Vidéo : Owen Pallett – A Bloody Morning

Owen Pallett - A Bloody Morning
Guimauve - 22/05/2020

Owen Pallett sort en douce un nouvel album, Island, hommage aux esclaves dompteurs de fenwick d’amazon ou aux misanthropes pré-post-la-COVID ? Avec A Bloody Morning, les matins sont chagrins mais remplis d’espoir et de pardon.

6’53. A Bloody Morning. A penser à tous ces exégètes de la claustration. En cabane ou pas. Et arrive Owen Pallett. Over the window. Comment a t-on vécu ces moments derrière la fenêtre ? Protégé ? Pas sûr. Car la gamberge a rongé les esprits. Certains se sont libérés, ont dansé. D’autres pas. Ont été rongé par le spleen. Mais ce A Bloody Morning monte en puissance, comme la sève irrigue, des racines à frondaison, une sorte de libération avec un sang vitale. « On croit au sang qui coule, et l’on doute des pleurs. » poétisait Alfred de Musset. Ne pas douter. Jamais.

Owen Pallett – A Bloody Morning

Started drinking on the job
And the job became easy
Keep my hands upon the wheel and my eyes to the sea
Our two-masted yellow schooner seemed to need some course correction
And it may have looked suspicious, but the sun was on my shoulders
And my ginger hair
Lady Virtue’s Lace is bowing in the wind
And I slouch in my chair, thinking
« Who gives a shit about them? When did they ever give a shit about me? »

All around my lower ribs
Spider veins are forming
I’ve mistaken self-indulgence for self-care
But do not be scared
Surely some disaster will descend and equalize us
A crisis
Will unify the godless and the fearless and the righteous
I am knocked to the hull
As the schooner hits a reef beneath the surface
And we list and I fall
And the passengers are tumbling over railing, overboard and into sea

In a certain slant of light the feeling will hit me
Like a man against the waves and a violent wind
Waking up in a bloody morning
With the warmth of his forgiveness around me
The shared dream left me shaking
The memory is threatening to capsize every ship upon the sea
Upon the surf the passengers are scrambling and swimming
And my vision is unsteady and my head is scribbling scribbling
And the next is a blur
I’m crawling through the waves to reach a woman
Saint Christopher!
An underwater starscape, an escape, I cannot swim, I cannot swim

In a certain slant of light the feeling will hit me
Like a man against the waves and a violent wind
Waking up in a bloody morning
With the warmth of his forgiveness around me
The shared dream left me shaking
The memory is threatening to capsize every ship upon the sea

Owen Pallett - Island
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Son du jour

Vidéo : Terrenoire – Ça va aller

Vidéo : Terrenoire – Ça va aller

Des yeux. Des regards. La complicité des deux frangins de Terrenoire fait une fois de plus du bien. Et quand en plus, ils lancent, ça va aller, cela ne peut qu’aller.

[EXCLU] Vidéo : Dômo Kômo – Spider or Fly

[EXCLU] Vidéo : Dômo Kômo – Spider or Fly

Dômo Kômo est un duo lyonnais composé de Nick Wheeldon et Vincent Vauchez qui ont tissé leur toile au studio Mikrokosm avec Benoit Bel. Un groupe qui pratique l’entomologie pop à découvrir avec un premier album, Out à l’automne chez Le Pop Club Records.

[EXCLU] Vidéo : Bingo Club – Dance Me

[EXCLU] Vidéo : Bingo Club – Dance Me

Dance Me to the End of Love chantait de sa voix suave Leonard Cohen. Bingo Club chante aussi l’espoir avec Dance Me, parade amoureuse langoureuse.

Vidéo : Apple Jelly – Die, Motherfucker ! Die !!!

Vidéo : Apple Jelly – Die, Motherfucker ! Die !!!

On pensait que la confiture avait moisi pour les lyonnais d’Apple Jelly, on a du pot, ils reviennent avec un titre, Die, Motherfucker ! Die !!! avant (enfin) un album du même nom le 26 juin.

