Catégories
Chroniques d'albums

Site du jour : samples.fr

Il y a quelques sites que je suis assidument et pour commencer cette série je commence par un site atypique dont le nom annonce la couleur, où comment parler de musique par le prisme des samples, il s’agit de samples.fr.

1979, les premiers samplers (Fairlight) coutaient 100.000$, consommaient 700W, un sample pouvait faire 16Ko maximum et seuls quelques gros artistes pouvaient se les payer : Jean-Michel Jarre, Peter Gabriel ou Brian Eno. Les premières productions utilisant ces bêtes sont vues comme futuristes alors que le sample est utilisé le plus souvent pour (mal) imiter un instrument acoustique ou électrique.

Quelques années plus tard, en 86, sort le premier sampler à un prix abordable (Akaï S900) permettant l’éclosion de nouveaux styles de musique, du hip-hop à l’electro, pour le meilleur et pour le pire.

Akaï S900
Akaï S900

Aujourd’hui n’importe quel ordi est capable de faire 1000 fois plus de choses et les débats des années 90 sur la légitimité de la musique utilisant des samples parait bien désuet tant l’utilisation de cet instrument est généralisé et transparent dans pratiquement tous les styles de musique.

Tout ça pour en venir à cet excellent site qu’est samples.fr qui décortique comment sont utilisés et, plus fun, d’où proviennent les samples, de morceaux plus ou moins connus.

Certains morceaux restent dans l’histoire pour la quantité de samples utilisés (par exemple le Pump Up The Volume de M/A/R/R/S) ou pour le pillage et la réutilisation de samples des années 70 (comme les Daft Punk).

samples.fr est également à l’affut des trouvailles d’une communauté de « chercheurs de samples » aux quatre coins du monde à l’instar du dernier billet expliquant sample par sample comment a été fait le « Smack My Bitch Up » des Prodigy, la preuve par l’image :

The Prodigy – Smack My Bitch Up (Making of in Ableton by Jim Pavloff)

Je ne me souviens plus en quelle année, The Prodigy a été élu meilleur groupe live de l’année, ce qui les avaient eux-même fait bien marré vu que 0% de leur musique (en tout cas à l’époque) ne pouvait être joué en live.

Pour être complet, les Prodigy seront en concert en France en avril 2010 avec deux dates à Paris les 17 et 18 avril au Zénith De Paris et vous pouvez écouter leur dernier album sortie le mois dernier « Invaders Must Die » sur Deezer en cliquant, comme d’hab, sur la partie droite du lecteur ci-dessous :

Fou de musique au goûts éclectiques (électro, pop, rock, jazz...) fondateur de Soul Kitchen, réalisateur des SK* Sessions et photographe
Partager cet article
11 réponses sur « Site du jour : samples.fr »

Comment ça, tu ne te souviens plus en quelle année Prodigy a été élu meilleur groupe live de l’année ? En 2009 ! Dans le classement publié la semaine dernière sur le site du Mouv’ ! Intitulé « 2009 une année d’enfer »… Alors autant te prévenir tout de suite, dans ces awards, Benjamin Biolay est classé numéro 2 pour son dernier album « La Superbe », et je tiens à préciser que je ne partage pas du tout ton opinion, et celle apparemment de la majorité de la SK Team, à son sujet : j’ai toujours trouvé ses chansons magnifiques, et à propos des clichés qui entourent sa personnalité, il s’en est justement expliqué hier soir au micro de Christophe Crénel : je n’ai pas sa citation précise en tête, mais en gros il a voulu mettre les choses au point, et expliqué qu’il a pu se montrer parfois agressif, mais qu’en aucun cas cela reflétait son caractère habituel, et qu’il n’est pas non plus issu d’une famille bourgeoise. Alors à bon entendeur… ;)

Je ne parlais pas de ce classement mais d’un classement anglais du début des années 90. Sinon je n’ai pas parlé de Biolay donc je ne comprends pas ta remarque :)

