Catégories
Chroniques d'albums

The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal
The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

Peter Milton Walsh, sous perfusion française avec le label Microcultures, publie No Song, No Spell, No Madrigal en ce beau début de printemps.
Et à vrai dire, nous n’avons pas réellement envie de rédiger une chronique. C’est que notre relation avec Peter Milton Walsh est extrêmement ambivalente. On aimerait tant que ce type soit un peu plus connu ou que ses chansons passent à la radio…
Mais d’un autre coté, nous n’avons pas spécialement envie que son œuvre échappe à notre jardin le plus secret.

Depuis le début de sa carrière PM Walsh, Premier Ministre de la Pop Tarabiscotée n’a écrit aucune mauvaise chanson.
Comme Frank Black du temps des Pixies. Comme Noel Gallagher de 1995 à 1997. Comme Strummer & Jones pour London Calling. Sauf que l’affaire dure ici depuis trente ans et que tout le monde s’en fiche. Un vrai cas d’école ce garçon.
Mais cette étrange situation satisfait le cercle restreint des initiés: personne ne vient jeter un œil sur leur joyau.
Cinquième album du frère d’armes des The Go-Betweens, No Song, No Spell, No Madrigal nous transporte du soleil couchant de Brisbane à la neige tombante de New York en huit chansons.

The Apartments – Twenty One

N’importe quelle personne avec un tant soit peu de bon sens se rappelle de ce qu’elle faisait lorsqu’elle a rencontré pour la première fois une chanson de Peter Milton Walsh. Ici c’est la chronique de Nicolas Ungemuth concernant la réédition de Drift via le label bordelais Talitres qui a déclenché les hostilités. Drift, des chansons venimeuses qui tuent à chaque écoute, Drift ou comment transformer un samedi matin heureux en des mois dépressifs. Ce type a la capacité de faire bousculer n’importe quel mètre étalon de fan de pop: écoutez Could I Hide Here? (A Little While) et vous êtes obligés de réévaluer toute votre discothèque.
Le seul défaut de ce disque au final était sa pochette. Ce ne sera pas le cas en 2015. En effet, No Song, No Spell, No Madrigal est habillé par Pascal Blua, le récurrent de l’étape, qui a mis tout son savoir-faire dans le design.

Ce disque, produit par Wayne Connolly (l’homme aux manettes d’In Your Bright Ray de Grant McLennan), est tout bonnement hallucinant. Entouré des vieux grognards (dont Amanda Brown des The Go-Betweens), l’Empereur qui n’a jamais régné a écrit huit pépites parfaitement servies par une orchestration splendide. Et puis cette voix… Elle est gorgée de défauts mais est toujours un véritable délice depuis trente ans.

Cependant il faut laisser le temps faire son œuvre avec No Song, No Spell, No Madrigal. Dans quelques semaines, cette chronique ne ressemblera pas à celle-ci. En effet, les inlassables écoutes de ce disque sont différentes chaque jour. Se faire une idée fixe sur une chanson des The Apartments est une vaine tentative: on cherche toujours la clef d’entrée de All His Stupid Friends… Alors tenter de comprendre Swap Places en deux semaines relève de l’exploit!

Walsh est toujours aussi coquet et on retrouve avec délice ses belles manières de vieux garçon. Comme d’habitude, il arrive à faire basculer des comptines anodines en chef d’œuvre pop. La diction du refrain de September Skies suffit à faire entrer en dépendance aiguë l’auditeur.
Remarquez, ce comportement avait déjà été remarqué avec le premier extrait de ce disque, Twenty One, hommage au fils disparu. Comment peut-on réussir à écrire une chanson de cette envergure? C’est inhumain.

No Song, No Spell, No Madrigal distille donc tous les jours un venin différent. Toute immunisation est vaine. A chaque nouvelle écoute, les chansons des Apartments rebattent les cartes en leur faveur.

The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal5.0
10/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article
2 réponses sur « The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal »

Hello Louis et SK ! Une petite correction : c’est le sixième ou septième album, si l’on compte « Seven songs » de Talitres en 2013.
« The Evening… » (1985), « Drift » (1993), « A life… » (1995), « Fête Foraine » (1996, ce n’est pas un live), « Apart » (1997), « Seven Songs » (2013) et « No Song… » (2015)…
Et il y a aussi un live de la tournée 2012, en format numérique

Hello Billy,

Je n’ai pas compté Seven Songs et Fête Foraine.
M’enfin je savais que nous allions nous arracher les cheveux sur le décompte des œuvres de PMW.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

The Apartments

The Apartments : de l’ombre à la lumière

En 2015, Peter Milton Walsh mettait fin à des années de silence en publiant No Song, No Spell, No Madrigal chez Microcultures. Il sera de retour à la rentrée avec un nouvel album de 8 chansons publié chez Talitres.
The Apartments

The Apartments, rois de l’Ubu

Après avoir initié toute une génération à la musique de Peter Milton Walsh en rééditant Drift au début des années 2010, Talitres continue de prêcher la bonne parole en s’apprêtant à publier le premier live de The Apartments.
The Apartments

Initials P.M.W.

En plus de revenir dans les salles françaises cet automne, Peter Milton Walsh sera aussi présent dans les bacs des disquaires avec Initials PMW, un EP live enregistré en Australie.
The Apartments

The Apartments, c’est reparti pour un tour

Après un retour gagnant sur le devant de la scène avec No Song, No Spell, No Madrigal en 2015, après avoir fait une tournée en 2016, après avoir réédité Drift et Fête Foraine en 2017, Peter Milton Walsh et ses Apartments seront de retour en 2018 pour une série de six concerts en France.
The Apartments © Bleddyn Butcher

Au coin avec The Apartments

C’est que ça se bouscule au portillon en terme d’actualité pour Peter Milton Walsh. Après avoir fait rééditer son album Drift (Talitres), l’australien passe la vitesse supérieure et réédite Fête Foraine.
The Apartments @ Bouffes du Nord

Les éclats de Drift de The Apartments

On n’arrête plus Peter Milton Walsh ! Après l’annonce de la réédition de Fête Foraine, c’est au tour de Drift d’être réédité. Et en vinyle s’il vous plaît !

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…