Vidéo : Bob Dylan – Murder Most Foul

bob-dylan-murder-most-foul
Guimauve - 29/03/2020

Qu’écrire d’intelligent sur Bob Dylan en 2020 ? Pas grand chose. Alors autant se régaler de cette « chanson jamais sortie, enregistrée il y a un moment maintenant », une fresque musicale de presque 17 minutes, le ‘il était une fois en Amérique’ du Zim’.

On retrouve Murder Most Foul dans le Hamlet de Shakespeare lors de sa rencontre avec le spectre du roi assassiné qui désigne le coupable, l’usurpateur Claudius. La tragique fin de Kennedy, Hamlet moderne est pour Dylan le point de départ de l’immense et funeste glissade de ce 20ème dont nous avons hérité. « The day that they killed him, someone said to me : Son, The age of the Antichrist has just only begun. » Car l’histoire de l’Amérique est bien une histoire de la violence, prête à tout consumer encore aujourd’hui, la courbes du Covid suivant celle des ventes d’armes. On vous laisse écouter et lire Dylan, 78 ans, qui aura survécu à tant d’artistes dont Patrick D.

Bob Dylan – Murder Most Foul

It was a dark day in Dallas, November ’63,
a day that will live on in infamy.
President Kennedy was a-ridin’ high,
good day to be livin’ and a good day to die,
being led to the slaughter like a sacrificial lamb.
He said, « Wait a minute, boys, you know who I am? »
« Of course we do, we know who you are! »
Then they blew off his head while he was still in the car.

Shot down like a dog in broad daylight,
was a matter of timing and the timing was right.
You got unpaid debts, we’ve come to collect.
We’re gonna kill you with hatred, without any respect.
We’ll mock you and shock you and we’ll put it in your face.
We’ve already got someone here
to take your place.

The day they blew out the brains of the king,
thousands were watching, no one saw a thing.
It happened so quickly, so quick, by surprise,
right there in front of everyone’s eyes.
Greatest magic trick ever under the sun,
perfectly executed, skillfully done.
Wolfman, oh, Wolfman, oh, Wolfman, howl.
Rub-a-dub-dub, it’s a murder most foul.

Hush, little children, you’ll understand
The Beatles are comin’, they’re gonna hold your hand.
Slide down the banister, go get your coat,
ferry ‘cross the Mersey and go for the throat.

There’s three bums comin’ all dressed in rags,
pick up the pieces and lower the flags.
I’m goin’ to Woodstock, it’s the Aquarian Age.
Then I’ll go over to Altamont and sit near the stage.

Put your head out the window, let the good times roll.
There’s a party going on behind the grassy knoll.
Stack up the bricks, pour the cement.
Don’t say Dallas don’t love you, Mr. President.

Put your foot in the tank and then step on the gas,
try to make it to the triple underpass.
Blackface singer, whiteface clown,
better not show your faces after the sun goes down.
Up in the red-light district, they’ve got cop on the beat
living in a nightmare on Elm Street.

When you’re down on Deep Ellum,
put your money in your shoe.
Don’t ask what your country can do for you.
Cash on the barrelhead, money to burn,
Dealey Plaza, make a left-hand turn.

I’m going down to the crossroads, gonna flag a ride,
the place where faith, hope, and charity died.
Shoot him while he runs, boy, shoot him while you can,
see if you can shoot the invisible man.
Goodbye, Charlie! Goodbye, Uncle Sam!
Frankly, Miss Scarlett, I don’t give a damn.

What is the truth, where did it go?
Ask Oswald and Ruby, they oughta know.
« Shut your mouth, » said a wise old owl.
Business is business, and it’s a murder most foul

Tommy, can you hear me? I’m the Acid Queen.
I’m riding in a long, black Lincoln limousine,
ridin’ in the back seat next to my wife,
headed straight on into the afterlife.
I’m leaning to the left, I got my head in her lap.
Hold on, I’ve been led into some kind of a trap
where we ask no quarter and no quarter do we give.
We’re right down the street
from the street where you live.

They mutilated his body and they took out his brain.
What more could they do? They piled on the pain.
But his soul was not there where it was supposed to be at.
For the last fifty years, they’ve been searchin’ for that.
Freedom, oh, freedom, freedom over me,
I hate to tell you, mister, but only dead men are free.
Send me some lovin’, then tell me no lie.
Throw the gun in the gutter and walk on by.

Wake up, little Susie, let’s go for a drive,
cross the Trinity River, let’s keep hope alive.
Turn the radio on, don’t touch the dials,
Parkland Hospital, only six more miles.
You got me dizzy, Miss Lizzy, you filled me with lead.
That magic bullet of yours has gone to my head.

