Jouer, chanter l’immense Gabriel Fauré (évidemment son Requiem Op.48) pour louer la modernité de ses mélodies, c’est le formidable projet du funambule musical Olivier Mellano avec BAUM (Simon Dalmais au piano, Anne Gouverneur au violon, Maëva Le Berre au violoncelleOlivier Mellano à la guitare et la conception musicale avec l’aide de Sonia Bester alias Madamelune).

Ici-bàs - Mellano

Haruko Maeda « Renaissance 3 » 2017
Huile sur toile (140×150 cm) – Galerie Christian Larsen (Stockholm)


Ce soir aura lieu dans la cours d’honneur du palais des papes du festival d’Avignon un concert de clôture qui verra se croiser Gabriel Fauré, un trio de chambre, une scénographie poétique aux jeux d’ombres, de flou, de miroirs et de reflets, les poètes symbolistes et du parnasse de la fin du 19ème et siècle avec un plateau phénoménal d’artistes : Dominique A, Jeanne Added, Camille, Elise Caron, Judith Chemla, Hugh Coltman, John Greaves, Piers Faccini, Camélia Jordana, Philippe Katerine, Kyrie Kristmanson, JP Nataf, Sandra Nkaké, Himiko Paganotti et Rosemary Standley.

Ce spectacle sera diffusé ce soir en direct sur Culturebox et rejoué le 18 décembre au théâtre Molière de Sète le 20 décembre au Train théâtre de Porte-Lès-Valence, le 6 fevrier au Centquatre à Paris et le 4 juin 2019 à L’Estive de Foix avec Elise Caron, Piers Faccini, John Greaves, Kyrie Kristmanson, Himiko Paganotti, Rosemary Standley.

Pour mieux cerner le projet voici son point de départ :

« C’est une belle aventure avant même de commencer.
Des musiciens se rencontrent. Ils interprètent des mélodies de Gabriel Fauré. Ils les jouent sobrement, les chantent simplement. Débarrassées de leur esthétique lyrique, ces mélodies révèlent leur beauté limpide et retrouvent le naturel des chansons qu’elles sont. Les musiciens rêvent d’interprètes pour les chanter et concoctent leur répertoire idéal.

Ainsi est né le désir de la création Ici-bas.

Donner à entendre sous un jour nouveau les mélodies de Gabriel Fauré tout en restant fidèle à l’esprit intemporel du compositeur et à son univers musical. Écouter ces mélodies, c’est aussi faire résonner la poésie de Paul Verlaine dont Gabriel Fauré disait qu’elle était « exquise à mettre en musique », celle de Théophile Gautier, Sully Prudhomme, Armand Silvestre, Charles Van Lerberghe, Romain Bussine et d’autres encore…

Au cœur de ces textes et de cette musique, nous sommes suspendus, en apesanteur dans un monde lointain fait d’aubes naissantes, de crépuscules orangés, de baisers rêvés et d’amours incertains…

Présentation – Ici-bas, les Mélodies de Gabriel Fauré

Nous sommes Ici-bas..

Ici-bas tous les lilas meurent
Tous les chants des oiseaux sont courts
Je rêve aux étés qui demeurent
Toujours.

Ici-bas les lèvres effleurent
Sans rien laisser de leur velours
Je rêve aux baisers qui demeurent
Toujours.

Ici-bas tous les hommes pleurent
Leurs amitiés ou leurs amours
Je rêve aux bonheurs qui demeurent
Toujours.

Poème de Sully Prudhomme

richard-dumas

© Richard Dumas


Bien plus qu’un hommage, ce spectacle fait revivre les Mélodies et leurs textes avec exigence, grâce, et poésie pour célébrer leur caractère intemporel. BAUM fait appel à des interprètes ayant peu à voir avec la musique classique mais possédant une identité vocale singulière pour faire entendre ces Mélodies à l’aune de leur absolue modernité et retravailler leurs arrangements en tirant le fil des explorations déjà présentes dans l’œuvre de Gabriel Fauré
Un univers hors du temps !

Gabriel Fauré répondait à l’enquête ‘Sous la musique que faut-il mettre ?’ dans le magazine Musica de février 1911 :

“La forme importe beaucoup, mais le fond importe encore davantage. (…) Le rôle de la musique est de mettre en valeur le sentiment profond qui habite l’âme du poète et que les phrases sont impuissantes à rendre avec exactitude… On aurait tort de croire que la forme poétique est indifférente ; la forme musicale la complète heureusement voilà tout. L’essentiel est de comprendre son poète, de le sentir. Mais il ne faut jamais s’attaquer à un médiocre, car il suffit d’un mot de trop, d’un adjectif mal placé pour faire boiter la plus belle page. Tandis qu’une prose rythmée, si elle est fluide, harmonieuse, pourra servir de thème, merveilleusement. »

Liste des titres interprétés :

Paradis / Crépuscule / Tristesse / Spleen / Requiem / Au bord de l’eau / Automne / En sourdine / Notre amour / Clair de Lune / Le Secret / Ô mort, poussière d’étoiles / Les Berceaux / La Lune blanche / Ici-bas / Après un rêve / Nocturne / Adieu / Seul(e)s

Olivier Mellano était sur la scène des Vieilles Charrues avec Brendan Perry et le Bagad Cesson pour son projet No land. Il sortira le deuxième album de MellaNoisEscape désormais en trio avec Valentina Magaletti à la batterie (Bat for Lashes, Tomaga, Vanishing Twins, The Oscillation) et Suzy LeVoid (alias Miët) à la basse le 5 octobre (Ulysse Maison d’Artistes / Sony Music) et Ici-bas sortira le 16 novembre chez Sony Classic.