[1998 – 2018] Pulp, le fauteuil rouge et les yeux bleus

Pulp - This is hardcore
Julien Tixier - 28/07/2018

Au milieu des années 90, en plein fourre-tout britpop, coup sur coup et à un an d’intervalle, Pulp faisait sauter la banque avec deux albums, His ‘n’ Hers, et surtout Different Class. Trois années plus tard, tout était déjà fini. Pulp sortait This is Hardcore, sonnait la fin de la récré, et se suicidait dans une classe folle.

Il faut savoir imaginer. Et qui sait, peut-être rêver. Assise dans le fauteuil rouge, trône faussement rétro dépassant du bazar de ce qui servait de salon, elle souriait. Lui, debout, s’activait maladroitement à passer les tubes de Sa Royale Majesté, tendance 90’s. Elle aimait le rock britannique. Radiohead. Oui, et alors ? Mais encore ? All I Want to do is rock peut-être, Travis ou un autre ; un Suede, lunaire, période Dog Man Star ; à moins que les filles d’Elastica et leur directe Connection… Oui, à moins que, à moins que… Il lui donnerait le meilleur pour la fin, et ce fut Pulp. Il avait toujours trouvé ce nom génial. Simple, phonétiquement explosif, fruité ; tout collait. Et la bande à Cocker envahit la pièce, comme elle avait envahi l’Angleterre des années avant. Il s’agitait. Petit déhanché. Elle souriait.

Pulp – Disco 2000

Oui, la bande à Jarvis Cocker avait tout compris, quand à la face de tous et d’un violent coup de pied dans la porte, elle envoyait Different Class, album pop génial, d’urgence en fulgurances. A coup d’histoires découpées et ciselées, Pulp espionne. Il espionne et il mord. Avec un Common People sorti de quasi nulle part mais désormais évidence rock pour l’éternité. Et le riff vu, revu, et presque pas corrigé, crânement balancé sur Disco 2000… Guitares accrocheuses et ritournelle entêtante, recette imparable. Sauf que les ritournelles de Pulp, même emballées dans un sac de bonbons, sont tristes. Nick Cave l’a bien compris en la rhabillant, bien plus tard, en valse douloureuse. Oh Deborah, do you recall ? Oui, te rappelles-tu ?

Pulp – Help the aged

Même fauteuil rouge, quelques mois plus tôt. Une fin janvier polaire. Il faut savoir imaginer. Il faut savoir s’échapper aussi, et se faufiler, main sous le pull, entre le tissu et la peau, là où ne peuvent que trembler ceux qui savent encore frissonner. Il n’est pas d’histoire banale pour celui qui sait la vivre. Et si Pulp chante l’amour triste, c’est peut-être qu’au fond quelques fois il fut beau. Même dans les rendez-vous de fin de semaine, le sourire timide de la copine, sortie de boulot, le tablier et les doigts encore graisseux d’un Fish and Chips de Sheffield.

Mélancolique, Pulp l’est. Enjoué, puis sombre. Méchant, et puis l’inverse. Pulp distribue les coups de griffes aux demoiselles, et les gifles surtout à ceux qui n’ont rien compris. Pulp chante les déceptions, la vengeance, et les rêves solitaires. Pulp chante les mères adultères, la sœur salope et les garçons qui bandent mou. Car quelques fois, avant, pourtant ce fut beau…

