Les nouvelles de Nouvelle-Zélande sont excellentes. The Chills s’apprêtent à triompher (enfin) aux Etats-Unis avec une tournée et le film The Chills: The Triumph & Tragedy of Martin Phillipps à la fin du mois. Mais avant de les voir en tête d’affiche du SXSW, il faut écouter le nouvel album de cette chère Hollie Fullbrook (aka Tiny Ruins).


Phillipss devrait donc bientôt triompher au pays de l’Oncle Sam… Il en va de même pour Fullbrook qui devrait s’imposer sur le Vieux Continent et notamment en France où elle est programmée par le festival Les Femmes s’en mêlent. Après avoir été hébergée chez Flying Nun Records (The Bats, The Chills), Fullbrook a pris le parti de s’exporter avec Flying Out (pour l’Océanie) et Marathon Artists pour l’Europe (Courtney Barnett, Pond). En plus d’être bien entourée, Hollie Fullbrook sait écrire de belles chansons qui allient de vrais beaux textes et des mélodies cousues d’or. Au fil de ces onze titres, Fullbrook réfléchit sur la marche du monde en s’inspirant des peintures de Van Gogh. Il faut attendre la mutinerie du Bounty pour que le disque bascule. Avant le huitième morceau, le disque fonctionne avec une certaine élégance et une grande retenue. Après… Fullbrook sème ses concurrentes (Aldous Harding) et nous fait pleurer de joie. On comprend alors pourquoi David Lynch s’est amouraché de ce folk qui ne dit pas son nom.

Tiny Ruins - Olympic Girls

Olympic Girls de Tiny Ruins est disponible chez Milk! Records/Marathon Artists.
Tiny Ruins sera en concert en avril prochain en France. Notamment à Tourcoing le 3 avril 2019.

Tiny Ruins - Olympic Girls

Tiny Ruins - Olympic Girls

Tracklist : Tiny Ruins - Olympic Girls
  1. Olympic Girls
  2. School Of Design
  3. How Much
  4. Sparklers
  5. Holograms
  6. Kore Waits In The Underworld
  7. Bounty
  8. One Million Flowers
  9. My Love Leda
  10. Stars
  11. False
  12. Fading
  13. Cold Enough To Climb

Tiny Ruins – Olympic Girls4.0
8/10
Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

tiny_ruins © Fabrice Buffart

Tiny Ruins au Bruno’s !

Elle vient d’illuminer le MaMA festival, elle a joué au milieu des livres au Manhattan Center il y a peu, Hollie Fullbrook alias Tiny Ruins sera en concert au Bruno’s de l’Épicerie Moderne ce jeudi 24 octobre, formule en « after work » (19h00 – 22h00), agrémentée d’une dégustation de vin assurée par un vigneron…

Tiny Ruins en forme Olympic !

Tiny Ruins dévoile un nouveau titre de son prochain album Olympic Girls à paraître le 1er février chez Marathon Artists. Elle sera en concert le 1er avril au Trabendo à Paris.

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.