Découverte musicale inattendue, les étonnants Tomy Lobo étaient en live au Supersonic ce week-end, et il n’y a pas à dire, leur musique explosive et leur énergie brute nous ont retourné le cerveau, une vraie lobotomie. (Oui c’est facile, je sais !)

La lobotomie d’ailleurs, est un sujet qui fait débat : pratique barbare ou grande avancée thérapeutique, c’était finalement un peu la question que je me suis posée en ce qui concernait la performance des Tomy Lobo au Supersonic. Arthur, le chanteur, a une voix unique en son genre, et quand il commence on ne peut plus en détourner les yeux. C’est une grande partie de leur force, ils sont plutôt hypnotiques. Ils possèdent cette puissance musicale viscérale, entre rock et électronique, presque inclassable, et qui les met dans ces cases où il n’y a pas vraiment d’entre deux : on ne se dit pas « ouais, sans plus » en écoutant Tomy Lobo, on aime ou on déteste, mais dans tous les cas, ça laisse rarement indifférent.

Tomy Lobo @ Supersonic
Tomy Lobo @ Supersonic

Tomy Lobo @ Supersonic
Les nombreux problèmes techniques qui ont eu lieu pendant le concert ne les ont pas aidés, mais ils ont su se rattraper en envoyant la sauce de plus belle, nous gardant ainsi en haleine jusqu’au bout ! Dans la lignée de groupes comme Breton, WU LYF, ou encore Brns, ils ont cette force de frappe qui mêle habilement rock et électro, en enchevêtrements de breaks de batterie interminables, doublés des sonorités d’une Xpd et de notes de synthé étoilées.

Ils ont su se créer un univers mystérieux en personnifiant Tomy Lobo, le visage fantomatique du groupe, qui donne une dimension étrange à leur musique, tout en nous rapprochant finalement d’eux en live, puisqu’on comprend, et ressent vraiment Tomy dans sa plénitude, et en l’occurrence dans sa multitude. Ils ont, certes, encore du chemin à parcourir, mais à mon avis ils sont très bien partis pour aller conquérir les foules, et faire chavirer les oreilles et les esprits, sans même avoir recours à la chirurgie.

Après Modern Man’s Gone un premier EP plutôt réussi, ils reviennent plus affirmés et plus matures avec leur deuxième, Golden Birds, qui sort le 5 octobre et dont le premier extrait, le très bon Night Prism.

Tomy Lobo - Golden Birds

Et ils seront en concert très bientôt dans toute la France, ça vaut le détour :

  • 08/10 – Scène Michelet à Nantes
  • 03/11 – Altercafé à Nantes
  • 04/11 – Alternateur à Niort
  • 19/11 – Espace B à Paris
  • 10/12 – Cocotte électrique à Bordeaux
  • 14/12 Brin de zinc à Chambéry
  • 17/12 – Elephant pub au Mans
Date : 1/10/2016
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Tomy Lobo @ la Boule Noire, Paris, 28/03/2018

Tomy joue avec le feu

Le quatuor de folie Tomy Lobo revient avec deux nouveaux titres, Monsters et Motherhood !
BRNS - Les Bouffardises 2017 © Pascal Cossé

Belle maitrise aux Bouffardises

Pour sa deuxième édition qui s’est tenue ce week-end, le festival des Bouffardises, organisé en hommage à Maxime Bouffard, victime des attentats du Bataclan, fut une réussite sur toute la ligne. Accueil artistes incroyable, programmation pointue placée sous le signe du rock, et bonne humeur permanente, il n’y a pas à dire l’équipe d’organisation a…
Tomy Lobo – Night Prism

Prisme tribal et terreur nocturne

Le groupe Tomy Lobo, dont nous aimons bien vous parler sur SK*, est de retour avec un joli clip à l’esthétique sombre et tribale aussi frissonnante que détonante.

Tomy, Ruby, Judy au Bus Palladium

Si il y a une date à retenir cette semaine à Paris et qui combine tout ce qu’on aime chez SK* en terme de pop – rock – électronique c’est bien ce vendredi 7 avril au Bus Palladium où se réuniront trois excellents groupes émergents aux univers bien marqués : Judy, Ruby Cube et Tomy…
Tomy Lobo @ Festival Hors-Contrôle, Saint Ouen, 4/02/2017

Hors contrôle prend les manettes

En ce premier week-end de février a eu lieu la toute première édition d’un festival pas comme les autres, une aventure partie de rien qui met aujourd’hui en avant les talents émergents, de tous styles et de tous horizons : Le Festival Hors Contrôle, organisé par le collectif Tourtoisie Music se tenait aux studios Mains…

Pas de répit pour Tomy

On vous avait déjà parlé de Tomy Lobo sur SK*, ils nous avaient fait vibrer lors d’un live au Supersonic en octobre dernier et voilà qu’ils reviennent avec un EP, un clip, et des dates de tournée !

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…