoi tous les gens de bon goût et faire tomber en pâmoison les antiquaires du Dauphiné. Et si Neil Hannon sortait un mauvais disque ? Et si le nord-irlandais allait faire dans l’aligot et la chantilly plutôt que dans la pâtisserie moléculaire ? On les rassure tout de suite, tout est bon dans le Hannon comme dans ce Foreverland.


Neil Hannon ne ment pas. Les choses ont débuté en Fanfare (for The Comic Muse) comme il l’avait annoncé en 1990 et n’ont pas cessé d’en être une depuis. Depuis vingt-six ans, Neil Hannon fait de la pop comme personne et joue le rôle de l’épicier de luxe. Alors que les Last Shadow Puppets ont des allures de hard-discounters des sixties, Neil Hannon garde toujours un rayon d’avance et fait la nique à tout le monde, transformant n’importe quel concurrent en chef de rayon bedonnant de supermarché de province.

The Divine Comedy – How Can You Leave Me On My Own

Ejecté de Setanta, viré de Parlophone, Hannon s’est réfugié dans son garage de Croydon et a écrit l’un de ses plus gros succès commerciaux en 2010 avec Bang Goes the Knighthood via son propre label. Adieu les moyens gargantuesques refilés par ces précédents labels (Liberation), adieu les redresseurs de tort payés une fortune (Nigel Godrich, producteur du très calviniste Regeneration), bonjour la sauce maison et les moyens du bord.
Alors qu’il avait pris une douille dans les charts avec Victory for The Comic Muse, Bang Goes the Knighthood a redressé la barre et a dû faire bisquer tous les anciens directeurs artistiques de l’animal. Avec ce disque, Hannon atteignait enfin le top 10 des charts anglais.

Comme quoi, on n’est jamais mieux servi que par soi-même.

Et ce Foreverland ?
C’est le petit frère de Bang Goes the Knighthood et le cousin de Casanova. Sur ce dernier, Neil Hannon proposait une vulgate de l’œuvre du vénitien. Sur Foreverland, ce parolier hors pair nous explique sa vision de l’État et du pouvoir.

The Divine Comedy – Catherine The Great

L’écoute prolongée de How Can You Leave Me On My Own déclenchera les mêmes effets que la découverte de Daddy’s Car (Liberation, 1993). The Divine Comedy a toujours le chic pour nous donner un air un peu niais et nous faire écouter cent fois la même chanson.

Foreverland de The Divine Comedy sera publié le 2 septembre 2016 via Divine Comedy Records/PIAS.

The Divine Comedy sera en concert le 12 septembre 2016 dans le cadre des [PIAS] NITES à La Maroquinerie (Paris), le 2 novembre à Caluire-et-Cuire (Le Radiant-Bellevue), aux Folies Bergère à Paris les 24 et 25 janvier et en tournée dans toute la France.

The Divine Comedy - Foreverland

Tracklist : The Divine Comedy - Foreverland
  1. Napoleon Complex
  2. Foreverland
  3. Catherine the Great
  4. Funny Peculiar
  5. The Pact
  6. To the Rescue
  7. How Can You Leave Me On My Own
  8. I Joined the Foreign Legion (To Forget)
  9. My Happy Place
  10. A Desperate Man
  11. Other People
  12. The One Who Loves You

The Divine Comedy – Foreverland
4.0
Partagez!
d'articles et photos
A lire dans “Chroniques d'albums
Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…

Death & Vanilla - Are You A Dreamer

Death & Vanilla – Are You A Dreamer ?

Les Death and Vanilla détestent l’inactivité. Après avoir étonné tout le monde avec To Where The Wild Things Are… en 2015, ils ont publié la très étonnante bande originale du film A Score For Roman Polanski’s The Tenant l’année dernière. Et ils reviennent aujourd’hui avec Are You A Dreamer ?, un nouvel album.

Big Thief - UFOF

|TINALS 2019| Big Thief – U.F.O.F.

Et de trois ! En moins de trois ans, les New-Yorkais de Big Thief ont réussi à publier trois albums foutrement passionnants qui redonnent confiance en l’Amérique et qui nous rappellent les heures glorieuses de Mazzy Star et de Grant Lee Buffalo.

JL Murat - Innamorato

Jean-Louis Murat – Innamorato

Le dernier disque de Murat porte bien son nom. Les 8 prises live et les 4 inédits nous font retomber, comme pratiquement à chaque fois, amoureux des guitares et de la voix de Jean-Louis Murat.

Edwyn Collins - Badbea

Edwyn Collins – Badbea

Edwyn Collins revient avec son dixième album solo, Badbea. Et ce n’est pas bad du tout.

Andrew Bird - My Finest Work Yet

Andrew Bird – My Finest Work Yet

On attendait le nouveau disque d’Andrew Bird comme on attend le printemps. On sait qu’il va arriver et on s’en réjouit d’avance. On avait oubliait le dérèglement climatique actuel… Andrew Bird sort, et c’est annoncé sur la pochette de l’album, son meilleur album. Et le meilleur disque de l’année.

Stella Donnelly - Beware

Stella Donnelly – Beware of the Dogs

Est-ce que Stella Donnelly allait nous décevoir ? L’australienne, révélée par l’EP Trush Metal en 2017 passe par la case album et se doit de confirmer tout le bien que l’on pense d’elle.

Robert Forster - Inferno

Robert Forster – Inferno

Pour bien débuter la semaine, il suffit d’écouter le nouveau disque de l’ex Go-Betweens, Robert Forster. En 35 minutes, montre en main, ce bon vieux Robert vous emmène loin des vicissitudes du quotidien tout en chantant les vicissitudes de son quotidien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *