Cette fois c’est sur, la poésie de Feu! Chatterton est sans équivoque. Et elle est aussi intense que son rock.
J’ai vu les Red Hot Chili Peppers dimanche, les White Lies samedi, et bien d’autres groupes incroyablement efficaces ces derniers temps, mais la claque, la vraie, c’est hier soir à l’Olympia, que je l’ai prise. Et je peux vous dire que je ne m’y attendais pas, enfin pas comme ça.

L’histoire d’une épopée

Le périple a commencé À l’Aube, ils nous ont fait prendre des bateaux avec Cote Concorde, nous égarer sensuellement dans la chaleur de (La mort dans) la Pinède puis dans les plaines avec Porte Z et ses milliers d’avions, avant de nous envoler complètement dans leur Boeing..
Quel voyage, quelle émotion, nous étions pendus aux lèvres d’Arthur, quoi qu’il puisse dire, où qu’il veuille nous emmener, nous le suivions.

Feu! Chatterton – La mort dans la Pinède

Une prestance incroyable, une aura à couper le souffle, impossible de détacher les yeux du groupe, et surtout de ce dandy au micro, qui n’a pourtant rien de surfait : les mots claquent, toujours justes, amplifiés par les variations permanentes de sa voix rauque et puissante, nous prenant aux tripes aussi bien dans le texte que dans les notes.

Arthur, il a ce truc indéfinissable, ce truc en plus, ce charme désuet toujours classe mais jamais ringard, il accapare les regards. Au début même un peu énervant, on se prend finalement très vite au jeu, et on ne le quitte plus des yeux. Son talent est d’ailleurs encore plus mis en avant par le fait que le reste du groupe soit aussi excellent.
Musicalement, techniquement, c’est très solide, le son cristallin presque transperçant d’une caisse claire qui frappe toujours au point, les lignes de basse simples et efficaces, les mélodies prenantes de synthé et de guitares tourbillonnantes. On y retrouve toutes sortes de sonorités : du blues, du rock, de la pop un peu acide, et même un peu d’électro.

Au bout d’une heure de concert, ils s’arrêtent, le rideau de l’Olympia mi-clos, lumière tamisée, pour une parenthèse intimiste acoustique parfaite. Si certains ont pu trouver ça longuet, pour ma part cette pause toute en proximité était tout à fait ce qu’il fallait : version acoustique de La Malinche, moment d’émotion et de lascivité, un peu de repos à leurs côtés avant de repartir encore plus fort pour finir en beauté.

Ils jouent deux heures, l’intégralité de l’album et plus encore. Bic Medium, leur incroyable titre de 14 minutes qui n’est sorti qu’en vinyle, et dont Camélia est la partie 4, nous a d’ailleurs emporté tellement loin avec eux qu’on en a perdu la notion du temps.

Feu! Chatterton – Le Pont Marie

Sur la fin, ils envoient ce titre totalement planant des plus émouvants : Le pont Marie, et les nappes de synthé profondes nous transpercent presque autant que les paroles. Toute la salle prend le large avec eux.
Le concert se termine sur une version electro-rock de La Malinche, faisant danser l’Olympia, dans un mouvement de transe et d’euphorie totale.

Je t’ai toujours aimé, de Dominique A, sur le rappel, leur va si bien. Ce sera leur mot de la fin, la « cigarette post-coïtale » de ce moment passé avec leur public, comme ils le soulignent. Puis ils remercient avec classe toute leur équipe, les faisant venir sur scène, avant de nous présenter avec une (trop) modeste fierté leur disque d’or.
Bravo les gars, vous l’avez prouvé ce soir encore, vous le méritez.

Feu! Chatterton - Ici le jour

Date : 17 octobre 2016
Batteuse et passionnée de musique depuis toujours, constamment à la recherche de nouvelles pépites. Un penchant particulier pour les sonorités rocks /indies /psychés et autre dreampop électronique et bizarroïde.
Partager cet article
4 réponses sur « L’Olympia tout Feu(!) tout flamme »

Merci Emilie pour ce très bon live report, il est juste sur toute la ligne et reflète parfaitement l’ambiance de ce concert et ce qu’Arthur et son groupe arrivent à transmettre à leur public.
Cette générosité et cette énergie sont sincères, ce qui renforcent le plaisir de les voir,sur scène, même plusieurs fois !
Petite précision, le morceau joué en rappel (i.e. « je t’ai toujours aimée ») n’est pas une reprise de Dominique A (qui a fait « renaître » cette chanson en 2001) mais c’est un morceau original de Polyphonie Size, groupe belge des années 80’s.

https://www.youtube.com/watch?v=nBeLnl7ojRQ

Oui MERCI NOÉMIE ! Très beau live report, tu as tout à fait bien retranscrit leur énergie, leur sincérité et leur poésie ! Ils sont vraiment bons !!
Hate d’aller les revoir
Bravo Soul Kitchen pour les articles continuez !

Merci beaucoup Fab et Edouard (Et Alain d’avoir créé ce site d’ailleurs !) ! Thanks pour la précision au rappel ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Zac en scène 2018_carré

Zac en scène émerge !

Maissiat, Jeanne Added, Radio Elvis, Fishbach, Her sont tous passés par le festival de l’émergence Zac en Scène depuis 2 ans.
Depeche Mode @ Festival Musilac 2018

Photos : Musilac 2018 – Best of, Aix-Les-Bains | 12-13-14-15 juillet 2018

Il ne peut pas y avoir d’été réussi sans Musilac à Aix-Les-Bains, la preuve en images ci-dessous ! Albert Hammond JR, Feu!Chatterton, The Mystery Lights, Lomepal, The Stranglers Depeche Mode, Simple Minds, Zeal & Ardor Cats on Trees, The Temperance Movement, Beth Ditto, Deep Purple Orelsan, Oscar and the Wolf Nova Twins, Amber Run, Pascal…
Europavox 2018

Europavox en éruption !

Europavox existe depuis 2006 et évolue encore ! Cette année la grande scène s’installe sur la pelouse Place du 1er mai pendant que la scène Factory occupera le parvis de la Coopérative de Mai sans oublier son Club !
musilac-mont-blanc

Musilac Mont-Blanc, Premier de cordée !

Musilac en hiver ? On aurait vu le dahu voir le yéti ? On aurait abusé du génépi ? Pas du tout ! Musilac Mont-Blanc aura lieu du 19 au 21 avril avec une programmation à faire trembler la montagne !

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…