Bravo ! Bravo ! Brace ! Brace !

Bravo ! Bravo ! Brace ! Brace !
Louis - 30/11/2018

Ce gang de Lyonnais (devenus parisiens entre-temps) a publié il y a quelques semaines son premier album et a récolté une pluie de louanges. Mais qui sont ces mystérieux Brace ! Brace ! qui manient la pop comme personne ? Entretien avec Cyril Angleys, une des têtes pensantes de ce laboratoire pop passionnant.

J’ai lu que vous définissiez votre pop en mouvement… Qu’est-ce que la pop en mouvement ?

Cyril Angleys : La pop c’est une musique qui par essence, est populaire et donc doit être accessible à toutes les oreilles. Et en même temps, de part son histoire, c’est par la créativité et l’expérimentation qu’elle évolue. Donc il y a un parcours de funambule, un ton juste à trouver quand tu fais de la pop. C’est un format avec lequel on aime bien jouer, car on le connait par cœur et en même temps il nous permet énormément de liberté. On essaie de la tordre, de prendre des directions différentes au sein de cadre, ça aboutit parfois à des ruptures… Je crois que c’est pour ça qu’on peut parler d’une musique « mouvementée ».

Brace ! Brace ! – I’m a Jelly

Tu dis notre objectif. Vous êtes plusieurs à composer dans Brace Brace ?

En termes de compositions le projet tourne principalement autour de Thibault. Je suis arrivé après la création du projet comme une bonne partie du groupe, pour le deuxième EP. Thibaut compose toujours… Mais on commence à tous s’y mettre. On brode tous autour d’une démo écrite par l’un d’entre nous.

C’est une sorte de démocratie participative?

C’est exactement ça.

Vous avez reçu énormément de critiques positives. Vous vous y attendiez ? Comment l’avez vous pris ?

Tu fais de la musique pour toi, du moins au départ… Après, c’est toujours plus agréable de savoir que les gens ont aimé ou qu’ils se sont appropriés ta musique. On est très content d’avoir de bons retours car on avait un peu perdu en objectivité après avoir beaucoup travaillé sur le disque. Mais à l’arrivée on a vraiment fait le disque qu’on voulait faire.

Combien de temps a duré l’enregistrement ?

L’enregistrement a duré une dizaine de jours. Nous sommes partis dans le Jura où nous avons hiberné dans un chalet. On y a apporté tout notre matériel. On a mis une control room dans une chambre et nous nous sommes installés dans le salon. C’était une expérience cool. On était dans un chalet avec une déco un peu datée… Au bord d’un lac. Nous étions en autarcie. C’était assez étrange d’apporter notre musique dans cet endroit.

Le disque a été enregistré live ?

La basse et la batterie, oui. Le reste a été séparé.

Bart Bouveret est venu dans le Jura avec vous ?

Oui, il a tout chapeauté.

Pourquoi l’avoir choisi ?

Il avait travaillé sur les deux premiers EP du groupe. C’était donc logique qu’il soit là pour l’album. Cela aurait été très bizarre qu’il n’y soit pas. Il y a un parti pris très fort au niveau de la prod’ sur les EP. Il devait donc être là pour l’album. C’est aussi notre ami, il part en tournée avec nous. Barth était le seul à pouvoir gérer et comprendre l’évolution de notre son.

Et ton meilleur souvenir de l’enregistrement ?

Alors juste pour moi.. L’enregistrement d’Ominous Man. C’est le dernier morceau de l’album. La fin du morceau possède une énergie très live qu’on a dû réadapter avec de nouveaux arrangements, c’était un moment hyper créatif où l’on a essayé plein de choses avant d’arriver à la version du disque.

Et pourquoi avoir appelé un morceau Club Dorothée ?

Ça part d’une histoire qui est arrivée à Thibault. Un jour un mec s’est assis à coté de lui à l’arrêt de bus. Le gars lui tape l’épaule « Monsieur, vous ne me connaissez pas, mais j’ai bercé votre enfance. » Le discours est super confus, il peine à comprendre où il veut en venir, il finit par déduire, entre deux digressions qu’il était cadreur sur l’émission pour enfants Club Dorothée. Bon, après il a commencé à délirer sur une histoire d’agents secrets et d’internement forcé, il s’est ensuite rendu compte que le gars était sans doute un marginal. Comme il y repensait souvent, il en a fait une chanson.

