Klaus Nomi – Le spoutnik et le frigo

Klaus Nomi - Encore
Julien Tixier 03/09/2018

Qui connait Klaus Nomi ? Beaucoup de monde probablement. Bien trop peu, sûrement. Moi, je l’ai rencontré il y a seize ans. Et il sortait d’un frigo. De derrière, précisément. Ce n’était pas le mien, mais celui d’une copine de promo qui portait le nom d’une baronne de province.

Ce soir-là, j’étais chez elle. Son petit studio s’agrandissait et se refermait à grands coups d’ombres mouvantes et de bandes lumineuses, aspirées soudainement derrière chaque relief, pour rejaillir brutalement, au rythme de nos passages devant le néon de la kitchenette. Mais soudain, un bruit net… Une chute. Ou un atterrissage. Cela venait de derrière. Et entre le frigo et le mur, tombé de je ne sais où, un disque, verticalement posé en majesté… Klaus venait d’apparaitre ; vêtu d’écarlate et nous ouvrant ses bras. Le bougre attaquait fort, et sur la pochette en lettres tremblantes, nous criait Encore !

Oui, Klaus avait soigné au poil son entrée. Tout collait. Ce disque, caché derrière depuis combien de temps, mais subitement tombé là, et désormais à nos pieds. Le frigo. L’instant d’avant, nocturne et étrange. L’exclamation. L’angoissant visiteur… Il manquait la bande-son, et Klaus l’apportait avec lui. Presque, il nous invitait. Pourtant il avait beau avoir soigné son entrée et sorti son plus beau costume, tout dans sa mise inspirait un minimum de prudence. L’œuvre paraissait soit sotte, soit sauvage. Et ses yeux bien trop grands, soulignés de rouge, surlignés de noir, son visage noyé de blanc, autorisaient légitimement la réflexion. L’encourageaient même, et vivement. En d’autres termes, ça fleurait bon la flippe. Et malgré l’habit de fête, les dorures, le tissu épais, et la coupe pétard, rien dans sa carte de visite ne respirait vraiment la folle déconnade. Et ça m’a plu.

Ce fut seulement le surlendemain que je mis dans ma platine l’étrange disque. Dès les premières chansons, je crois me souvenir avoir adoré. Baroque et grandiose, précieux et ridicule. Bouffon d’opérette génial, clown lunaire, martien prussien. Pulsions de vie. Putain, ce fut beau.

Klaus Nomi – Total Eclipse

Descendu d’une soucoupe et remonté aussi vite, il n’avait pas fallu traîner pour savoir apprécier Klaus Nomi, extraterrestre aussi inquiétant que fascinant. Car il n’y eut pas de rappel. 1981, premier album. 1982, le deuxième. Et 1983, la mort. Et une compilation posthume, Encore !.

Quel bel aperçu. La Castafiore en noir et blanc, Buster Keaton en couleur, tour à tour et en même temps, Klaus Nomi pourrait être ça. Il pourrait être. Il pourrait bien être autre chose. Il pourrait bien être tout, qu’il serait probablement encore ailleurs. Et peut-être nous. Raccroché à tant de choses, c’est le chant d’une vie. Et surtout de celles qui savent qu’invariablement elles seront toujours trop courtes. Son Cold song, classique planétaire, variation sur un opéra de Purcell, est la musique des enterrements, et des jours de pluie. C’est la bande-son des amours comme des montées d’échafaud. Un travelling arrière que l’on aurait envie de faire en marche avant. Car on sait où tout cela nous mène. Bien trop vite. Mais avant, en condensé, Cold song parle jusqu’au bout des moments serrés, les souvenirs, ce qui nous reste d’épopée. L’oraison funèbre, si vite, juste après l’étreinte. L’épitaphe est écrite. Mais alors, mais alors pourquoi entend-on encore les rires ? Pour avancer. Toujours. Oui, tout ça, et le cœur qui bat. Une dernière fois. Encore…

Klaus Nomi – The Cold Song

Klaus Nomi

Klaus Nomi - Encore

Tracklist : Klaus Nomi - Encore !
  1. Fanfare
  2. The Cold Song
  3. Total Eclipse (Live Version)
  4. Can't Help Falling in Love
  5. Simple Man
  6. Wasting My Time
  7. Wayward Sisters (From Dido & Aeneas)
  8. Ding Dong
  9. You Don't Own Me
  10. Der Nussbaum
  11. Lightning Strikes
  12. The Twist
  13. Samson and Deliah (Aria)
Klaus Nomi – Le spoutnik et le frigo
5.0

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Ilgen-Nur - Power Nap

Ilgen-Nur – Power Nap

Originaire d’Hambourg, Ilgen-Nur a 21 ans et vient d’écrire 10 belles chansons qui devraient faire plaisir à tous nostalgiques des 90’s et les fervents défenseurs d’une idée du rock.

Liam Gallagher - Why Me Why Not

Liam Gallagher – Why Me ? Why Not

Après le succès (inattendu) de son premier disque solo (As You Were – 2017), Liam Gallagher remet le couvert, gonflé à bloc, avec Why Me ? Why Not.

