S0Y3yJd1pBw

Al-Qasar nous ouvre son palais des milles et une nuit métissées où le Moyen Orient côtoie paisiblement l’Occident en créant un son garage du Levant.

Al-Qasar
« Moyen Orient, 1972. Un air de liberté souffle sur la région. Les mœurs se libèrent et la musique orientale traditionnelle s’ouvre sur l’Occident. Les guitares électriques et la fuzz rencontrent le oud les batteries Ludwig made in USA accompagnent derbuka et saz. Les arômes de chicha se mêlent à ceux de l’alcool et des cigarettes. C’est ainsi que dans les bas-fonds de Beyrouth de Téhéran et d’Istanbul naît la pop psyché orientale.

Los Angeles 2018. Le producteur Franco-Américain Thomas Bellier décide de créer Al-Qasar pour rendre hommage à ce mouvement musical qui n’est pas sans rappeler son collègue californien Ty Segall, ou encore Tame Impala et King Gizzard d’oppression d’addiction mais aussi de rêves de passion de liberté.

En juin 2018, un premier concert devant 6 000 personnes au cœur du Caire Islamique déchaîne les jeunes Égyptiens touchés par ces pépites garage orientales. »

Et Al-Qasar risque fortement de séduire la vieille Europe rabougrie et jaunie avec un album en préparation et des concerts renversants. Les Trans Musicales de Rennes toujours à l’affût de sons nouveaux les attendent de pieds fermes le 8 décembre dans le Hall 3 où vous serez soufflé par ce khamsin musical qui réchauffe les cœurs en évoquant pèle mêle la liberté, la pauvreté, le statut des femmes, le chômage des jeunes et l’obscurantisme rampant.

Al – Qasar – خليل القلب (Khalil Al Alb)