Tous les journalistes qui ont chroniqué votre disque ont cité plein de références. Question : quel groupe n’a pas été cité et qui semble pour vous évident ?

Ah oui…Il y a beaucoup de choses qui sont citées. Il y a un tel éventail… Les gens ont tout trouvé. Ce qui ressort, c’est les influences pop indé des années 2010. On assume ces références, on veut juste les évoquer et pas les copier.

TOP 10

1) Quel groupe met tout le monde d’accord dans le groupe ?

Aucun. C’est impossible.

2) Quel groupe met tout le monde en désaccord dans le groupe?

Ça, il y en a plein. Hum… Il y a un gros désaccord sur le premier album des Foo Fighters. C’est un disque assez affectif pour moi mais il n’est pas aimé par tout le monde.

3) Le meilleur endroit pour faire un concert ?

Le Point Éphémère.

4) Le meilleur endroit pour voir un concert ?

Le Trabendo… Et le Trianon. Le dernier concert qui m’a marqué s’est fait au Trabendo. C’était Ulrika Spacek.

5) Le meilleur album de 2018 ?

Hum. Il y en a plein… Mais j’ai bien aimé l’album de Travis Scott.

6) Ta B.O. préférée ?

J’aime beaucoup le générique d’ouverture de Peau d’âne de Michel Legrand.

7) Le disque que tu attends le plus ?

Je n’attends plus aucun disque. J’ai attendu le dernier Blur pendant 15 ans… Et j’ai été déçu. Enfin bon, je garde toujours une oreille à ce que fait Deerhunter.

8) Ta chanson préférée de Deerhunter ?

Never Stops.

9) Ton album préféré de Blur ?

Blur. Car c’est celui qui est le plus lié à Brace Brace je pense.

10) Bernard Summer ou Peter Hook ?

Peter Hook. Je connais peu Summer… Je connais plus Hook. Il a monté l’Hacienda. Son côté actif me plaît.

Brace ! Brace ! - Brace ! Brace !

Bace ! Brace ! de Brace ! Brace ! est disponible chez Howlin’ Banana Records.
Brace ! Brace ! sera en concert le 30 avril 2019 à La Lune des Pirates (Amiens). Pour tout savoir sur ce concert, c’est par ici.

BRACE § bRACE § 6 bRACE § bRACE §

Tracklist : Brace ! Brace ! - Brace ! Brace !
  1. Station Walls
  2. I'm a Jelly
  3. Tease
  4. Club Dorothée
  5. Whales
  6. Casual Fanciness
  7. On the Sidelines
  8. Wobbly Legs
  9. Indecision
  10. Ominous Man

Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Douce Pershanoush

Avec son electro pop ensoleillée, Pershanoush est la cure de vitamine C de cet hiver qui n’en finit pas. Reprenant habilement Stupid Girl de Garbage et s’appropriant les codes de la pop, Pershanoush pourrait nous poursuivre toute l’année 2020 avec ses rêves musicaux.

Beau comme du Manopolo !

Smoothie musical ! Voila les premiers mots qui sortent de la bouche de ceux qui écoutent Manopolo pour la première fois. Smoothie musical de luxe puis que ce duo n’utilise que des ingrédients de première qualité pour ses morceaux. Et surtout, à une époque où tout va plus vite que tout, Manopolo a décidé de…

Le monde est beau, The World is Haunted

Alors que nous sommes sans nouvelles de David Freel depuis l’ère Be My Weapon (Talitres), deux ex-Swell se rabibochent et viennent frapper à la porte avec The World is Haunted.

Clou voit rouge

Clou voit Rouge et nous on ne voit que Clou.

Lonely Walk (of fame)

Attention, ça va faire mal. Les girondins de Lonely Walk sont dans les starting-blocks pour sortir leur troisième album à la fin du mois. Évoluant à la confluence de Magazine et de Bauhaus, les Lonely Walk ne prêchent pas dans le désert et sonnent la messe post-punk comme personne.

