Suede, la vie, la pop… s’il faut qu’on s’adopte.

Suede - Dog Man Star
Julien Tixier 16/09/2018

Il existe différentes façons d’entrer. Certains frappent, et attendent. Plus impatients, plus pressés, d’autres contournent, et enjambent. Une fenêtre ouverte, la première, les voilà dans la maison. Et puis il y a Suede. Apparu directement dans le salon, sans même être passé par la cheminée. Comme ça. Sans nuage de fumée. Sans rien. D’un coup. Avachi dans le canapé, et les pieds sur la table basse.

D’un coup il y eut Suede, et d’un coup, Suede fut proclamé roi. En réalité, bien plus que cela. Car dans un pays qui au fond se moque des rois et honore les reines, mais par-dessus tout le rock’n’roll, Suede reçut la plus haute distinction. Meilleur groupe britannique. Britannique ou du monde ; là-bas, cela signifie la même chose. « The Next Big Thing » affichait la une du NME un jour de 92. La formule est belle et on a fait pire. On a surtout rarement fait mieux. Car des meilleurs groupes du monde, l’Angleterre en a certes sacrés plusieurs, et souvent en même temps, mais aucun ne le fut sans avoir enregistré le moindre album. Les Londoniens de Suede l’ont fait. Avec rien ou si peu. Une ou deux chansons, mais elles ont tapé juste.

Les années 90 appartiennent au rock britannique. Et Suede fut le premier souffle qui remit l’Union Jack au centre du monde. Brutalement, quelques mois plus tard, Oasis s’immisça dans le courant d’air. Blur, qui sagement attendait devant la porte, trouva la clé avec son Girls and boys pour s’inviter à la fête. Pulp finit son long tunnel débuté quinze ans plus tôt, et malgré les années passées à gratter la terre, bondit dans le salon, incroyablement brillant et lumineux. Et puis, il y eut tous les autres…

Enregistré dans la foulée, le premier album de Suede aurait dû en toute logique être déjà le dernier, tellement le groupe s’entredéchirait, secoué entre les égos de ses deux leaders, le dandy crooner glam Brett Anderson et le guitariste surdoué Bernard Butler. Sacré roi sans avoir fait le moindre album, presque mort après son premier, Suede fait tout plus vite. La signature des comètes est bien souvent la marque des géants.

Pourtant étrangement, en 1994, Suede est toujours là, et sort Dog Man Star. Si le groupe survit encore miraculeusement, ce ne sera pas le cas de ce qu’il restait d’entente entre Anderson et Butler, ce dernier claquant définitivement la porte avant la fin des enregistrements. Mais il faut voir le résultat. Dog Man Star est une étoile filante. Complexe, alambiqué. Ça parle d’amour, de drogue, et de mort. De beaucoup de larmes, aussi.

Suede - Dog Man Star

Rentrer sans frapper a un avantage : il permet de surprendre. Surprendre le grand frère en train de renifler un tube de colle. Surprendre la petite dernière en train de se faire sauter, surprendre le grand-père en train de pleurer, l’album de souvenirs ouvert sur les genoux. Ça pourrait être Pulp, ou d’autres confrères racontant les petites histoires, les petites choses. Mais si Pulp prend le parti-pris de les raconter en immersion, les mains dans la graisse, le nez dans le soutif, avec la tendresse souvent en arrière fond, Suede chante au-dessus du graillon et des draps souillés.

Et puis, faut voir… Faudrait presque être certain. Car si on aime le frais, une pop efficace joliment ciselée, plage de Brighton entre filles bien élevées et gentils garçons, il y a Blur. C’est très bien, excellent vraiment, mais là c’est autre chose. Avec Suede et Dog Man Star on bascule. On s’effondre même. Très vite le ton est donné. Dès la pochette. Tchernobylienne, ou verdâtre. Extérieur et intérieur. C’est l’éclate. Musicalement, et après une petite introduction qui aurait tout d’un épilogue, violent, désespéré ou cruel, Brett Anderson s’acharne à planter le décor. Il chante. En deux, Nous sommes les cochons. En trois, Heroine. En conclusion Still Life. Nature morte. On n’en sortira donc pas vivant. Figé est le mieux que l’on puisse être. Charmant programme. Entre tout ça, des rêves fracassés, et des accidents. On supplie. On passe dans un tunnel. Et on ne capte plus. Merci pour tout, la fête est réussie. La vie, l’amour, tout fout le camp. On s’agrippe aux murs tant qu’on peut. Lentement ou brutalement, Dog Man Star s’effile en trainée, comme autant de souvenirs. Immobiles et sincères. Suede cherche l’ivresse, et chante la sortie de secours. Ou ce qu’elle a pu être, dans des corps qui se serrent, pour se retenir encore un peu.

Suede avait vu juste, tout fout le camp. Je suis sur Tinder car j’en ai marre de baiser ma sœur. Merveilleuse accroche. La réclame d’une génération. Qui dit mieux ? En attendant, on adopte. On adopte les semblants d’amours comme on a peur de les vivre. On adopte les mecs. On adopte ce que l’on trouve. On cherche bien des pièces dans les caniveaux, et on croit bien trouver des trésors en faisant les poubelles. Et ils ont tous probablement raison. On a déjà vu des desserts surprenants après des entrées dégueulasses. En fermant les yeux, on arrivera même à y croire. Le temps d’un été. Ou deux. Ou plus, et ce sera pire. Le réveil sera lugubre. Au milieu de tout ça, il ne reste pas grand-chose. Des moments dérobés, et quelques étoiles, à l’écart du mouvement. Mais tout s’efface déjà. Si les jours sont souvent si sombres, c’est parce que les étoiles ne brillent jamais qu’au lendemain.

Oui, Brett Anderson avait su lire l’avenir, probablement dans des trucs en poudre, ceux qui mettent en orbite, mais il l’avait bien lu. Il avait vu juste, quand avec New Generation, dans un sursaut il suppliait « comme tous les garçons, dans toutes les villes, je prends le poison, je prends pitié, mais elle et moi, des pilules pour nous retrouver ». Des pilules, ou des interfaces. On se cache. Mais vivre est à côté.

Dog Man Star avait tout de la dernière œuvre. Ambitieux. Mégalomane. Baroque. Peut-être dégoulinant, et frôlant l’excès, mais pourtant sans jamais s’échouer. Dog Man Star est la décomposition et le froid. Ou un soir qui s’éteint, sur des pas qui s’éloignent. Suede aurait dû mourir, mais Suede ne l’a pas fait. Alors, le nouvel album porté par le si beau Life is Golden nous appelle, mélancolique. La tendresse n’a rien de génial. Mais elle est là. Pour hésiter et trembler. Et respirer un peu plus fort. Et puis, la tendresse a ça de génial, qu’on a encore rien trouvé de mieux pour faire briller deux étoiles.

Suede – Life is golden (2018)

Suede - Dog Man Star

Tracklist : Suede - Dog Man Star
  1. Introducing The Band
  2. We Are The Pigs
  3. Heroine
  4. The Wild Ones
  5. Daddy's Speeding
  6. The Power
  7. New Generation
  8. This Hollywood Life
  9. The 2 Of Us
  10. Black Or Blue
  11. The Asphalt World
  12. Still Life

Suede, la vie, la pop… s’il faut qu’on s’adopte.
5.0

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

LIFE - A Picture of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…