C’est qu’on fait la gueule du côté d’Amherst (Massachusetts). Désormais les Dinosaur Jr n’auront plus le privilège d’être la seule « reformation » à produire des disques corrects. En effet, les frères Reid viennent de sortir d’une « retraite » de 18 ans en publiant Damage and Joy et mettent tout le monde d’accord.

Mais de quoi avait peur la fille présente sur la pochette de Munki ? Peut-être des années 2000. Sûrement même. On ne sait par quel miracle les Jesus And Mary Chain avaient réussi à franchir les années 90 sans trop d’encombres avec quelques beaux albums à la clef. L’affaire s’était terminée chez Sub Pop en 1998. Elle recommence donc en 2017 chez Warner. Enregistré avec Youth et une palanquée de gonzesses (Sky Ferreira, Isobel Campbell, Linda Fox « Reid » et la mystérieuse Bernadette Denning), Damage and Joy est un superbe disque de pop doté de guitares totalement bandantes. Les filles portent toujours chance à la fratrie Reid. En 2005, William et Jim s’étaient rabibochés (avec Ben Lurie) grâce à leur sœur Linda aka Sister Vanilla et son excellent album Little Pop Rock.

The Jesus And Mary Chain – Always Sad

Les Jesus and Mary Chain retournent à la soupe mais ne crachent pas dedans. On se rappelle, en écoutant Los Feliz (Blues And Greens) que nos deux Écossais frisés préférés sont de fin limiers de la pop et font bien mieux que la majorité des groupes actuels. En avril 1988, Blanco Y Negro publiait Barbed Wire Kisses, compilation de faces B et de raretés. Début avril 2017, on prend un pied fabuleux à écouter ces quatorze morceaux dont la moitié étaient visiblement enregistrée pour un autre projet.
Car ça sonne ! Et bien de surcroît ! Can’t Stop The Rock dit la chanson…

The Jesus and Mary Chain - Damage and Joy

Tracklist : The Jesus and Mary Chain - Damage and Joy
  1. Amputation
  2. War On Peace
  3. All Things Pass
  4. Always Sad
  5. Song For A Secret
  6. The Two Of Us
  7. Los Feliz (Blues And Greens)
  8. Mood Rider
  9. Presidici (Et Chapaquiditch)
  10. Get On Home
  11. Facing Up To The Facts
  12. Simian Split
  13. Black And Blues
  14. Can't Stop The Rock

The Jesus and Mary Chain – Damage and Joy4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

TINALS 2017 © Fabrice Buffart

Convivial TINALS 2018 !

SK* a déjà évoqué la phénoménale programmation du TINALS 2018 qui aura lieu du 1er au 3 juins 2018 à laquelle se sont rajoutés The queen of Bounce, Big Freedia et les cataclysmiques Idles pour clore le festival.
The Jesus And Mary Chain - Live At Barrowlands

Jesus revient

Putain, 30 ans ! Des amis de 30 ans ! The Jesus and Mary Chain fêteront en novembre les 30 ans de leur mythique Psychocandy paru en novembre 1985.
Festival Inrocks / Philips

Le festival inRocks / Philips 2014

Le festival les inRocks / Philips aura lieu du 11 au 18 novembre avec un paquet d’artistes que nous aimons beaucoup. Festival Inrocks / Philips

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.