Common Pulp

Quand dans le Alan Lomax du 22ème siècle se penchera sur la musique populaire au sens le plus noble du terme, il disposera du documentaire de Florian Habicht sur un groupe racé et touchant, Pulp : A film about life, death & supermarkets que diffuse Arte en replay jusqu'au 13 août.

Pulp - affiche
Si vous ne devez (re)voir qu’un documentaire musical, cela sera celui-ci. Car c’est peut être le premier qui montre ce qu’est la culture populaire qui mêle musique, mots et maux de nos sociétés en magnifiant des visages, des figures. Pas sûr que l’on puisse faire de même dans une France qui n’a pas réussi à avoir un président normal et des groupes de ce calibre ancrés dans une culture populaire commune. Il est très émouvant de découvrir ces portraits sensibles d’anonymes de sheffield marqués chacun à leur façon par un groupe à la fois prolo, dandy et indéniablement subversif. Ce film évoque l’ultime concert de Pulp à Sheffield le 8 décembre 2012, point final d’une tournée de reformation.

« Imagine qu’à ton reveil, toute la musique ait disparu… » dit un tag sur un pont… et bien il resterait assurément la poésie de Pulp pour ensoleiller la morne Sheffield et donner du baume au coeur à ses habitants. De la chorale pailletée au boucher des halles, en passant par le débonnaire marchand de journaux, le coutelier passionné, l’infirmière mère célibataire d’Atlanta, les vamps de du centre ville, la bibliothécaire inspirée, l’équipe de foot féminine floquée au logo du groupe, l’ado passionné de serial killers sauvé par l’amour et la musique, Richard Hawley le magnifique ou encore cette candide et émouvante pré ado philosophe qui conseille à tous les parents du monde d’être fiers de leurs vies et de laisser rêver leurs enfants.

Discographie

2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie
2017_07_31_pulp_movie

A travers leurs yeux, se dessine le portrait tendre et captivant d’un groupe qui aura marqué son temps et surtout respecté son public, ces ‘common people’ en lui tendant un miroir parfois crurl, souvent drôle, sans s’apitoyer.

Et l’on peut répondre à Jarvis qui nous interpelle dans le générique du film que nous avons aimé celui-ci, « les hauts les bas, les rires et les larmes » et que malgré son retour à la vraie vie, Pulp restera un groupe hors normes et que l’on est tous un peu natif de Sheffield.

Pulp – Common People

Pulp – This is hardcore

Pulp – Help The ages

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Cela pourrait vous intéresser

Suede - Dog Man Star

Suede, la vie, la pop… s’il faut qu’on s’adopte.

Il existe différentes façons d’entrer. Certains frappent, et attendent. Plus impatients, plus pressés, d’autres contournent, et enjambent. Une fenêtre ouverte, la première, les voilà dans la maison. Et puis il y a Suede. Apparu directement dans le salon, sans même être passé par la cheminée. Comme ça. Sans nuage de fumée. Sans rien. D’un coup. […]
Pulp - This is hardcore

[1998 – 2018] Pulp, le fauteuil rouge et les yeux bleus

Au milieu des années 90, en plein fourre-tout britpop, coup sur coup et à un an d’intervalle, Pulp faisait sauter la banque avec deux albums, His ‘n’ Hers, et surtout Different Class. Trois années plus tard, tout était déjà fini. Pulp sortait This is Hardcore, sonnait la fin de la récré, et se suicidait dans […]

Brit Pop is not dead

C’est donc au tour de Pulp de se reformer. Avec Russell Senior s’il vous plaît.

Plus dans News

Richard-dawson---pc-kuba-ryniewicz--13---300-dpi

Dawson craque

Notre peasant préféré de Newcastle Richard Dawson chevauche une monture imaginaire pour mieux nous dépayser avec Horse and Rider extrait de son génial dernier album, The Ruby Chord.
Talisco-human

De la nature humaine

Retour sur terre pour Talisco avec un titre, Human qui annonce un nouvel album.
Jeanfelzine-cettefemmeestunmystre

Le Roy Jean

« Ne dépouillez pas la femme de son mystère » écrivait Friedrich Nietzsche. C’est souvent elle qui pourtant nous dépouille de nos certitudes et de nos illusions. Jean Felzine adapte magistralement en français le She’s a Mystery to Me chanté par Roy Orbison paru en 1989 sur son album posthume.
Miossec-mesvoitures

Au volant avec Miossec

Miossec nous conte son épopée automobile. On prend alors la route à rebours où les voitures sont des compagnes, presque des amantes défuntes.