[1998 – 2018] Pulp, le fauteuil rouge et les yeux bleus

Pulp - This is hardcore
Julien Tixier 28/07/2018

Au milieu des années 90, en plein fourre-tout britpop, coup sur coup et à un an d’intervalle, Pulp faisait sauter la banque avec deux albums, His ‘n’ Hers, et surtout Different Class. Trois années plus tard, tout était déjà fini. Pulp sortait This is Hardcore, sonnait la fin de la récré, et se suicidait dans une classe folle.

Il faut savoir imaginer. Et qui sait, peut-être rêver. Assise dans le fauteuil rouge, trône faussement rétro dépassant du bazar de ce qui servait de salon, elle souriait. Lui, debout, s’activait maladroitement à passer les tubes de Sa Royale Majesté, tendance 90’s. Elle aimait le rock britannique. Radiohead. Oui, et alors ? Mais encore ? All I Want to do is rock peut-être, Travis ou un autre ; un Suede, lunaire, période Dog Man Star ; à moins que les filles d’Elastica et leur directe Connection… Oui, à moins que, à moins que… Il lui donnerait le meilleur pour la fin, et ce fut Pulp. Il avait toujours trouvé ce nom génial. Simple, phonétiquement explosif, fruité ; tout collait. Et la bande à Cocker envahit la pièce, comme elle avait envahi l’Angleterre des années avant. Il s’agitait. Petit déhanché. Elle souriait.

Pulp – Disco 2000

Oui, la bande à Jarvis Cocker avait tout compris, quand à la face de tous et d’un violent coup de pied dans la porte, elle envoyait Different Class, album pop génial, d’urgence en fulgurances. A coup d’histoires découpées et ciselées, Pulp espionne. Il espionne et il mord. Avec un Common People sorti de quasi nulle part mais désormais évidence rock pour l’éternité. Et le riff vu, revu, et presque pas corrigé, crânement balancé sur Disco 2000… Guitares accrocheuses et ritournelle entêtante, recette imparable. Sauf que les ritournelles de Pulp, même emballées dans un sac de bonbons, sont tristes. Nick Cave l’a bien compris en la rhabillant, bien plus tard, en valse douloureuse. Oh Deborah, do you recall ? Oui, te rappelles-tu ?

Pulp – Help the aged

Même fauteuil rouge, quelques mois plus tôt. Une fin janvier polaire. Il faut savoir imaginer. Il faut savoir s’échapper aussi, et se faufiler, main sous le pull, entre le tissu et la peau, là où ne peuvent que trembler ceux qui savent encore frissonner. Il n’est pas d’histoire banale pour celui qui sait la vivre. Et si Pulp chante l’amour triste, c’est peut-être qu’au fond quelques fois il fut beau. Même dans les rendez-vous de fin de semaine, le sourire timide de la copine, sortie de boulot, le tablier et les doigts encore graisseux d’un Fish and Chips de Sheffield.

Mélancolique, Pulp l’est. Enjoué, puis sombre. Méchant, et puis l’inverse. Pulp distribue les coups de griffes aux demoiselles, et les gifles surtout à ceux qui n’ont rien compris. Pulp chante les déceptions, la vengeance, et les rêves solitaires. Pulp chante les mères adultères, la sœur salope et les garçons qui bandent mou. Car quelques fois, avant, pourtant ce fut beau…

Pulp – This is hardcore

Le fauteuil rouge est désormais vide. Avec This is Hardcore, tout s’est arrêté. Trois ans plus tard, il n’y a plus d’espoir. Different Class cognait dur mais cachait mal les amours adolescentes. En 98 l’addition est définitivement payée. Et sans pourboire. This is hardcore a la couleur d’un matin crasse, avec le rouge à lèvres trop appuyé, le cendrier sur le parquet, et la culotte au pied du lit. Different Class c’était les amours qui foirent. Avec This is hardcore, on a rallumé la lumière. La fête est finie, et les amours ont bien foiré. La lumière est froide, crue, amicalement glauque même. C’est le jour d’après, avec la peur en ouverture. Pulp quitte l’habit d’outsider pop hit maker, et tout devient suave, cajoleur, libidineux, malsain, crépusculaire. On a vécu. Et c’est presque tout. Reste la suite. Avec, quelque part entre les lignes, l’espoir résigné. Finie la nonchalance et la morgue assurée. Ici, le pas est hésitant, comme la marche boiteuse du dandy Jarvis, la cravate défaite, dans le clip de la chanson éponyme : ballet sublime, en rouge, or, et bleu électrique. Ici, pas de hit immédiat, de single évident. Ou alors un ou deux pas plus, et en face B. Like a friend assurément, explosive et jouissive, qui s’inscrit comme l’une des meilleures du groupe, pour un striptease de Gwyneth Paltrow, petite dentelle tombée sur les chevilles. Drôle d’amie. Mais l’important est bien ailleurs. Après les déceptions, vient le silence. Avec un fort goût de regret. Et puis les interrogations. Oui, qu’y a-t-il après chaque chose ?

Le fauteuil rouge est vide. Mais ses yeux à elle n’ont jamais eu la couleur d’un matin crasse. Ils portaient celle d’un chemin de vacances maladroit. Une fenêtre ouverte, un vendredi soir dans le gris des pensionnats. Elle souriait. Et on n’a pas osé se dire je t’aime.

Pulp – Common people

[1998 – 2018] Pulp, le fauteuil rouge et les yeux bleus
5.0

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

LIFE - A Picture of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…