Le Petit Bulletin festival #3 se déroulera les 26, 27 et 28 octobre à la Chapelle de la Trinité (Lycée Ampère) à Lyon avec Rain Dog Productions. A quelques jours de ces trois concerts exceptionnels avec L (Raphaële Lannadère), Stuart A. Staples, Yael Naim et Les Métaboles, Marc Cardonnel qui programme ces soirées uniques nous dévoile ses secrets.

Petit-Bulletin-Festival-3

Le Petit Bulletin festival revient dans l’écrin de la Chapelle de la Trinité, pourquoi ce choix, quelle relation as-tu avec ce lieu prestigieux plutôt habitué au classique et au baroque ?

La Chapelle de la Trinité est une salle de concert absolument magnifique et unique à Lyon. Pour le public (qui la découvre souvent à l’occasion de nos concerts) comme pour les artistes qui s’y produisent à notre invitation, c’est toujours une émotion particulière et inoubliable. Il faut voir la première réaction, les regards des uns et des autres lorsqu’ils découvrent la nef, le chœur, l’architecture toujours magnifiquement éclairée par les techniciens. Je suis très heureux du dialogue musical et de la confiance qu’Eric Desnoues, qui dirige Les Grands Concerts, et moi partageons – c’est la clé de voûte de ces concerts.

Comment construis-tu ta programmation ? Homme / Femme ? Français / Anglais ?

La programmation est pensée avant tout en fonction des caractéristiques acoustiques de la Chapelle de la Trinité où toute proposition musicale ne peut trouver sa juste place et sa juste sonorité. Il faut pour cela traquer ou provoquer des concerts qui conjuguent la dimension intime et une instrumentation adaptée souvent nourrie d’instruments venus du répertoire classique. Certains de ces projets existent déjà, mais la plupart du temps nous les initions en incitant les artistes à imaginer une rencontre musicale unique.

Le Petit Bulletin festival #3 teaser

C’est la seule date de Stuart Staples, leader des mythiques Tindersticks, comment s’est passée votre rencontre ? Pourquoi cette unique date française (mondiale ?) cette année ?

Stuart Staples a participé à un spectacle que j’ai produit (« In Dreams – David Lynch revisited »), nous avons tourné ensemble en Europe et développé des liens amicaux depuis. Il connaît les projets que je mène à Lyon et a été séduit par l’idée de faire une tentative à la Chapelle de la Trinité à l’occasion de son album solo, Arrythmia. Cela lui semblait une expérience nouvelle et excitante. Il a imaginé ce concert comme un événement unique, et a refusé depuis les offres qui lui ont été faites cette année pour rester sur son intuition première, qui était que ce concert lyonnais serait son seul concert de 2018. C’est un beau cadeau qu’il nous fait.

Quel est ton album préféré des Tindersticks ?

Probablement The Waiting Room, le dernier, car il correspond à une période où j’ai beaucoup vu Stuart Staples travailler et se nourrir des rencontres faites lors de la tournée de « In Dreams ». Je suis impatient que sorte la BO de High Life de Claire Denis -qu’il a composée- que j’ai eu le bonheur de voir. C’est une BO complètement « organique », sans électronique – ce qui est assez radical pour un film de science-fiction

Stuart A. staples – A New Real

Si tu devais décrire l’univers de L en quelques mots, sa singularité dans le paysage des jeunes femmes qui chantent en français ?

L a pensé ses concerts dans une formule assez inédite : sa voix, entourée de deux violoncelles et de percussions. Rien que ce choix pour une tournée raconte sa singularité ! De plus, elle est une parolière assez passionnante, il y a une telle élégance dans sa manière d’aborder ses sujets ! Son album Chansons est une perle musicale et littéraire, un disque qui vous rentre dans la peau et dans la tête dès que vous lui avez ouvert la porte.

L (Raphaële Lannadère) – tempête (@Théâtre des Bouffes du Nord)

Des pistes pour le Petit Bulletin festival #4 ? encore des concerts uniques avec des artistes rares ?

