The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal
Louis - 14/04/2015

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal
The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

Peter Milton Walsh, sous perfusion française avec le label Microcultures, publie No Song, No Spell, No Madrigal en ce beau début de printemps.
Et à vrai dire, nous n’avons pas réellement envie de rédiger une chronique. C’est que notre relation avec Peter Milton Walsh est extrêmement ambivalente. On aimerait tant que ce type soit un peu plus connu ou que ses chansons passent à la radio…
Mais d’un autre coté, nous n’avons pas spécialement envie que son œuvre échappe à notre jardin le plus secret.

Depuis le début de sa carrière PM Walsh, Premier Ministre de la Pop Tarabiscotée n’a écrit aucune mauvaise chanson.
Comme Frank Black du temps des Pixies. Comme Noel Gallagher de 1995 à 1997. Comme Strummer & Jones pour London Calling. Sauf que l’affaire dure ici depuis trente ans et que tout le monde s’en fiche. Un vrai cas d’école ce garçon.
Mais cette étrange situation satisfait le cercle restreint des initiés: personne ne vient jeter un œil sur leur joyau.
Cinquième album du frère d’armes des The Go-Betweens, No Song, No Spell, No Madrigal nous transporte du soleil couchant de Brisbane à la neige tombante de New York en huit chansons.

The Apartments – Twenty One

N’importe quelle personne avec un tant soit peu de bon sens se rappelle de ce qu’elle faisait lorsqu’elle a rencontré pour la première fois une chanson de Peter Milton Walsh. Ici c’est la chronique de Nicolas Ungemuth concernant la réédition de Drift via le label bordelais Talitres qui a déclenché les hostilités. Drift, des chansons venimeuses qui tuent à chaque écoute, Drift ou comment transformer un samedi matin heureux en des mois dépressifs. Ce type a la capacité de faire bousculer n’importe quel mètre étalon de fan de pop: écoutez Could I Hide Here? (A Little While) et vous êtes obligés de réévaluer toute votre discothèque.
Le seul défaut de ce disque au final était sa pochette. Ce ne sera pas le cas en 2015. En effet, No Song, No Spell, No Madrigal est habillé par Pascal Blua, le récurrent de l’étape, qui a mis tout son savoir-faire dans le design.

Ce disque, produit par Wayne Connolly (l’homme aux manettes d’In Your Bright Ray de Grant McLennan), est tout bonnement hallucinant. Entouré des vieux grognards (dont Amanda Brown des The Go-Betweens), l’Empereur qui n’a jamais régné a écrit huit pépites parfaitement servies par une orchestration splendide. Et puis cette voix… Elle est gorgée de défauts mais est toujours un véritable délice depuis trente ans.

Cependant il faut laisser le temps faire son œuvre avec No Song, No Spell, No Madrigal. Dans quelques semaines, cette chronique ne ressemblera pas à celle-ci. En effet, les inlassables écoutes de ce disque sont différentes chaque jour. Se faire une idée fixe sur une chanson des The Apartments est une vaine tentative: on cherche toujours la clef d’entrée de All His Stupid Friends… Alors tenter de comprendre Swap Places en deux semaines relève de l’exploit!

Walsh est toujours aussi coquet et on retrouve avec délice ses belles manières de vieux garçon. Comme d’habitude, il arrive à faire basculer des comptines anodines en chef d’œuvre pop. La diction du refrain de September Skies suffit à faire entrer en dépendance aiguë l’auditeur.
Remarquez, ce comportement avait déjà été remarqué avec le premier extrait de ce disque, Twenty One, hommage au fils disparu. Comment peut-on réussir à écrire une chanson de cette envergure? C’est inhumain.

No Song, No Spell, No Madrigal distille donc tous les jours un venin différent. Toute immunisation est vaine. A chaque nouvelle écoute, les chansons des Apartments rebattent les cartes en leur faveur.

The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. Hello Louis et SK ! Une petite correction : c’est le sixième ou septième album, si l’on compte « Seven songs » de Talitres en 2013.
    « The Evening… » (1985), « Drift » (1993), « A life… » (1995), « Fête Foraine » (1996, ce n’est pas un live), « Apart » (1997), « Seven Songs » (2013) et « No Song… » (2015)…
    Et il y a aussi un live de la tournée 2012, en format numérique

  2. Hello Billy,

    Je n’ai pas compté Seven Songs et Fête Foraine.
    M’enfin je savais que nous allions nous arracher les cheveux sur le décompte des œuvres de PMW.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.

