[EXCLU] Eureka, la bonne solution des Fast Friends !

Fast Friends© Philippe Mazzoni
Louis 29/11/2018

[Breaking News] SK* interrompt ses programmes pour vous présenter en exclusivité Unknown Homes, le premier EP des Fast Friends. Et Unknown Homes est le meilleur EP de cette année 2018 ! Se plaçant dans le sillage des Red House Painters et de Bill Callahan,

Les Fast Friends sont des gens qui ont bon goût et qui savent écrire de belles chansons. Les Fast Friends ont aussi le chic de nous apporter de bonnes nouvelles : ils ont prévu de revenir en 2019 avec un album et sont pressentis pour quelques concerts dans la capitale. On peut attendre sagement le retour de Bill Callahan en dégustant Fast Friends.

Fast Friends – Unknown Homes

Votre disque sort sur le label Les Disques Pavillon. Comment avez-vous rencontré ce label ?

Comme au bon vieux temps. En envoyant un e-mail avec un lien d’écoute. Les Disques Pavillon nous ont répondu… On s’est donné rendez vous, on a discuté et résultat le disque sort chez eux vendredi. Ce fut une superbe rencontre car Pacôme et Matthieu sont des vrais passionnés de musique, ils ont monté ce label pour se faire plaisir… Ils sont à l’écoute des artistes qu’ils signent.

Comment a été écrit cet EP ? Comment vous êtes vous répartis les rôles ?

On a un mode de fonctionnement très simple. Vu qu’on travaille à deux, on opère quasi toujours de la même façon. Jim apporte grille d’accords et paroles brutes et Julien arrange, habille, peaufine et restructure les titres.

Unknown Homes a été mixé par D. James Goodwin. Vous l’avez choisi pour ses travaux précédents avec Morby et Whitney ?

C’est exactement ça, surtout pour le travail qu’il a fait sur Singing Saw de Kevin Morby. C’est un disque chaud, nonchalant et diablement groovy.

Si vous deviez choisir un seul mot pour définir cet EP ?

Dual.

Fast Friends – Eureka

Quels sont vos projets pour 2019 ?

Embrayer sur la sortie d’un LP (qui est déjà écrit et enregistré) et défendre au maximum les titres en live.

Top 10

1) Votre disque préféré de Mark Kozelek ?

Question ardue !! Le coup de maître fut la sortie à 6 mois d’intervalle des albums Bridge et Rollercoaster, en 93. Ce sont 2 disques fascinants, que l’on a écoutés en boucle, et qui nous impressionnent encore aujourd’hui par leur maturité. Kozelek, en plus d’être un grand musicien est un immense producteur car il ne fait appel à personne pour ses albums, il mène tout de front. Depuis 93, il sort régulièrement des joyaux, comme Ghosts of the Great Highway ou Benji. Nous avons repris sa chanson Mistress, elle figurera sur un EP de reprises sur lequel nous travaillons actuellement.

2) Votre chanson préférée de Destroyer ?

Tinseltown swimming in blood, sur le dernier album Ken. Sur ce titre, il y a tout ce qu’on aime chez Daniel Bejar : un hommage appuyé et sans équivoque à des artistes qu’il a chéris plus jeune –
ici, c’est New Order – et puis ce chant nonchalant, je-m’en-foutiste mais passionnément, qu’il a piqué chez Pavement et Silver Jews, deux groupes très importants, pour lui comme pour nous.

3) Votre disque préféré de 2018 ?

Pour Julien, ce serait American Utopia, album vivifiant et aventureux d’un grand monsieur. Pour Jim, ce serait Sortie 21 de Sammy Decoster.
4) Le disque de 2019 que vous attendez le plus ? Sans hésiter le nouveau Bertrand Belin dont deux titres très prometteurs ont été dévoilés il y a une semaine. On n’ose plus espérer la sortie d’un nouvel album de Bill Callahan qui n’a plus rien proposé depuis Dream river. Reviens, Bill !

5) Le refrain ultime ?

Une fois n’est pas coutume, on va être en plein dans l’actu de l’hiver 2018, et répondre le refrain de … We will rock you.

6) Votre plaisir coupable ?

Un chanteur sicilien nommé Franco Battiato, sorte de monument national en Italie, un croisement entre Souchon et Manset, qui a posé certaines bases de l’italo-pop, tout en ayant sorti également des disques de musique répétitive ou en collaborant avec Antony & the Johnsons. On a envie de reprendre une de ses chansons, même si on ne parle pas italien… à suivre !

7) Le producteur de vos rêves ?

Allez, on ne va pas être très originaux, on va dire John Cale ou bien Todd Rundgren.

8) Votre pochette de disque préférée ?

Bossanova de Pixies. Aussi bizarre, foutraque et moderne que la musique du groupe.

9) CD ou Vinyle ?

Encore une question ardue ! En tant que fans de musique, ce serait plutôt vinyles et plutôt d’occasion (les rééditions de disques anciens sont souvent décevantes, sans cachet). Malgré tout, Julien continue d’acheter des CD, car tout n’est pas disponible en vinyl, et les prix sont la plupart du temps prohibitifs. Jim écoute beaucoup de musique en streaming, mais a aussi des vinyls.

10) Un artiste mort avec qui vous auriez aimé boire un verre ?

Leonard Cohen ou bien Bashung. En gros, de vieux hommes élégants. Avec des chapeaux. Qui ont eu mille vies.

