Catégories
Chroniques d'albums

[1998 – 2018] Pulp, le fauteuil rouge et les yeux bleus

Au milieu des années 90, en plein fourre-tout britpop, coup sur coup et à un an d’intervalle, Pulp faisait sauter la banque avec deux albums, His ‘n’ Hers, et surtout Different Class. Trois années plus tard, tout était déjà fini. Pulp sortait This is Hardcore, sonnait la fin de la récré, et se suicidait dans une classe folle.

Il faut savoir imaginer. Et qui sait, peut-être rêver. Assise dans le fauteuil rouge, trône faussement rétro dépassant du bazar de ce qui servait de salon, elle souriait. Lui, debout, s’activait maladroitement à passer les tubes de Sa Royale Majesté, tendance 90’s. Elle aimait le rock britannique. Radiohead. Oui, et alors ? Mais encore ? All I Want to do is rock peut-être, Travis ou un autre ; un Suede, lunaire, période Dog Man Star ; à moins que les filles d’Elastica et leur directe Connection… Oui, à moins que, à moins que… Il lui donnerait le meilleur pour la fin, et ce fut Pulp. Il avait toujours trouvé ce nom génial. Simple, phonétiquement explosif, fruité ; tout collait. Et la bande à Cocker envahit la pièce, comme elle avait envahi l’Angleterre des années avant. Il s’agitait. Petit déhanché. Elle souriait.

Pulp – Disco 2000

Oui, la bande à Jarvis Cocker avait tout compris, quand à la face de tous et d’un violent coup de pied dans la porte, elle envoyait Different Class, album pop génial, d’urgence en fulgurances. A coup d’histoires découpées et ciselées, Pulp espionne. Il espionne et il mord. Avec un Common People sorti de quasi nulle part mais désormais évidence rock pour l’éternité. Et le riff vu, revu, et presque pas corrigé, crânement balancé sur Disco 2000… Guitares accrocheuses et ritournelle entêtante, recette imparable. Sauf que les ritournelles de Pulp, même emballées dans un sac de bonbons, sont tristes. Nick Cave l’a bien compris en la rhabillant, bien plus tard, en valse douloureuse. Oh Deborah, do you recall ? Oui, te rappelles-tu ?

Pulp – Help the aged

Même fauteuil rouge, quelques mois plus tôt. Une fin janvier polaire. Il faut savoir imaginer. Il faut savoir s’échapper aussi, et se faufiler, main sous le pull, entre le tissu et la peau, là où ne peuvent que trembler ceux qui savent encore frissonner. Il n’est pas d’histoire banale pour celui qui sait la vivre. Et si Pulp chante l’amour triste, c’est peut-être qu’au fond quelques fois il fut beau. Même dans les rendez-vous de fin de semaine, le sourire timide de la copine, sortie de boulot, le tablier et les doigts encore graisseux d’un Fish and Chips de Sheffield.

Mélancolique, Pulp l’est. Enjoué, puis sombre. Méchant, et puis l’inverse. Pulp distribue les coups de griffes aux demoiselles, et les gifles surtout à ceux qui n’ont rien compris. Pulp chante les déceptions, la vengeance, et les rêves solitaires. Pulp chante les mères adultères, la sœur salope et les garçons qui bandent mou. Car quelques fois, avant, pourtant ce fut beau…

Pulp – This is hardcore

Le fauteuil rouge est désormais vide. Avec This is Hardcore, tout s’est arrêté. Trois ans plus tard, il n’y a plus d’espoir. Different Class cognait dur mais cachait mal les amours adolescentes. En 98 l’addition est définitivement payée. Et sans pourboire. This is hardcore a la couleur d’un matin crasse, avec le rouge à lèvres trop appuyé, le cendrier sur le parquet, et la culotte au pied du lit. Different Class c’était les amours qui foirent. Avec This is hardcore, on a rallumé la lumière. La fête est finie, et les amours ont bien foiré. La lumière est froide, crue, amicalement glauque même. C’est le jour d’après, avec la peur en ouverture. Pulp quitte l’habit d’outsider pop hit maker, et tout devient suave, cajoleur, libidineux, malsain, crépusculaire. On a vécu. Et c’est presque tout. Reste la suite. Avec, quelque part entre les lignes, l’espoir résigné. Finie la nonchalance et la morgue assurée. Ici, le pas est hésitant, comme la marche boiteuse du dandy Jarvis, la cravate défaite, dans le clip de la chanson éponyme : ballet sublime, en rouge, or, et bleu électrique. Ici, pas de hit immédiat, de single évident. Ou alors un ou deux pas plus, et en face B. Like a friend assurément, explosive et jouissive, qui s’inscrit comme l’une des meilleures du groupe, pour un striptease de Gwyneth Paltrow, petite dentelle tombée sur les chevilles. Drôle d’amie. Mais l’important est bien ailleurs. Après les déceptions, vient le silence. Avec un fort goût de regret. Et puis les interrogations. Oui, qu’y a-t-il après chaque chose ?

Le fauteuil rouge est vide. Mais ses yeux à elle n’ont jamais eu la couleur d’un matin crasse. Ils portaient celle d’un chemin de vacances maladroit. Une fenêtre ouverte, un vendredi soir dans le gris des pensionnats. Elle souriait. Et on n’a pas osé se dire je t’aime.

Pulp – Common people

[1998 – 2018] Pulp, le fauteuil rouge et les yeux bleus5.0
10/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Suede - Dog Man Star

Suede, la vie, la pop… s’il faut qu’on s’adopte.

Il existe différentes façons d’entrer. Certains frappent, et attendent. Plus impatients, plus pressés, d’autres contournent, et enjambent. Une fenêtre ouverte, la première, les voilà dans la maison. Et puis il y a Suede. Apparu directement dans le salon, sans même être passé par la cheminée. Comme ça. Sans nuage de fumée. Sans rien. D’un coup.…
Pulp-movie

Common Pulp

Quand dans le Alan Lomax du 22ème siècle se penchera sur la musique populaire au sens le plus noble du terme, il disposera du documentaire de Florian Habicht sur un groupe racé et touchant, Pulp : A film about life, death & supermarkets que diffuse Arte en replay jusqu’au 13 août.

Brit Pop is not dead

C’est donc au tour de Pulp de se reformer. Avec Russell Senior s’il vous plaît. Après 8 ans d’absence, Pulp se prépare pour des apparences cet été dans différents festivals (Primavera, Wireless). Et pendant ce temps là, Cast joue à guichets fermés au Royaume Uni. Ne manque plus que Menswear finalement.

Plus dans Chroniques d'albums

The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée Jim James, de Bill Frisell, de Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.
The Coral - B-Sides

The Coral – B-Sides

Les Anglais de The Coral sortent en catimini une plantureuse compilation de faces b foncièrement (et forcément) excellente. Les amoureux des disques peuvent passer leur chemin, B-Sides n’est disponible qu’en streaming.
The Lemonheads - Lovey

The Lemonheads – Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads pour Atlantic est réédité par les Anglais de Fire Records. Et trente ans plus tard, le constat est accablant : Evan Dando avait toutes les cartes en main pour régner sur les années 90. Malheureusement, la voie prise ne fut pas la bonne.