Peter Perrett – How The West Was Won

Une fois n'est pas coutume, nous commencerons une chronique en anglais en citant nos amis du The Irish Times : "One of rock music’s true survivors, Peter Perrett’s former fondness for drugs makes Keith Richards look like the Archbishop of Canterbury." Tout est dit. L'ancien Only Ones est donc de retour après avoir frôlé la mort. Comme l'au-delà n'en voulait pas, le voilà à 65 ans avec son premier album solo.

Produit par Chris Kimsey (Rory Gallagher, The Rolling Stones) et accompagné par ses deux fils (Peter Jr à la basse et Jamie à la guitare), How The West Was Won est un disque extrêmement classique qui va puiser ses guitares et son chant dans la discographie du Velvet Underground. Après avoir fait passer Richards pour l’Archevêque d’Angleterre, Perrett réussi à faire passer Jason Pierce (Spiritualized) pour la Reine d’Angleterre.

Peter Perrett – An Epic Story

On tombe dans ce disque comme Perrett est tombé dans l’addiction. Il la chante d’ailleurs formidablement bien (Something In My Brain). Les guitares à la Sweet Jane et le phrasé nasillard de ce londonien rendent ce disque extrêmement séduisant. Comme Peter Milton Walsh sur No Song, No Spell, No Madrigal (Microcultures – 2015), Perrett ne triche pas et a des choses à dire. En vieux briscard, le londonien le fait de manière fort élégante (les chœurs de Hard To Say No pour ne citer qu’eux).

Et après avoir commencé cette chronique par un emprunt, nous finirons par une banalité : ce qui ne tue pas, rend plus fort. La preuve avec Perrett…

Peter Perrett - How The West Was Won

La chronique du The Hirish Times est disponible ici.
How The West Was Won de Peter Perrett est disponible via Domino Records.

PeterPerrett - How The West Was Won

Tracklist : Peter Perrett - How The West Was Won
  1. How The West Was Won
  2. An Epic Story
  3. Hard To Say No
  4. Troika
  5. Living In My Head
  6. Man Of Extremes
  7. Sweet Endeavour
  8. C Voyeurger
  9. Something In My Brain
  10. Take Me Home

Peter Perrett – How The West Was Won
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.