loHKkpYpaIo

Dionysos en son temps avait rendu hommage au gaucher le plus célèbre de l’histoire du tennis mondial. Da Silva évoque à son tour l’immense John Mc Enroe avec un titre très personnel et pourtant universel.

Depuis quelque jour, Da Silva multipliait les photos du Big Mac sur les réseaux sociaux. C’était pour mieux nous smasher ce titre en plein cœur. Le Bad Boy Mc Enroe était libre, sa personnalité était constitutive de son génie du jeu. Il explosait comme peut le faire un Doherty. Da Silva s’empare du mythe pour une chanson lucide de séparation. John perdait son contrôle jusqu’à en souffrir, la colère irrépressible parfois le menant à une défaite cuisante comme à l’open d’Australie en 1990 contre Mikael Pernfors.

L’amour contient-il une part d’autodestruction ? Comme John Mc Enroe, je te prends de court / lorsque l’amour s’écroule au fond du court / Bien avant que la douleur de ton départ ne me gagne / effrayant effrayé j’ai démoli ton amour / Avant que tu me détestes, je rongerais ma laisse / avec allégresse pour te dire adieu, adieu.

Le nouvel album de Da Silva sortira en mars chez Pias.

Mc Enroe – Pub Seat