Pulp – This is hardcore

Le fauteuil rouge est désormais vide. Avec This is Hardcore, tout s’est arrêté. Trois ans plus tard, il n’y a plus d’espoir. Different Class cognait dur mais cachait mal les amours adolescentes. En 98 l’addition est définitivement payée. Et sans pourboire. This is hardcore a la couleur d’un matin crasse, avec le rouge à lèvres trop appuyé, le cendrier sur le parquet, et la culotte au pied du lit. Different Class c’était les amours qui foirent. Avec This is hardcore, on a rallumé la lumière. La fête est finie, et les amours ont bien foiré. La lumière est froide, crue, amicalement glauque même. C’est le jour d’après, avec la peur en ouverture. Pulp quitte l’habit d’outsider pop hit maker, et tout devient suave, cajoleur, libidineux, malsain, crépusculaire. On a vécu. Et c’est presque tout. Reste la suite. Avec, quelque part entre les lignes, l’espoir résigné. Finie la nonchalance et la morgue assurée. Ici, le pas est hésitant, comme la marche boiteuse du dandy Jarvis, la cravate défaite, dans le clip de la chanson éponyme : ballet sublime, en rouge, or, et bleu électrique. Ici, pas de hit immédiat, de single évident. Ou alors un ou deux pas plus, et en face B. Like a friend assurément, explosive et jouissive, qui s’inscrit comme l’une des meilleures du groupe, pour un striptease de Gwyneth Paltrow, petite dentelle tombée sur les chevilles. Drôle d’amie. Mais l’important est bien ailleurs. Après les déceptions, vient le silence. Avec un fort goût de regret. Et puis les interrogations. Oui, qu’y a-t-il après chaque chose ?

Le fauteuil rouge est vide. Mais ses yeux à elle n’ont jamais eu la couleur d’un matin crasse. Ils portaient celle d’un chemin de vacances maladroit. Une fenêtre ouverte, un vendredi soir dans le gris des pensionnats. Elle souriait. Et on n’a pas osé se dire je t’aime.

Pulp – Common people

[1998 – 2018] Pulp, le fauteuil rouge et les yeux bleus
5.0

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

La jeunesse est un art écrivait Oscar Wilde. La jeunesse se chante et peut bouleverser avec quelques notes : la preuve avec le premier disque d’Eve Owen, une londonienne de 20 ans.

Liam Gallagher – MTV Unplugged

Liam Gallagher – MTV Unplugged

En 1996, Liam Gallagher plantait tout le monde. Une tournée américaine qui devait être triomphale pour Oasis n’eut pas eu lieu à cause d’une engueulade avec Mark Lanegan… et un MTV Unplugged qui s’annonçait aussi splendide que celui de Nirvana se solda par une prestation solo de Noel… Liam refusa de chanter et regarda son…

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Originaire de Galway, Brigid Mae Power signe avec Head Above The Water son premier disque chez Fire Records (The Chills, Evan Dando, etc…). Successeur de trois albums, Head Above The Water s’impose comme une évidence et surtout dépasse le niveau des autres. Disque lumineux et élégant, il devrait accompagner notre été 2020. Et plus si…

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Quinzième album pour Damien Jurado. Et comme d’habitude le même scénario : un disque superbe, des critiques dithyrambiques, des ventes quasi-nulles en France et donc aucun concert à Paris et en province. What’s New, Tomboy ? devrait donc réjouir les 45 fans français du Monsieur. Et comme d’habitude, on attend l’année qui suit pour avoir…

Tim Burgess – I Love The New Sky

Tim Burgess – I Love The New Sky

Qu’est-ce qu’il y a de plus anglais que Tim Burgess ? Liam Gallagher passe pour un touriste allemand à côté du maître des Charlatans. Le leader de ce groupe de Manchester est anglais, lettré et sympathique. Et en plus il sort des disques fortement sympathiques.

Patrón – Patrón

Patrón – Patrón

Loading Data est en sommeil, vive Patrón ! Le Français fait de nouveau alliance avec Alain Johannes et sa bande pour sortir un disque qui devrait rendre totalement priapique n’importe quel fan des Queens Of The Stone Age.

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Proche de Mark Lanegan, collaborateur des sombres Archie Bronson Outfit et des Savages, Duke Garwood avait fait ces derniers temps le choix de se la jouer solo. Avec The Bliss of Myth, Garwood fait une entorse à son récent règlement et nous enchante avec le mystérieux Paul May le temps d’un disque, le bien nommé…

Hey Hey My My – British Hawaii

Hey Hey My My – British Hawaii

Avez-vous pensé au premier disque que vous allez écouter en bagnole, les fenêtres ouvertes, sur les routes de l’après, direction Merry Land pour piquer une tête in the lake un samedi soir en prenant son temps, « paisible, à la fraîche, décontracté du gland » ? Cela pourrait bien être British Hawaii d’Hey Hey My My.