Vidéo : REYN – Le silence éternel

Vidéo : REYN – Le silence éternel

On a découvert Reyn Ouwehand avec Stephan Eicher, en ouverture de ses concerts ou avec ses musiciens. Cet hollandais fait voler les touches de son piano avec des instrumentaux d’une infinie douceur mélancolique.

Vidéo : Max Caz – Interstellar Doorway

Vidéo : Max Caz – Interstellar Doorway

On avait déjà la tête dans les étoiles avec son EP, Teenagers From Outer Space, on saute à pieds joints dans l’espace avec Interstellar Doorway de Max Caz.

Vidéo : Idles – Mr. Motivator

Vidéo : Idles – Mr. Motivator

Vous manquez de motivation le matin pour mettre votre masque et rejoindre les premiers de cordées ? Vous regrettez la Gym Tonic de Véronique et Davina ? Mr. Motivator d’Idles sera votre ami Ricoré.

Vidéo : Victor Solf – The Salt Of The Earth

Vidéo : Victor Solf – The Salt Of The Earth

Victor ou un grand enfant au pouvoir. Avec The Salt Of The Earth extrait de son EP Aftermath, sa voix envahit l’espace sonore comme les couleurs inondent l’image pour nous submerger d’émotion.

[EXCLU] Vidéo : Viktor And The Haters – Une vie de loup

[EXCLU] Vidéo : Viktor And The Haters – Une vie de loup

Envie de rollercoaster ? De fête foraine où vogue le vague à l’âme ? De néons qui dégueulent et de mots qui claquent comme un poing dans un Punching Ball de kermesse ? Et forcément héroïque avec Viktor And The Haters et Une vie de loup, extrait du prémonitoire Black Out (I) sorti en décembre.

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Vidéo : Jehnny Beth – Heroine

Jehnny Beth et l’amour à fleur de peau. Heroine est extrait de son premier album solo, To love is to live disponible le 12 juin.

Vidéo : Elvis Perkins – Anonymous

Vidéo : Elvis Perkins – Anonymous

Le retour du roi. Le retour d’un seigneur. Et point besoin d’anneaux et de grandiloquence. Mais la magie est là. Elvis Perkins n’est pas un inconnu. Au contraire. Ce titre est inespéré et hors du temps. On retrouve une voix, sa voix, notre voix. Notre voie.

Vidéo : Gallon Drunk – Bedlam

Vidéo : Gallon Drunk – Bedlam

Avril 1993. Sortie de From the Heart of Town, deuxième album fiévreux de Gallon Drunk. Mai 2020. Exhumation de la vidéo originale depuis longtemps égarée de Bedlam, chahut musical écrit par James Johnston.

Vidéo : Pomme – les oiseaux

Vidéo : Pomme – les oiseaux

« Si les rues sont si grandes, c’est pour respirer » et c’est l’auditeur qui a « un oiseau dans le ventre » avec une Pomme nature qui nous cueille en plein vol.

[EXCLU] Vidéo : Kramies – Ohio

[EXCLU] Vidéo : Kramies – Ohio

On suit l’ami Kramies que cela soit pour son EP féerique, Of All The Places Been & Everything The End ou ses aventures en trio avec Jason Lytle (Grandaddy) et Kyle Field (Little Wings). On le retrouve pour un titre en exclusivité pour SK*.

Vidéo : Tkay Maidza – Shook

Vidéo : Tkay Maidza – Shook

C’est le choc Shook avec Tkay Maidza, Mad Max Australo-Zimbabwéenne qui risque de mettre à la casse la concurrence dans le trémoussage de booty.

Vidéo : Buscabulla – Nydia

Vidéo : Buscabulla – Nydia

Après Vámono et son clip coloré, le chaloupé NTE (No Te Equivoques), Buscabulla nous fait rencontrer Nydia.