Mikael Kiwanuka - Kiwanuka

Michael Kiwanuka – Kiwanuka

Découvert en 2012 avec Home Again (un disque brillant produit par le leader des The Bees), Michael Kiwanuka avait forcé la porte des charts avec Love & hate. Le revoici avec Kiwanuka, un disque qui tient du chef-d’oeuvre.

Josh Homme - Desert Session 11

Josh Homme – Desert Sessions Vol 11 & 12

En attendant un nouveau disque des Queens Of The Stone Age, Josh Homme a décidé de rempiler pour deux Desert Sessions qui, en plus d’être d’excellente facture, ont le chic de nous envoyer un shoot de nostalgie.

Bill Pritchard - Three Months

Bill Pritchard – Three Months, Three Weeks and Two Days

Il faut écouter une heure pour écouter l’impeccable réédition de Three Months, Three Weeks and Two Days de Bill Pritchard. Et il faut, comme pour Pacific Street ou Pop Satori, une vie pour s’en remettre.

Vincent Delerm - Panorama

Vincent Delerm – Panorama

Sur Panorama, l’auteur de Kensington Square ou des Amants Parallèles fait encore mieux que d’habitude et nous emporte avec son art de la photographie du quotidien.

Marie-Flore - Braquage

Marie-Flore – Braquage

Marie-Flore raconte. Et son Braquage est une histoire. Celle d’un court-circuit. D’une sortie de route. Sans trace de freinage. Ou alors si peu. Braquage, c’est l’histoire d’un tir dans le noir. D’un amour. C’était un jour, un peu d’espoir. Une histoire brutale. L’amour qui frappe et qui fait mal. Celui en qui, cette fois, on…

Mark Lanegan Band - Somebody's Knocking

Mark Lanegan Band – Somebody’s Knocking

Toc toc toc, revoilà l’ex Screaming-Trees Mark Lanegan. Composé en onze jours à Los Angeles (ville adoptive de l’artiste depuis 22 ans), Somebody’s Knocking a le mérite de remettre les pendules à l’heure et séduira les fans historiques tout comme les fantatiques de Depeche Mode.

Big Thief - Two Hands

Big Thief – Two Hands

Le robinet est ouvert… Il faut donc savoir en profiter. En quatre ans, les Big Thief ont publié quatre albums qui ont le chic d’être différents les uns des autres et de fascinants. Cinq albums si on compte le disque solo d’Adrianne Lenker, chanteuse et plume du groupe.

Chevalrex - Amiral Pop

Chevalrex – Amiral Pop

Avant de clôturer l’année 2019 de fort belle manière le temps d’un concert au 104, Chevalrex revient avec un EP, Amiral Pop et continue de flotter au dessus des flots.

Jonathan FireEater’s -Tremble Under Boom Lights

Jonathan Fire*Eater ‎– Tremble Under Boom Lights

Third Man Records fait oeuvre d’utilité publique en rééditant Tremble Under Boom Lights des feux Jonathan Fire*Eater. Sans ces derniers, Paul Banks (Interpol) serait resté seul avec ses boutons d’acné et les Yeah Yeah Yeahs ne seraient pas sortis de leur local de répétition. Vénérés (et pillés) par les Strokes, les Jonathan Fire*Eater furent le…

Mark Koelek and Petra Haden - Joey Always Smiled

Mark Kozelek with Petra Haden – Joey Always Smiled

Cinq mois après la sortie du mitigé I Also Want To Die In New Orleans de Sun Kil Moon et cinq mois avant la sortie du très attendue Mark Kozelek with Ben Boye and Jim White 2, Mark Kozelek, on se voit dans l’obligation de coller cinq sur cinq à la nouvelle collaboration de l’ex…

Champs

Champs – The Hard Interchange

Comme la fratrie White des Electric Soft Parade, la fratrie Champion ne nous a jamais déçus. Depuis 2013, Michael et David Champion, écrivent des petits merveilles pop qui font de Champs une machine à tubes.

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.