I’m just a patsy12 like Patsy Cline,
never shot anyone from in front or behind.
I’ve blood in my eye, got blood in my ear,
I’m never gonna make it to the new frontier.

Zapruder’s film I seen night before,
seen it thirty-three times, maybe more.
It’s vile and deceitful, it’s cruel and it’s mean,
ugliest thing that you ever have seen.

They killed him once and they killed him twice,
killed him like a human sacrifice.
The day that they killed him, someone said to me,
« Son, the age of the Antichrist has just only begun. »

Air Force One comin’ in through the gate,
Johnson sworn in at 2:38.
Let me know when you decide to throw in the towel.
It is what it is, and it’s murder most foul.

What’s new, pussycat? What’d I say?
I said the soul of a nation been torn away
and it’s beginning to go into a slow decay
and that it’s thirty-six hours past Judgment Day.

Wolfman Jack, he’s speaking in tongues,
he’s going on and on at the top of his lungs.
Play me a song, Mr. Wolfman Jack,
play it for me in my long Cadillac.

Play me that « Only the Good Die Young. »
Take me to the place Tom Dooley was hung.
Play « St. James Infirmary » and the Court of King James.
If you want to remember, you better write down the names.

Play Etta James too, play « I’d Rather Go Blind, »
play it for the man with the telepathic mind.
Play John Lee Hooker, play « Scratch My Back. »
Play it for that strip club owner named Jack.

Guitar Slim going down slow,
play it for me and for Marilyn Monroe.
Play « Please Don’t Let Me Be Misunderstood. »
Play it for the First Lady, she ain’t feeling any good.
Play Don Henley, play Glenn Frey,
take it to the limit and let it go by.
Play it for Carl Wilson, too,
looking far, far away down Gower Avenue.

Play tragedy, play « Twilight Time, »
take me back to Tulsa to the scene of the crime.
Play another one and « Another One Bites the Dust. »
Play « The Old Rugged Cross » and « In God We Trust. »

Ride the pink horse down that long, lonesome road,
stand there and wait for his head to explode.
Play « Mystery Train » for Mr. Mystery,
the man who fell down dead like a rootless tree.

Play it for the reverend, play it for the pastor,
play it for the dog that got no master.
Play Oscar Peterson, play Stan Getz,
play « Blue Sky, » play Dickey Betts.

Play Art Pepper, Thelonious Monk,
Charlie Parker and all that junk.
All that junk and « All That Jazz, »
play something for the Birdman of Alcatraz.

Play Buster Keaton, play Harold Lloyd,
play Bugsy Siegel, play Pretty Boy Floyd.
Play the numbers, play the odds.
Play « Cry Me a River » for the Lord of the gods.

Play Number 9, play Number 6,
play it for Lindsey and Stevie Nicks.
Play Nat King Cole, play « Nature Boy, »
play « Down in the Boondocks » for Terry Malloy.

Play « It Happened One Night » and « One Night of Sin, »
there’s twelve million souls that are listening in.
Play « Merchant of Venice », play « Merchants of Death, »
play « Stella by Starlight » for Lady Macbeth.

Don’t worry, Mr. President, help’s on the way,
your brothers are comin’, there’ll be hell to pay.
Brothers? What brothers? What’s this about hell?
Tell them, « We’re waitin’, keep comin’, »
we’ll get them as well.

Love Field is where his plane touched down,
but it never did get back up off the ground,
was a hard act to follow, second to none.
They killed him on the altar of the rising sun.

Play « Misty » for me and « That Old Devil Moon, »
play « Anything Goes » and « Memphis in June. »
Play « Lonely at the Top » and « Lonely Are the Brave, »
play it for Houdini spinning around in his grave.

Play Jelly Roll Morton, play « Lucille, »
play « Deep in a Dream », and play « Driving Wheel. »
Play « Moonlight Sonata » in F-sharp
and « A Key to the Highway » for the king on the harp.

Play « Marching Through Georgia » and « Dumbarton’s Drums, »
play darkness and death will come when it comes.
Play « Love Me or Leave Me » by the great Bud Powell,
play « The Blood-Stained Banner », play « Murder Most Foul. »

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Son du jour

Vidéo : Terrenoire – Ça va aller

Vidéo : Terrenoire – Ça va aller

Des yeux. Des regards. La complicité des deux frangins de Terrenoire fait une fois de plus du bien. Et quand en plus, ils lancent, ça va aller, cela ne peut qu’aller.

[EXCLU] Vidéo : Dômo Kômo – Spider or Fly

[EXCLU] Vidéo : Dômo Kômo – Spider or Fly

Dômo Kômo est un duo lyonnais composé de Nick Wheeldon et Vincent Vauchez qui ont tissé leur toile au studio Mikrokosm avec Benoit Bel. Un groupe qui pratique l’entomologie pop à découvrir avec un premier album, Out à l’automne chez Le Pop Club Records.

