SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux commentés du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Thibault Eskalt qui sortira un premier EP, A la fin à la rentrée et dont le premier extrait Quelqu’un qui m’entend vient d’être mis en images. Avec sa playlist, on découvre un artiste sensible aux voix pour trouver sa voie, un être humain romantique à la fin.

Thibault Eskalt en cinq questions

Ton souvenir de concert ?

Le premier concert avec mes compos, c’est ce jour-là que j’ai vraiment commencé à y croire, en sentant que j’avais communié avec le public et que je pouvais lui transmettre quelque chose.

Ta rencontre en tournée ?

2011 je rencontre le chanteur Yves Jamait en sortant de scène. J’ai un groupe à l’époque et il me dit « il y a vraiment un truc chez toi, quitte ton groupe et part seul avec ta guitare pour mieux ressentir tes chansons et affirmer ton univers ». S’il savait le temps que j’ai passé seul avec ma guitare par la suite et comme je suis parti loin…

Ton anecdote dans le van ?

Quand je suis en équipe, c’est le moment décisif où l’on se fait écouter les chansons qu’on aime et qu’on n’assume pas. On découvre généralement beaucoup sur la personnalité de l’autre. (on parle vraiment des chansons de la honte mais qu’on adore écouter). Quand je suis seul, j’écoute toutes les maquettes que j’ai dans mon enregistreur et je bosse dans ma tête en regardant le paysage défiler.

Ton nouvel EP en quelques mots ?

Bande son pour un road trip en solitaire dans le grand nord.

Ton prochain rêve ?

Une session live sur la banquise avant qu’elle ne disparaisse !

Thibault Eskalt – Quelqu’un qui m’entend

En écoute avec Thibault Eskalt :

  1. Bon IverBeth/Rest
    Souvenir d’Islande, je branchais mon téléphone dans la voiture pour le charger. A chaque fois que je démarrais c’est ce morceau qui se lisait automatiquement. En entendant cette chanson, je reverrai toujours cette route immense qui éventre la terre de lave et de glace. L’horizon et l’aventuredroit devant.
  2. Bruce Springteen Atlantic City
    Une des multiples chansons que j’ai écouté sur la route, elle m’a toujours fasciné. Tirée d’un album qu’il a composé dans l’isolement. C’est nu et engagé.
  3. Ry XUntold
    Une douceur obsessionnelle qui me conforte dans mes choix artistiques. De la musique que j’adore et qui m’inspire. Une lenteur et une simplicité assumée dont je me sens proche. A quand le co-plateau ?
  4. Damien Rice Eskimo
    Titre gigantesque dans sa fragilité. Une histoire d’amour entre la pop-folk et la musique classique. Un mélange des genres réussi, quintessence d’un artiste qui a marqué ma vie.
  5. Yves JamaitDimanche (caresse-moi)
    Un dimanche soir en 2008, c’est l’été, tout le monde est en vacances. Je n’ai pas d’argent alors je travaille dans un laboratoire. J’ai perdu de vue ma vie, englouti par le rythme et la souffrance qui émane du lieu. Là, j’entends cette chanson, ça me traverse le cœur et me donne l’envie de sortir les mienne.
  6. RadioheadReckoner
    La liberté artistique d’un groupe qui prend enfin la place qui lui est dû. Magistrale, elle m’a sauvé la vie sur la route entre Munich et Wien. Nuit noire, moins dix degrés dehors, rien pour m’arrêter. Je conduis depuis environ 15h. Le sommeil me guette et cette chanson à fond dans la voiture me relance pour faire les 400 cents derniers kilomètres.
  7. Bashung Comme un lego
    Immense chanson, immense interprète et immense auteur. Une guitare, un putain de texte, une putain de voix = une putain de chanson. A écouter sur la route aussi.
  8. Charles AznavourHier encore
    Franchement qui est insensible à cette chanson? Tout est dit.
  9. John WilliamsTheme from Jurassic Park
    Le passé appartient au passé. Grand thème sur la nostalgie du passé et les rêves d’enfance. Plus je regarde mon enfance et plus je la vois s’éloigner. Ce thème me rassure et me dit qu’elle est encore là, en moi, qu’il suffit juste de l’éclairer pour la faire palpiter à nouveau.
  10. James Vincent McMorrow Cavalier
    Je cite James Vincent mais j’aurai pu citer Tom Mcrae et tous ces artistes à la voix aiguë qui m’ont aidé à trouver la mienne. En plus d’être une prouesse vocale, cette chanson est juste magique. Sensibilité, groove et mélodie. En 2014, je suis en pleine recherche artistique et vocale, j’essaye de m’émanciper des cercles de chansons françaises tout en continuant à chanter en français. Je vis sur les routes, j’écoute tout ça des heures durant en avalant les kilomètres, des rêves plein les yeux et l’horizon pour les accomplir. Me voilà arrivé sur la ligne de l’horizon.

Thibault Eskalt sera en concert le jeudi 2 mai à Paris (L’International)
Plus d’informations sur la page Facebook de Thibault Eskalt.