Qu’il doit être dur de se remettre à écrire des chansons quand on a si bien chanté les Naufragés de la chanson française (Jacques Debronckart, Allain Leprest, Daniel Darc, Pierre Vassiliu entre autres) dans un disque somptueux en duo avec Giovanni Mirabassi au piano.

Qu’il doit être dur de se remettre à écrire des chansons intimes et pourtant universelles, des chansons politiques et pourtant non revendicatives, des chansons tendres et pleines d’espoir dans un monde qui s’effondre. « Tourner la tête serait irresponsable. Parler de son époque est presque un devoir, surtout quand il y a autant de blessures, de tensions, de larmes. »

Clôture ne ferme aucune porte. Au contraire. Cyril sur le fil, parle de lui et de nous. Chanteur citadin, il écume les bistrots pour glaner de noirs maux et évoquer un quotidien désabusé, comme cette loi du marché (en duo avec Bernard Lavilliers) qui rend le monde fou. Car oui, on y a cru naïvement en ce 6 mai 2012. Mais désormais ce sont les lendemains qui déchantent. La rose a fait sa vie, l’amour s’est enfui mais Je fais comme si.

Et comment oublier ce mois de Novembre à Paris ? Difficile hommage viscéral plein d’humilité mais qui fait bourdonner les tempes et frissonner d’effroi. C’est pourtant ici en France « avant que la révolution du pire n’entre sans prévenir ». Un monde de plus en plus houleux malgré la présence de la lumineuse Elodie Frégé, un monde où la relation à l’autre demeure fragile et essentielle. Heureusement, il y a une vie, « rien de plus vrai qu’une vie » qui défile à toute berzingue sur le ruban noir et blanc de Giovanni Mirabassi. On suit le spleen de Mokaiesh jusqu’à la Clôture de ce disque fiévreux avec un poème en prozac, une lente montée en colère, une bravacherie musicale d’un Cyril indocile et humain.

Cyril Mokaiesh sera en concert au Club Bellevue le 8 avril et aux Nuits de Fourvière le 26 juillet avec Pink Martini.

Cyril Mokaiesh - Clôture

Cyril Mokaiesh – Clôture
4.5Note finale
Avis des lecteurs 9 Avis