[EXCLU] Vidéo : Bingo Club – Dance Me

[EXCLU] Vidéo : Bingo Club – Dance Me

Dance Me to the End of Love chantait de sa voix suave Leonard Cohen. Bingo Club chante aussi l’espoir avec Dance Me, parade amoureuse langoureuse.

Vidéo : Apple Jelly – Die, Motherfucker ! Die !!!

Vidéo : Apple Jelly – Die, Motherfucker ! Die !!!

On pensait que la confiture avait moisi pour les lyonnais d’Apple Jelly, on a du pot, ils reviennent avec un titre, Die, Motherfucker ! Die !!! avant (enfin) un album du même nom le 26 juin.

Vidéo : REYN – Le silence éternel

Vidéo : REYN – Le silence éternel

On a découvert Reyn Ouwehand avec Stephan Eicher, en ouverture de ses concerts ou avec ses musiciens. Cet hollandais fait voler les touches de son piano avec des instrumentaux d’une infinie douceur mélancolique.

Vidéo : Owen Pallett – A Bloody Morning

Vidéo : Owen Pallett – A Bloody Morning

Owen Pallett sort en douce un nouvel album, Island, hommage aux esclaves dompteurs de fenwick d’amazon ou aux misanthropes pré-post-la-COVID ? Avec A Bloody Morning, les matins sont chagrins mais remplis d’espoir et de pardon.

Vidéo : Max Caz – Interstellar Doorway

Vidéo : Max Caz – Interstellar Doorway

On avait déjà la tête dans les étoiles avec son EP, Teenagers From Outer Space, on saute à pieds joints dans l’espace avec Interstellar Doorway de Max Caz.

Vidéo : Idles – Mr. Motivator

Vidéo : Idles – Mr. Motivator

Vous manquez de motivation le matin pour mettre votre masque et rejoindre les premiers de cordées ? Vous regrettez la Gym Tonic de Véronique et Davina ? Mr. Motivator d’Idles sera votre ami Ricoré.

Vidéo : Victor Solf – The Salt Of The Earth

Vidéo : Victor Solf – The Salt Of The Earth

Victor ou un grand enfant au pouvoir. Avec The Salt Of The Earth extrait de son EP Aftermath, sa voix envahit l’espace sonore comme les couleurs inondent l’image pour nous submerger d’émotion.

[EXCLU] Vidéo : Viktor And The Haters – Une vie de loup

[EXCLU] Vidéo : Viktor And The Haters – Une vie de loup

Envie de rollercoaster ? De fête foraine où vogue le vague à l’âme ? De néons qui dégueulent et de mots qui claquent comme un poing dans un Punching Ball de kermesse ? Et forcément héroïque avec Viktor And The Haters et Une vie de loup, extrait du prémonitoire Black Out (I) sorti en décembre.

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Jehnny Beth et l’amour à fleur de peau. Heroine est extrait de son premier album solo, To love is to live disponible le 12 juin.

Vidéo : Elvis Perkins – Anonymous

Vidéo : Elvis Perkins – Anonymous

Le retour du roi. Le retour d’un seigneur. Et point besoin d’anneaux et de grandiloquence. Mais la magie est là. Elvis Perkins n’est pas un inconnu. Au contraire. Ce titre est inespéré et hors du temps. On retrouve une voix, sa voix, notre voix. Notre voie.

Vidéo : Gallon Drunk – Bedlam

Vidéo : Gallon Drunk – Bedlam

Avril 1993. Sortie de From the Heart of Town, deuxième album fiévreux de Gallon Drunk. Mai 2020. Exhumation de la vidéo originale depuis longtemps égarée de Bedlam, chahut musical écrit par James Johnston.

Vidéo : Pomme – les oiseaux

Vidéo : Pomme – les oiseaux

« Si les rues sont si grandes, c’est pour respirer » et c’est l’auditeur qui a « un oiseau dans le ventre » avec une Pomme nature qui nous cueille en plein vol.

[EXCLU] Vidéo : Kramies – Ohio

[EXCLU] Vidéo : Kramies – Ohio

On suit l’ami Kramies que cela soit pour son EP féerique, Of All The Places Been & Everything The End ou ses aventures en trio avec Jason Lytle (Grandaddy) et Kyle Field (Little Wings). On le retrouve pour un titre en exclusivité pour SK*.

Vidéo : Tkay Maidza – Shook

Vidéo : Tkay Maidza – Shook

C’est le choc Shook avec Tkay Maidza, Mad Max Australo-Zimbabwéenne qui risque de mettre à la casse la concurrence dans le trémoussage de booty.