Se préparer aux Lathums

Ils sont originaires de Wigan, une ville coincée entre Manchester et Liverpool, et devraient être la révélation anglaise de 2020. Enquête sur un conte de fées comme seule l’Angleterre du Nord peut en pondre.

Les beaux jours de Night Shop

Hébergé sur le label de Kevin Morby (Mare Recordings), Justin Sullivan aka Night Shop écrit des petites merveilles et arrive en France pour une tournée plus que conséquente !

Jolis Mush

Ils ont des chapeaux ronds, vive les bretons, ils aiment le post punk, vive les Mush !

Salutaires Salt

Dans la vie, il faut toujours faire confiance aux autocollants. On doit la découverte de Salt à l’autocollant qui est collé sur l’emballage plastique de The Loneliness Of Clouds de Salt. On peut y lire : Ken Stringfellow (The Posies, R.E.M., Big Star). Que ce soit à Bellingham avec Jon Auer ou en solo, Stringfellow…

MAITA vous présente ses meilleurs voeux

Nouvelle égérie du label Kill Rock Stars (‪Elliott Smith, ‪Sleater-Kinney, ‪The Decemberists), MAITA pourrait animer de bien belle manière l’année 2020.

Soyez branché, écoutez les Ringards

Ils sont fans d’Oasis et des Libertines, ils viennent d’être mis en avant par la marque Fred Perry et ont trouvé le meilleur nom pour un groupe de rock. Arrêtez votre activité et écoutez les Ringards.

L’invitation de Pastel Coast

Les dernières bonnes nouvelles de Boulogne-sur-Mer concernant la pop remonte à… 1991. Cette année-là, Olivier Libaux sortait avec Jérôme Rousseaux le premier disque des Objets. Vingt-huit ans plus tard, Quentin Isidore et les Pastel Coast remettent les compteurs à l’heure dans les Hauts de France avec le très réussi Hovercraft.

The Pistachio Kid (is alright)

Help, I need somebody, Help, not just anybody, Help, you know I need someone, help chantaient les Beatles en 1965. En 2019, on chantonne doucement « Elp, I need my new elp ! » grâce à Violette Records.

Salvateurs Strawberry Seas !

Les Strawberry Seas ont la classe. Ils ont les bonnes influences, le bon son et le bon look. Et surtout de bonnes chansons.

Fanel

Fascinante Fanel

Après deux Eps The Mirror (2014) et You and I (2016), Fanel passe par la case album. Mélangeant toujours habilement la pop anglo-saxonnne et des influences nippones, Fanel redonne le sourire avec ses mélodies.

Furies

Des Furies en Trans !

L’édition 2019 des Bars En Trans devrait défriser sévèrement. Pourquoi ? Une seule raison à ce remontage de bretelles en règle : la présence de Furies en ville le 7 décembre 2019 au Mondo Bizarro, haut-lieu du punk et du métal rennais. SK* a pris un fer à friser en guise de micro et est…

© Juliette Henrioud

[EXCLU] Vidéo : Dream Parade – Fools to the World

Encore une belle pépite venant du Westeros musical avec les valaisans de Dream Parade et leur nouvelle toile, pardon titre, Fools to the World extrait de leur premier album, Sisyphus qui sort le 31 janvier 2020 sur l’excellent label Le Pop Club Records.

Working Men's Club

Au boulot les Working Men’s Club !

Ils sont aussi énervés que les Idles et regardent du côté de l’électro des caves de Londres. Ils s’appellent les Working Men’s CLub et sont la nouvelle égérie du très chic label londonien Heavenly Recordings (Mark Lanegan, Unloved, Saint Etienne).

This Is Not Your Animal

Un groupe qui cite Hüsker Dü en interview ne peut pas être un mauvais groupe. C’est le cas de Not Your Animal qui vient de sortir Not Rock And Roll… Comme un gosse de deux ans, ce groupe est dans sa période du non. Mais on lui dit un grand oui quand on écoute Cannibale…

[BBmix 2019] Faites une cure de Carla dal Forno

Carla dal Forno, musicienne australienne installée à Berlin, avait publié en 2017 You Know What It’s Like, un premier disque hautement recommandable. Désormais établie à Londres, elle revient avec Look Up Sharp, un album qui va réchauffer le cœur glacé des fans de The Cure.

A ne pas rater dans Découvertes !