BC Camplight – Shortly After Takeoff

BC Camplight – Shortly After Takeoff

Pour son cinquième album, Brian Christinzio aka BC Camplight a reçu la note maximale de 5/5 par le très chic The Guardian. Logique, cinquième album, cinq étoiles. Sauf que c’est tout sauf la logique qui anime Shortly After Takeoff, dernier volet de la trilogie commencée How To Die In The North et Deportation Blues…. On…

Danzig Sings Elvis

Danzig Sings Elvis

Qu’est-ce qui est plus ringard qu’un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig ? Un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig. L’ex-Misfits se fait étriller par la critique. Il faut dire que le contenant ne fait pas rêver. Par contre, le contenu vaut plus que le détour.

The Coral – Live At Skeleton Coast

The Coral – Live At Skeleton Coast

En attendant de reprendre les chamailleries habituelles du 1er mai, on peut écouter, confiné, l’album live des Coral qui vient de débarquer sans prévenir sur les Internet.

Black Bones – Ghosts & Voices

Black Bones – Ghosts & Voices

Qu’est-ce qui sent le champagne, qui a la couleur d’un chewing-gum à la fraise et qui est moulée dans un pantalon de cuir ? Une chanson de Black Bones ! Anthonin Ternant poursuit ses obsessions catho-crampsiennes et nous enchante avec Ghosts & Voices.

Brendan Benson – Dear Life

Brendan Benson – Dear Life

A quoi sert Sour Mash, le label de Noel Gallagher ? A sortir les disques ennuyeux de son groupe (les High Flying Birds) et à financer les chansons fascinantes de Shack. A quoi sert Third Man Records, le label de Jack White ? A sortir les disques ennuyeux de ses groupes (The Raconteurs & The…

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Accompagnant la sortie de Sing Backwards and Weep, son autobiographie publiée chez White Rabbit, Straight Songs of Sorrow voit un Mark Lanegan évoquer son passé. Fascinant, ce cow-boy solitaire a traversé plus de trente ans avec des hauts (voire des sommets comme avec Bubblegum en 2004) et des bas. Agé aujourd’hui de 55 ans, l’ex-chanteur…

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Il n’y a pas que Le SuperHomard qui est touché par l’hyperactivité. Mark Kozelek (Red House Painters, Sun Kil Moon) publie un live, un nouveau disque et s’apprête à revenir dans les librairies avec The Panther and the Honey Badger (A Correspondence) et Zhao Tao (A Correspondence) au début du mois de mai prochain.

RVG – Feral

RVG – Feral

Deux bonnes nouvelles en ce jeudi 23 avril 2020. Comme elles sont rares, on les savoure. La première est télévisuelle : l’idiot de C8 raccrocherait les gants définitivement à la fin de l’été 2020. La seconde est musicale : le rock australien est en pleine forme et RVG vient de remonter sur le ring pour…

Other Lives – For Their Love

Other Lives – For Their Love

C’est donc l’heure du grand disque, du succès pour Jesse Tabish et ses Other Lives ! Après deux albums qui avaient séduit les fans (pas trop allumés) de Radiohead et les amoureux de l’Amérique profonde, les Other Lives passent à la vitesse supérieure avec For Their Love.

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Après avoir réédité Tales Told de Broudie (grand manitou des Lightning Seeds et sorcier du son des Shack et de The Coral), le label de Peter Paphides ressort des éditions remasterisées des deux premiers albums de Robert Forster.

Ron Sexsmith – Hermitage

Ron Sexsmith – Hermitage

On va encore se répéter : il faut absolument écouter Ron Sexsmith. Que l’on soit fan des mièvreries de Chris Martin ou que l’on adule les Strokes, il faut parfois se confronter à la vérité et accepter de se dire qu’on a pris la mauvaise route. Oubliez tout et écoutez ce canadien qui se croit…

The Warlocks – The Chain

The Warlocks – The Chain

En 2020, les Warlocks font toujours du Warlocks. Rien ne change à ce détail près que The Chain est sûrement le meilleur disque du groupe depuis… The Mirror Explodes paru en 2009.