L’église des gens tombés en disgrâce « Frankie Knucles »

Chronique cd : Dan Electro - Bite the hand that feeds you Marshall Jefferson a un jour eu ces mots très justes pour décrire la house « Une ancienne religion dans laquelle les gens sont justes heureux et crient ». C’est sans aucun doute ça le pouvoir de la musique, pouvoir nous arracher quelques instants à notre condition de terrien et nous transporter loin d’ici.

Dan Electro

Toul, près de Nancy, ne doit pas vous apparaître au premier abord comme la ville la plus soulful au monde. Pourtant avec la sortie de ce disque de Dan Electro, elle peut sans peine revendiquer ce titre. Le label Soulab avait déjà sorti quelques pépites de soul et de jazz avec les sorties de Uptown Funk Empire, Allen Hoist, Transition Cosmic Power.

Aujourd’hui, Dan Electro, dont on ne sait pas grand-chose nous offre un splendide disque gorgé de gospel, de soul et de touches électroniques qui rehaussent le tout. Dan Electro, à une autre époque a joué de la basse dans le groupe The Slow Slushy Boys, la découverte de Farley Jackmaster Funk l’incite à créer sa propre musique, fortement imprégnée d’orgues passés à la moulinette de samplers un peu fous. « Bite The Hand That Feeds You » est un véritable concentré de joie et de bonne humeur qui vous fera danser gaiement puisque Dan Electro dit préférer la musique qui parle à vos jambes plus qu’à votre tête… L’écoute de cette deep-house à haut pouvoir addictif devrait vous donner le sourire et vous faire taper dans vos mains un peu bêtement mais ça fait tellement de bien de se laisser aller. Le vieux rêve des précurseurs de la house de Chicago qui, inspirés par l’amour de leur ville, voulaient qu’un jour leur musique propage un message de paix et d’unité dans le monde entier n’est pas mort et Dan Electro en est leur digne héritier.

3 réponses sur « L’église des gens tombés en disgrâce « Frankie Knucles » »

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Magenta – Un Peu d’Amour

Vidéo : Magenta – Un Peu d’Amour (avec Yoa)

Après les discours riants du duo comique Vincent Lindon et Volodymyr Zelensky sous le regard complice et ému de Thierry Frémaux en ouverture du 75ème festival de Cannes, on avait envie d’un peu d’amour, petit lâcher prise offert par Magenta avant leur nouvel EP disponible le 17 juin et en précommande ici.
Brisa Roché & IX

I want my BRMD !

Attention. Alerte OMNI. Brisa Roché & IX (prononcer ixe nous précise t-on) bousculent le dress code musical avec leur « Heavy Dreaming pop » qui ne rentre pas dans les cases.

Plus dans Chroniques d'albums

Jana Horn

Jana Horn – Optimism

On avait découvert cette voix sublime avec une invitation, Go on / Move your body. On avait évoqué Duras en écoutant la première fois son formidable Optimism. On revient sur ce disque qui depuis ne quitte plus nos oreilles et notre cœur de midinette.
Blondino

Blondino – Un paradis pour moi

Blondino fait partie de ces artistes pour lesquels la définition serait à chaque fois imparfaite, trop vague, une suggestion. Ou alors une tentative. Avec juste quelques balises, posées, lancées plutôt, vers de vagues extrémités, histoire d’en conserver l’ampleur.
Limiñanas / Garnier - De Pelicula

The Limiñanas / Laurent Garnier – De Película

Qu’est-ce qui ressemble à un disque des Jesus and Mary Chain ? Un disque des Jesus and Mary Chain. Qu’est-ce qui ressemble à un disque des The Limiñanas ? Un disque des The Limiñanas Avec De Película, les The Limiñanas signent un pacte avec Laurent Garnier et quitte les rivières pourpres de Shadow People pour […]
H- Burns -Burns The Wire

H-Burns – Burns on the Wire

H-Burns décide de prendre tous les risques et quitte l’Amérique de Jason Molina et de Rob Schnapf pour le Canada du Perdant Magnifique.