The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal
Louis - 14/04/2015

The Apartments - No Song, No Spell, No Madrigal
The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal

Peter Milton Walsh, sous perfusion française avec le label Microcultures, publie No Song, No Spell, No Madrigal en ce beau début de printemps.
Et à vrai dire, nous n’avons pas réellement envie de rédiger une chronique. C’est que notre relation avec Peter Milton Walsh est extrêmement ambivalente. On aimerait tant que ce type soit un peu plus connu ou que ses chansons passent à la radio…
Mais d’un autre coté, nous n’avons pas spécialement envie que son œuvre échappe à notre jardin le plus secret.

Depuis le début de sa carrière PM Walsh, Premier Ministre de la Pop Tarabiscotée n’a écrit aucune mauvaise chanson.
Comme Frank Black du temps des Pixies. Comme Noel Gallagher de 1995 à 1997. Comme Strummer & Jones pour London Calling. Sauf que l’affaire dure ici depuis trente ans et que tout le monde s’en fiche. Un vrai cas d’école ce garçon.
Mais cette étrange situation satisfait le cercle restreint des initiés: personne ne vient jeter un œil sur leur joyau.
Cinquième album du frère d’armes des The Go-Betweens, No Song, No Spell, No Madrigal nous transporte du soleil couchant de Brisbane à la neige tombante de New York en huit chansons.

The Apartments – Twenty One

N’importe quelle personne avec un tant soit peu de bon sens se rappelle de ce qu’elle faisait lorsqu’elle a rencontré pour la première fois une chanson de Peter Milton Walsh. Ici c’est la chronique de Nicolas Ungemuth concernant la réédition de Drift via le label bordelais Talitres qui a déclenché les hostilités. Drift, des chansons venimeuses qui tuent à chaque écoute, Drift ou comment transformer un samedi matin heureux en des mois dépressifs. Ce type a la capacité de faire bousculer n’importe quel mètre étalon de fan de pop: écoutez Could I Hide Here? (A Little While) et vous êtes obligés de réévaluer toute votre discothèque.
Le seul défaut de ce disque au final était sa pochette. Ce ne sera pas le cas en 2015. En effet, No Song, No Spell, No Madrigal est habillé par Pascal Blua, le récurrent de l’étape, qui a mis tout son savoir-faire dans le design.

Ce disque, produit par Wayne Connolly (l’homme aux manettes d’In Your Bright Ray de Grant McLennan), est tout bonnement hallucinant. Entouré des vieux grognards (dont Amanda Brown des The Go-Betweens), l’Empereur qui n’a jamais régné a écrit huit pépites parfaitement servies par une orchestration splendide. Et puis cette voix… Elle est gorgée de défauts mais est toujours un véritable délice depuis trente ans.

Cependant il faut laisser le temps faire son œuvre avec No Song, No Spell, No Madrigal. Dans quelques semaines, cette chronique ne ressemblera pas à celle-ci. En effet, les inlassables écoutes de ce disque sont différentes chaque jour. Se faire une idée fixe sur une chanson des The Apartments est une vaine tentative: on cherche toujours la clef d’entrée de All His Stupid Friends… Alors tenter de comprendre Swap Places en deux semaines relève de l’exploit!

Walsh est toujours aussi coquet et on retrouve avec délice ses belles manières de vieux garçon. Comme d’habitude, il arrive à faire basculer des comptines anodines en chef d’œuvre pop. La diction du refrain de September Skies suffit à faire entrer en dépendance aiguë l’auditeur.
Remarquez, ce comportement avait déjà été remarqué avec le premier extrait de ce disque, Twenty One, hommage au fils disparu. Comment peut-on réussir à écrire une chanson de cette envergure? C’est inhumain.

No Song, No Spell, No Madrigal distille donc tous les jours un venin différent. Toute immunisation est vaine. A chaque nouvelle écoute, les chansons des Apartments rebattent les cartes en leur faveur.

The Apartments – No Song, No Spell, No Madrigal
5.0
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Réponses
  1. Hello Louis et SK ! Une petite correction : c’est le sixième ou septième album, si l’on compte « Seven songs » de Talitres en 2013.
    « The Evening… » (1985), « Drift » (1993), « A life… » (1995), « Fête Foraine » (1996, ce n’est pas un live), « Apart » (1997), « Seven Songs » (2013) et « No Song… » (2015)…
    Et il y a aussi un live de la tournée 2012, en format numérique

  2. Hello Billy,

    Je n’ai pas compté Seven Songs et Fête Foraine.
    M’enfin je savais que nous allions nous arracher les cheveux sur le décompte des œuvres de PMW.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

The Orielles - Disco Volador

The Orielles – Disco Volador

Le label Heavenly Recordings (Saint Etienne, Mark Lanegan) fête dignement ses trente ans avec la sortie de Disco Volador, le deuxième disque des Orielles qui, on le souhaite, ne sera pas leur second.

Greg Dulli - Random Desire

Greg Dulli – Random Desire

Greg Dulli n’a jamais déçu. Que ce soit avec les Afghan Whigs ou The Twilight Singers ou encore avec Mark Lanegan le temps de The Gutter Twins. Ce n’est pas avec son premier album solo que la déception va pointer le bout de son nez.

