Catégories
Chroniques d'albums

Bob Mould – Sunshine Rock

Trente ans après Workbook son premier album solo, quasiment quarante ans après le premier single d’Hüsker Dü, Bob Mould est toujours dans le coup et publie l’impeccable Sunshine Rock.

Avec son look de quinquagénaire rangé des affaires, Bob Mould peut tromper le commun des mortels (et il y en a pas mal) sur sa profession. Faîtes donc le test chez vous ou dans un bar en montrant un portrait de Mould. On vous répondra que ce monsieur a passé toute sa carrière chez IBM. Perdu ! Mould a fondé avec feu Grant Hart l’un des groupes les plus excitants du rock indé des US des 80’s dont la musique garde encore aujourd’hui toute sa saveur. Hüsker Dü bastonnait dur. Tout comme Mould qui n’a jamais déçu.

Bob Mould – Lost Faith

Comme Robert Forster ou Zach Condon, Bob Mould doit son nouveau disque à Berlin : »J’ai commencé à passer du temps à Berlin en 2015, j’ai trouvé un appartement en 2016 et suis devenu résident en 2017. Mon séjour à Berlin a été une expérience qui a changé ma vie. Les journées d’hiver sont longues et sombres, mais lorsque le soleil revient, tous les esprits se réveillent.  »

Bob Mould – Sunshine Rock

 
En 37 minutes chrono, Mould trousse une dizaine de chansons qui devraient filer un coup de vieux à toute la concurrence. Le temps qui passe n’a aucune prise sur l’écriture de cet Américain. Toujours fine et incisive, elle a le mérite de nous mettre des uppercuts avec une économie de moyens impressionnante. Enquillant les perles à marche forcée, l’ex Hüsker Dü positive tout ce qu’il trouve pour éviter de tomber dans une dépression qui lui était promise suite aux décès de ses parents.
Sunshine Rock est un disque d’une efficacité redoutable qui double par la droite ses concurrents et sème les autres dans un nuage de poussière.

Bob Mould – What Do You Want Me To Do

Sunshine Rock de Bob Mould sera disponible le 8 février 2019 chez Merge Records.

ob Mould - Sunshine Rock

Tracklist : Bob Mould - Sunshine Rock
  1. Sunshine Rock
  2. What Do You Want Me to Do
  3. Sunny Love Song
  4. Thirty Dozen Roses
  5. The Final Years
  6. Irrational Poison
  7. I Fought
  8. Sin King
  9. Lost Faith
  10. Camp Sunshine
  11. Send Me a Postcard
  12. Western Sunset

Bob Mould – Sunshine Rock4.5
9/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Bleu comme Mould

Bob Mould n’est pas content. D’ailleurs, a-t-il déjà été heureux ? L’ex –Hüsker Dü reviendra à la rentrée avec son quatorzième disque. Et il n’est vraiment pas content.
Martin Frawley

Les réactions en chaîne de Martin Frawley

Martin Frawley, leader de Twerps se lance en solo avec Undone at 31. Le natif de Melbourne délaisse l’héritage des Go-Betweens et de The Clean pour un disque plus pop.
Tracyanne & Danny

Tracyanne & Danny – Tracyanne & Danny

C’est l’heure du grand retour de Tracyanne Campbell ! Après la fin brutale de Camera Obscura (dans des conditions tragiques), l’Écossaise était devenue silencieuse. Elle retrouve le plaisir de chanter grâce à Danny Coughlan de Crybaby. Et nous retrouvons le plaisir d’écouter sa musique.
Ought

Ought en remet une couche

Avec Ought, le changement c’est maintenant. Revenu de son échappée solo, Tim Darcy embarque son groupe dans un univers plus doux et quitte le label Constellation pour arriver chez Merge Records (The Clientele, Destroyer, Spoon).
Destroyer © Ted Bois

Destroyer de nouveau à flot

On est bien content de croiser à nouveau Destroyer qui annonce la mise à l’eau de son prochain album, Ken le 20 octobre chez Merge.
Lambchop & Massive Attack

Lambchop à l’attaque

Deux retours remarqués en ce mois d’août, Massive Attack en bonne compagnie et Lambchop pour une danse langoureuse.

Plus dans Chroniques d'albums

The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…
Nadine Shah - Kitchen Sink

Nadine Shah – Kitchen Sink

Après avoir traité des problèmes géopolitiques mondiaux sur Holiday Destination, l’anglaise Nadine Shah change de braquet et décide de s’occuper d’elle et de la société anglaise. Sur ce quatrième et nouvel album, elle passe à la moulinette les défauts de la société anglaise et a écrit, inconsciemment, ses meilleures chansons.
Lane - Pictures of a Century

LANE – Pictures of a century

Le coup de poing musical de la semaine (ou du mois, voire de l’année) est signé LANE (pour Love and Noise Experiment). Avec dans ses rangs des anciens Thugs et des anciens DARIA, on savait que le niveau serait relevé. Il l’est tellement que les chansons de ce premier disque débordent dans notre salon et…

Manopolo – Billie

Premier EP pour le duo amiénois. Premier EP avec quatre morceaux qui allie la soul et le blues. Quatre morceaux écrits pendant le premier confinement. Quatre morceaux qui sont autant de rêves éveillés.
Built to Spill - Built to Spill plays the songs of Daniel Johnston

Built To Spill – Built To Spill Plays the Songs of Daniel Johnston

Doug Martsch a toujours été un immense fan de feu Daniel Johnston. Il reprenait, dès 1994, les chansons de ce dernier avec la première version de Built To Spill. En 2017, l’agent de Daniel Johnston proposa à Martsch que BTS soit son backing band. L’affaire fut conclue. En trois ans, beaucoup de choses se sont…

Jehnny Beth – To love is to live

Et entre les deux, la rage. Entre un S et le verbe aimer. La rage, en forme d’apostrophe impossible, quand les deux ne veulent pas se coller. S’aimer, pourtant. To love is to live, comme l’annonce Jehnny Beth. Vivre. Aimer. Vivre et puis aimer. S’aimer peut-être, s’aimer enfin, tant ses chansons prennent la forme d’un…