Catégories
Son du jour

Vidéo : Hey Hey My My – Plastic Life

Pas très développement durable le nouveau titre de Hey Hey My My mais comme leur dernier album, A Sudden Change of Mood remonte à 2010, le gang des Julien est pardonné surtout à la vision du clip pour Plastic Life.

Le philosophe du quatrième âge de la télévision Pascal Sevran prophétisait : « le téléphone portable est un signe extérieur de détresse. » On a certainement tous une vie un peu en plastique alors on cherche des gourous pour se déconnecter du monde ou se reconnecter au monde, c’est selon. Hey Hey My My revient après 9 ans de disette et déjà un tube avant un troisième album en mars chez Vietman.

Hey Hey My My sera en concert à La Boule Noire à Paris le 28 avril 2020.

Hey Hey My My – Plastic Life

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Hey Hey My My ‎– British Hawaii

Hey Hey My My – British Hawaii

Avez-vous pensé au premier disque que vous allez écouter en bagnole, les fenêtres ouvertes, sur les routes de l’après, direction Merry Land pour piquer une tête in the lake un samedi soir en prenant son temps, « paisible, à la fraîche, décontracté du gland » ? Cela pourrait bien être British Hawaii d’Hey Hey My My.
Radio Elvis © Hedi Slimane

Les bonnes ondes de Radio Elvis

« Mais ne remue pas tes membres ; tu es encore aujourd’hui sous notre magnétique pouvoir, et l’atonie encéphalique persiste : c’est pour la dernière fois. » J’ignore pourquoi Radio Elvis m’a fait retrouver cette citation des Chants de Maldoror d’Isidore Ducasse, comte de Lautréamont. J’espère que l’envoûtement magique à l’écoute du trio parisien persistera encore longtemps.…

Just Rock au Kao

Jil Is Lucky La seconde soirée du festival Just Rock ! nous a fait voyager de la vallée des pierres dorées à Sidi Bel Abbès en passant par Londres ou New York, et le tout avec des artistes français bien de chez nous !

SK Session : Hey Hey My My

Hey Hey My My 2007 impossible d’échapper à Hey Hey My My et à leur tubesque « Too Much Space ». 2010, ils reviennent avec un nouvel album, « A Sudden Change of Mood » et nous les avons rencontrés dans leur studio pour filmer « Not Fun Anymore ».

Plus dans Son du jour

J.S. Ondara - From Six Feet Away

Vidéo : J.S. Ondara – From Six Feet Away

“La distance grappille le temps.” écrivait Eugène Guillevic. J.S. Ondara poursuit son voyage intérieur dans le Sussex en chantant cet écartèlement imposé durant ces mois suspendus où il était parfois impossible de serrer l’autre dans ses bras.
KACIMI - Il venait d'avoir 20 ans ft. Biche

Vidéo : Kacimi – Il venait d’avoir 20 ans ft. Biche

Après nous avoir illuminé avec son Gyrophare et sa pop élégiaque scintillante, titre de son prochain album chez Echo orange, Chante et Tais-Toi et Le Pop Club Records, Kacimi propose un morceau en suspension, hors du temps, une méditation poétique accompagnée d’une somptueuse animation par Peter The Moon.
Declan McKenna

Vidéo : Declan McKenna – Be an Astronaut

Les garçons ne pleurent pas. Et pourtant. A 21 ans, Declan McKenna s’apprête à sortir son deuxième album, Zeros le 4 septembre chez Columbia Records et a la tête dans les étoiles avec Be an Astronaut.
Melorman - Eliquis

Vidéo : Melorman – Eliquis

Pour les cloîtrés volontaires ou les amateurs de grands espaces, Melorman vous offre 5 minutes d’ailleurs, d’ambiance vaporeuse et ensoleillée.
The Wytches

Vidéo : The Wytches – A Love You’ll Never Know

The Wytches reviennent avec un troisième album, Three Mile Ditch qui sortira le 2 octobre sur leur propre label Cable Code Records. A Love You’ll Never Know est le deuxième extrait après Cowboy a être mis en images.
Grand Palladium - J'aime

Vidéo : Grand Palladium – J’aime

Grand Palladium est un duo brestois qui transforme les Monts d’Arrée en Appalaches avec un premier album de chansons en français dont est extrait ce J’aime où il se tapent l’incruste dans des toiles de maîtres.