Alain,

Ce n’est pas forcement exact lorsque tu dis que le sampleur a surtout servi a imiter des instruments. Prenons Zoolook de JM Jarre. Le sampleur a été surtout utilisé pour sampler les différentes voix utlisé sur le disque . Le reste des instruments sont des classique ( OBXA , VCS3, moog , linn et autres) ainsi que les « premiers » synthé « numerique » (DX7 ,D50 – j’ai un doute-,ensoniq VFX)

Je parlais en général et au tout début, les plus créatifs dont Jarre à l’époque, ont effectivement créé une nouvelle façon d’utiliser un sampler mais peu l’utilisait pour des boucles de batteries par exemple (notamment parce qu’avec 16Ko on pouvait avoir que de très courts samples)

C’est vrai , mais tu oublies le fait que le Fairlight est un sampler a échantillonnage variable , ce qui lui permettait de « gagner » de la place. En effet, cette machine permettait de lire un sample avec un échantillonnage qui lui permettait de respecter la condition de shannon (Fsignal x2 < F sample). Donc , sampler un kick ne prennait que quelques octets.

Pour en revenir au sampler, on peut peut être considérer que le Melotron (voir le novatron) est le premier sampleur digne de ce nom. Bien évidemment , on était dans de l'analogique, mais les concepts de chargement de banque de son, voir d'affectation d'un son par touche était tout a fait faisable.

Oui en effet, je me doutais bien que tu évoquais un classement antérieur :)

Concernant Biolay, je t’ai peut-être confondu avec l’un de tes collègues de la SK Team, en tout cas vous êtes 2 à avoir parlé de lui sur ce blog, dans un billet datant du début du mois il me semble, l’un déclarant que son dernier album était meilleur que les précédents, et l’autre démentant catégoriquement avec un jugement radical sur l’artiste…

Pendant que j’y suis, big up à Tonio, le + grand fan de Prodigy de tout le 93 (il se reconnaîtra :-) et puis pour prolonger le plaisir, le morceau « Firestarter » s’est récemment fait bootléguer par DJ Zebra, un mashup qui tourne pas mal actuellement sur le Web, que ce soit sur le site du Mouv’, sur YouTube, ou encore sous forme de fichier mp3, intégré dans un Zebramix, sur le site officiel de DJ Zebra !

J’ai écouté attentivement le Biolay puisque tout le monde le considère comme un des albums de l’année… J’avoue mon ignorance concernant cet artiste que je classais nonchalamment dans les Delerm, Benabar, M and Co… Alors certes, c’est sympathique, mais j’ai presque entendu un tribute to Daho qui lui même s’est beaucoup inspiré de Gainsbourg. Alors ce sont des figures tutélaires très honorables, mais sur la durée l’album, pardon, le double album est assez redondant à mon sens, avec aussi la mode de la petite trompette Rigbyesque ou Dionysiaque… Donc pas tout a fait convaincu de son passage du côté obscure de la force, c’est à dire du côté de Dominic A, Rodolphe Burger ou Higelin et non plus de la nouvelle chââââânnnnson française ;-)

Prodigy cet été à musilac m’a quand même passablement gonflé au bout d’une demi heure… Prodigieusement répétitif et surjoué, attendu, il y a 10 ans, il y avait un côté novateur, là ils s’auto-parodient… c’est assez troublant…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Photos : Big Festival 2016 – Biarritz – 15-07-2016

Libérés de nos obligations professionnelles, nous arrivons vers 20h30 sur Biarritz pour les lives au stade Aguilera de la 8ème édition du Big Festival, il y a beaucoup de véhicules stationnés autour du stade, l’absence de parking se ressent… de plus je n’ai vu aucun fléchage pour accéder au site, merci le GPS !
Cabaret Vert 2014

Cabaret Vert 2014 : J-7

10 édition pour le festival Ardennais qui se tiendra du 21 au 24 août au Square Bayard de Charleville-Mézières. Cabaret Vert 2014

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…