Fast Friends - Unknown

Tracklist : Fast Friends - Unknown Homes
  1. Eureka
  2. Enchantment
  3. A Sad John Lennon Tune
  4. An Unstoppable Fire
  5. Unknonw Homes

Unknown Homes de Fast Friends est disponible chez Les Disques Pavillon.
Fast Friends sera en concert à Paris les :

  • 16/01/2019 : Le Motel
  • 11/04/2019 : La Dame de Canton
Pouet? Tsoin. Évidemment.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Découvertes

Faire ami-ami avec Special Friend

Découvrir les Special Friend à la fin d’une journée, c’est finir en beauté cette journée si celle-ci était cool. Et c’est se consoler avec leurs morceaux si la journée a été pourrie. Ecouter Before, c’est l’assurance de croiser les ombres de Stephen McRobbie et des Yo La Tengo… Ecouter Low Tide, c’est retrouver une présence…

Chuck The Handyman

Checke CHUCK the Handyman !

Mais pourquoi est-il si productif ? Car il est très doué. Après Dégage, après Amour Formica, Erwan Choquenet se lance en solo et publie un premier titre salvateur.

Pinky Pinky punchy punchy !

Papillons dans le coeur et oiseaux dans la tête avec le trio féminin caliornien Pinky Pinky !

Studio Electrophonique

En studio avec Studio Electrophonique

Premier EP, premier coup de maître. Très discrètement, Studio Electrophonique vient de renouveler la recette du slowcore en y injectant bien astucieusement une philosophie pop anglaise.

Corridor

Corridor sort du placard

Le label historique de Seattle se met enfin au français avec Corridor, un groupe de Montréal

Tropical Fuck Storm

Tempête de cerveau avec TFS

Oubliez Ayers Rock, Nick Cave ou les mignons Parcels ou autres Tame Impala. L’Australie qui a quelque chose à dire se nomme TFS pour Tropical Fuck Storm et leur nom ne ment pas sur la marchandise : une musique atrabilaire qui vous prend aux tripes par son désespoir lucide, son anti-hédonisme, son no future 3.0.

V’la Hval !

Revoilà Jenny Hval ! En 2016, vous êtes peut-être passé à côté de Blood Bitch, son sixième album solo qui a été formidablement accueilli par la presse et les gens de bon goût. Elle revient à la rentrée avec The Practice of Love, un album (faussement) pop.

La grande évasion des Raptor !

Il n’y a pas que Banksy et le trip hop à Bristol ! Les Raptor viennent de sortir leur premier disque, Escapism enregistré à l’ancienne aux studios Bink Bonk et produit par Mat Sampson (Turbowolf, Kasabian).

Carriers

Carriers devrait faire carrière

Pilier de la scène de Cincinnati, Curt Kiser a monté le projet Carriers et arrive avec un premier album qui s’annonce comme un coup de maître.

LIFE

LIFE (is good)

On n’avait pas entendu parler de la ville de Hull (Yorkshire) depuis… Les Housemartins ? Le groupe Life, qui accompagne Idles sur leur tournée, devrait replacer cette ville sur la carte du rock avec leur album A Picture Of Good Health.

La musique très adroite de Gauche

Il n’y a pas que Fugazi à Washington D.C. ! Il y aussi Gauche qui s’apprête un sortir un joli disque chez Merge Records.

La chevauchée pop de The Soft Cavalry

Rachel Goswell n’a aucun défaut. Il y avait d’abord Slowdive et sa réapparition (impeccable) sur scène et dans les bacs des disquaires. Il y avait aussi Mojave 3, merveilleux trait d’union entre les années 90 et les années 2000. Et il y avait Waves Are Universal, son disque solo de 2004. Désormais, il y aura…

Sacré Gerry Cinnamon !

Liam Gallagher a triomphé à Glastonbury sans Oasis et a été désigné comme le grand vainqueur de l’édition 2019 de ce festival. Mais il y a plus fort que lui, un Écossais de 33 ans qui a triomphé sur scène, seul avec sa guitare. Son nom ? Gerry Cinnamon.

Olivier Rocabois, le feu follet pop

Évadé d’ALL IF, Olivier Rocabois prend la tangente et grille tout le monde par la droite. Mais il a mis son clignotant… Monsieur Rocabois a de l’éducation. Et du talent.

Biche

[Rock En Seine 2019] To Biche or not to Biche ?

To Biche voyons ! A Rock En Seine, il y aura du très lourd avec The Cure. Mais il y aura aussi des jeunes pousses qui ne demandent qu’à fleurir. C’est le cas de Biche et son psychédélisme finement ciselé qui s’apprête à jouer le 23 août 2019. Enquête sur ces gens bien sous tous…

Studio Electrophonique

Électrisant Studio Electrophonique

Violette Records, le label qui a réussi l’exploit de faire entrer Michael Head (Shack/The Pale Fountains) dans les charts anglais, s’apprête à publier Elp, une nouvelle collection de disques. Et c’est un certain James Leesley qui ouvre le bal.

Parfaite Julia Shapiro

En retrait des Chastity Belt, Julia Shapiro se lance dans une carrière solo et arrive dans les bacs cette semaine avec Perfect Version.

Carton plein pour les Catenary Wires

Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut pas être mauvais. Après avoir écouté Til The Morning des Catenary Wires, on vous le confirme : Un groupe qui collectionne des vinyles d’Orange Juice et de Daniel Johnston ne peut qu’être bon.

A ne pas rater dans Découvertes !