Pictish Trail – Thumb World

L’Écossais Johnny Lynch aka Pictish Trail est tellement fou qu’il ferait passer son compatriote Steve Mason (The Beta Band) pour quelqu’un de totalement ennuyeux. La preuve avec Thumb World, son nouvel album.

The Lost Brothers - After The Fire After The Rain

The Lost Brothers – After The Fire After The Rain

Encensés par Richard Hawley, produits par Brendan Benson (The Raconteurs) et amis de M. Ward, les Lost Brothers ont tout pour réussir. Si c’est le cas au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis (où ils vont assurer la première partie de M. Ward lors de sa prochaine tournée), fort est de constater que la greffe ne prend…

Humanist – Humanist

Il y a Rob Marshall et les autres. Pour son premier disque solo, l’ex Exit Calm réussit l’exploit de réunir une douzaine de chansons belles à tomber à la renverse avec un casting qui donne le tournis. Humanist est un coup de foudre. Et comme pour Lucien Leuwen de Stendhal, Humanist est un coup de…

Destroyer - Have We Met

Destroyer – Have We Met

Il y a neuf ans, l’ex The New Pornographers Dan Bejar publiait Kaputt un disque somptueux qui avait le mérite d’unir les fans irréconciliables de New Order et de Prefab Sprout. Au lieu de capitaliser sur ce succès, Bejar nous a plongé dans une pop magnifique mais dépressive pendant deux albums. Have We Met sonne…

Andy Shauf - Neon Sklyline

Andy Shauf – The Neon Skyline

En mai 2016, Andy Shauf avait tué toute la concurrence en publiant The Party. Il recommence en janvier 2020 avec The Neon Skyline.

Isobel Campbell- There Is No Other

Isobel Campbell – There Is No Other

Pour un retour inespéré, c’est un retour inespéré. L’ex Belle and Sebastian n’avait pas donné de nouvelles depuis dix ans. Elle est de retour avec There Is No Other, un disque impeccable.

East Village - Hotrod Hotel (2)

East Village – Hotrod Hotel

Michael Schulman, le patron de Slumberland Records (Tony Molina, Pete Astor, Veronica Falls pour ne citer qu’eux) se fait plaisir en rééditant Hotrod Hotel.

Bill Fay - Countless Branches

Bill Fay ‎– Countless Branches

Adulé par les membres de Wilco et de War On Drugs, vénéré par Jim O’Rourke et Ed Harcourt, Bill Fay est définitivement sorti de sa retraite à l’âge de 76 ans avec la sortie de Countless Branches.

Alma Forrer - L'année du loup

Alma Forrer – L’année du loup

« J’ai envie de toi » chante Alma Forrer dans N’être que l’hiver qui ouvre son premier album L’année du loup et à son écoute nous avons aussi terriblement envie d’elle, de ses chansons entre folk américain et variété française au sens le plus noble.

Field Music - Making A New World

Field Music – Making A New World

Si Oasis et Radiohead n’avaient pas existé…. Si les Foals et les Coral n’avaient pas existé… Les Field Music seraient sûrement le groupe anglais le plus influent et le plus médiatisé de ces quinze dernières années.

The Electric Soft Parade - Stages

The Electric Soft Parade – Stages

Retour inattendu (et inespéré) des frères White ! Les Electric Soft Parade ouvrent le bal des sorties de 2020 et mettent d’emblée la barre très haute.

Jim Sullivan - If The Evening Were Dawn

Jim Sullivan – If The Evening Were Dawn

Le label Light In The Attic Records fait oeuvre de salubrité publique en rééditant de fort belle manière les deux disques de feu Jim Sullivan et en publiant If The Evening Were Dawn, un disque qui 10 chansons acoustiques jamais sorties.

Les Wampas - Sauvre Le Monde

Les Wampas – Sauvre Le Monde

Bonne nouvelle ! Les Wampas ne font plus la gueule et sont toujours chauds, sales et humides. Avec ce treizième album, Didier Wampas signe un excellent cru.

Dead Horse One – The West Is The Best

Qu’est-ce qui est mieux que Without Love We Perish, le premier disque des Dead Horse One enregistré par Mark Gardener (Ride) ? Qu’est-ce qui est mieux que que Season Of Mist, le deuxième disque des Dead Horse One enregistré par John Loring (Fleeting Joys) ? Et bien c’est The West Is The Best des Dead…

the-replacements-dead-mans-pop

The Replacements – Dead Man’s Pop

Pour ceux qui n’ont pas les finances nécessaires pour s’offrir le coffret G Stands For Go-Betweens : Volume 2 – 1985 -1989 des Got-Betweens, une seule solution : acheter Dead Man’s Pop de The Replacements. La douloureuse est divisée par cinq (on passe grosso modo de 270 à 50 euros) et le bonheur est totalement…

Stephan Eicher - Homeless songs

Stephan Eicher – Homeless songs

Il y a des disques qui vous prennent par surprise, qui vous étreignent. D’artiste dont on n’attendait plus grand-chose. Ils touchent peut-être parce qu’il y a une connexion physique et mentale qui s’opère.

My Favorite Horses - Funkhauser

My Favorite Horses – Funkhauser

Revenus du bayou et des rives du Mississippi, My Favorite Horses pose ses valises en France et donne sa définition de la pop française.