Il y a beaucoup d’organisateurs et de lieux de concerts à Lyon, notre raison d’être est effectivement de faire des propositions différentes, souvent avec un pont entre les musiques actuelle et classique, dans des lieux intimes et originaux. Mais cette ambition a un prix, pas toujours facile à assumer pour une structure indépendante, même appuyée par un partenaire média fidèle comme Le Petit Bulletin. A chaque édition se pose la question de la suite, de notre capacité à continuer.

Petit Bulletin Festival #3

Avec : L (Raphaële Lannadère), Stuart A. Staples, Yael Naim et les Métaboles
Salle/lieuAdresseVilleduauSite web
Chapelle de la trinité31 Rue de la Bourse,Lyon26/10/201828/10/2018site officiel
Tarifs : Catégorie 1 : 31€, Catégorie Or : 39€
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Tindersticks - Le Fil

La sainte trinité avec le Petit Bulletin Festival #3

C’est un lieu d’exception pour des artistes d’exception. Ecouter un concert à la chapelle de la Trinité de Lyon est bien plus qu’assister à un concert, c’est un temps suspendu dans un écrin baroque dans le cadre du Petit Bulletin festival #3 avec Rain Dog Productions les 26, 27 et 28 octobre 2018.
Alela Diane © Fabrice Buffart

Oh la la Alela !

Alors qu’Alela Diane parcourt la France pour jouer son dernier somptueux album, Cusp, avec en autres un concert sous la magnifique verrière des Subsistances à Lyon le samedi 28 avril avec la non moins divine Lior Shoov dans le cadre du deuxième festival du Petit Bulletin, elle évoque pour SK* sa nouvelle vie entre famille…
Alela Diane - Moves Us Blind

Vidéo : Alela Diane – Moves Us Blind

ah la la, Alela… Quel disque, quelle voix, quelle sensibilité ! Après le sublime Émigré extrait du non moins sublime Cusp, notre Diane enchanteresse semble avoir atteint une forme de plénitude, sa voix n’a jamais été aussi lumineuse et pénétrante notamment sur ce Move us blinds qui en met plein la vue.

Plus dans Interviews

Karine Daviet

Karine Daviet en toute indépendance

Karine Daviet est lyonnaise et vient de sortir un premier EP, L’indépendance, recueil de six titres en français à la fois doux et âpres avec des arrangements soignés mêlant guitare acoustique, théorbe, clavecin, viole de gambe, flûtes à bec et sons électroniques. Assez logique quand on écoute sa playlist commentée ci-dessous après un questionnaire façon…
Moli © Celeste Call

5 questions à … Moli

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Moli , jeune belge de 21 ans qui pourrait suivre la trace de Mademoiselle Van Laeken. Installée à Berlin où elle…
Klon

L’ascension de Klon

Klon. Ce n’est ni con, ni Klug ou le nom d’une nouvelle planète. Quoique. Ces Magnificent Seven déboulent dans notre galaxie musicale avec un premier titre Noise, qui va faire du bruit. Il est accompagné d’une somptueuse animation réalisée par le gang lui même qui met en scène une ville-automate monstrueuse qui produit les clones…
Maë Defays

5 questions à … Maë Defays

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Maë Defays, autrice d’une caresse musicale avec son EP Whispering dont est extrait notre exclu d’hier, La vie entière. On découvre…
Bananagun

5 questions à … Bananagun

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour des foutraques australiens de Bananagun. Oubliez The Go-Betweens, The Saints, Nick Cave ou Silverchair, ce quintette psyché et percussif adepte de l’afrobeat…

Passionnant Johan Asherton

Et un nouveau beau disque de Johan Asherton ! L’ex-The Froggies, qui a eu le chic de ne jamais enregistrer un mauvais disque depuis ses débuts solo en 1988 avec God’s Clown, revient avec Passiontide, une collection de dix chansons sombres et élégantes.
Codeine

[1990-2020] Dix cachets de Codeine

On écrit toujours, à tort, que les Afghan Whigs étaient le seul groupe de chez Sub Pop à ne pas être originaire de Seattle. Greg Dulli, le chaud lapin de Cincinnati (Ohio) avait signé sur le célèbre label de Seattle pour sortir Up In It en 1990 après avoir sorti Big Top Halloween en 1988…