Metronomy – Metronomy Forever

Joseph Mount a quitté Montmartre avec femme et enfants pour retourner s’installer en Angleterre, son pays natal, mais n’a pas changé de quête : écrire la chanson pop ultime.

L'épée -Diabolique

L’Épée – Diabolique

The Limiñanas font des disques formidables. Emmanuelle Seigner fait des disques formidables. Anton Newcombe fait des disques formidables. Diabolique de L’Épée est donc un disque formidable.

Blueboy – If Wishes Were Horses

Publié en 1992, If Wishes Were Horses des Blueboy était devenu un disque qui coûtait une blinde sur le marché de l’occasion. Il ressort aujourd’hui à un prix tout à fait abordable grâce au label australien A Colourful Storm.

The Slow Show - Lust and Learn

The Slow Show – Lust and Learn

Avec ce troisième album, les Mancuniens The Slow Show réalisent un joli coup voire un coup de maître. Lust and Learn est peut-être le meilleur disque de cette rentrée. Et ce n’était pas gagné…

Life - A Picture Of Good Health

LIFE – A Picture Of Good Health

Passés inaperçus avec un premier album (Popular Music – 2017), LIFE remet le couvert cette année et devrait se faire une place au soleil avec leur nouveau bébé. A Picture Of Good Health gueule, braille et est tout sauf sage. Et on ne peut s’empêcher de l’aimer.

Ride - This Is Not A Safe Place

Ride – This Is Not A Safe Place

On reprend les mêmes et on recommence. Ride a décidé de refaire équipe avec Erol Alkan, le producteur de Weather Diaries (2017). On reprend les mêmes et surtout on recommence avec un très bon disque. This Is Not A Safe Place réussit là où son prédécesseur échouait et surtout nous fait diablement plaisir.

Clairo - Immunity

Clairo – Immunity

Âgée de 20 ans, Clairo s’apprête à sortir son premier album, Immunity. Et comme dans Koh-Lanta, elle devrait être intouchable avec ce totem de l’immunité.

Mark Mulcahy - The Gus

Mark Mulcahy – The Gus

Mark Mulcahy est de retour cet été avec The Gus son sixième album solo. Mulcahy quitte les paysages de l’Amérique des ombres qu’il côtoyait sur son précédent disque, The Possum in the Driveway et débarque dans une librairie pour écrire des chansons inspirées par George Saunders. Le résultat est flamboyant.

Silver Jews - Purple Mountains

Purple Mountains – Purple Mountains

Il y a des disques auxquels on ne croyait plus. Celui des Purple Mountains est de cette trempe. David Berman, qui avait tiré le rideau des Silver Jews en 2008 revient avec un nouveau nom, des nouveaux musiciens et toujours les mêmes états d’âme. Et c’est foutrement jouissif.

Nev Cottee - River's Edge

Nev Cottee – River’s Edge

Révélé au « grand public » et surtout à la critique en 2017 grâce à Broken Flowers, son deuxième album, Nev Cottee revient avec River’s Edge. Les dix chansons de ce nouvel album reprennent plus ou moins la même formule magique que son prédécesseur et nous envoie dans les confins de la discographie de Scott Walker.

Noel Gallagher's High Flying Birds - Black Star Dancing

Noel Gallagher’s High Flying Birds – Black Star Dancing EP

Dans la vie, il faut aimer autant son Papa que sa Maman. Dans la vie d’un fan d’Oasis, il en va de même avec les frères Gallagher : il faut aimer autant Liam que Noel. Depuis le divorce de 2009, les rôles ont été rapidement redéfinis : Liam sera le gardien du temple, quant à…

J.E. Sunde - J.E. Sunde

J.E. Sunde – J.E. Sunde

J.E. Sunde publie sur le label Vietnam un disque qui devrait faire pleurer de joie les fans de Sufjan Stevens et ravir les amoureux de Still Crazy After All These Years.

Ian Broudie – Tales Told

En 2004, Ian Broudie laisse The Lightning Seeds au repos et décide d’enregistrer un disque solo avec la jeune garde de Liverpool. L’idée fut évidemment géniale car Tales Told est son plus beau disque.

Primal Scream - Maximum RockNRoll

Primal Scream – Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles

Après avoir publié le passionnant Give Out But Don’t Give Up (The Original Memphis Recordings) en 2018, Primal Scream (ou plutôt Sony) sort un double best-of dénué de tout intérêt. Maximum Rock ‘n’ Roll – The Singles, maximale arnaque.

Sebadoh - Act Surprised

Sebadoh – Act Surprised

Fire Records (pour le continent européen) continue de faire rêver les amoureux des années 90 en publiant le neuvième disque des Sebadoh. Après les Lemonheads et The Chills, Lou Barlow et son groupe enchantent tout le monde avec un disque impeccable.

DYGL – Songs of Innocence & Experience

Les Japonais de DYGL nous avaient impressionné en 2017 avec un premier album très efficace, Say Goodbye to Memory Den et avait calmé la concurrence avec leur prestation scénique au TINALS 2018. Et en 2019 ? Ils décident de confirmer tout le bien que l’on pense d’eux avec Songs of Innocence & Experience, un deuxième…