baden baden à l’Espace Jemmapes
Le Coach, un centre formation qui aide les groupes à se perfectionner, met en avant des groupes prometteurs. Les baden baden, bénéficiaires de ce programme, jouaient en première partie de Sarah Olivier. Pour ma part, je les avais vus à deux reprises, à chaque fois en acoustique ; c’était donc l’occasion de voir ce qu’ils donnaient en fully plugged.

baden baden

Leur entrée se fait sur une boucle du film La Famille Tenenbaum de Wes Anderson. Les baden baden s’installent et ouvrent le set avec ‘Surprise’ qui commence doucement en folk electro pour exploser soudainement en son plus rock : on se cale, le concert promet.

Mais les suivantes sont maladroites, on ne les sent pas à l’aise, malgré Guillaume, le bassiste qui essaie de dérider tout le monde. Déjà premier problème technique, Unter den Linden est perdu car son clavier ne marche plus. Pourtant, une fois cette question résolue, ils accumulent les petites erreurs. Au résultat, ils perdent leur rythme et les pauses se transforment en temps morts.

Ils retombent heureusement sur leurs pattes grâce à ‘Anyone’ ; sur leur single, on sent qu’ils sont bien rôdés, et bientôt la musique emplit la salle. Gab a tôt fait de réveiller tout le monde avec ses breaks, visant ses pêches avec la précision d’un pilote de chasse. Ils enchaînent avec ‘Last Song’ mais voilà que la corde de guitare de Julien lâche, et ils n’en sont pas encore au stade d’un roady qui court sur scène pour te changer ta guitare.

Mais ça n’empêche pas à la mélodie s’élever, comme un chant du cygne. Toujours sur leur élan du single, on sent l’atmosphère se réchauffer. Puis, sur la suivante, sans trop savoir pourquoi, car je connais mal cette chanson, j’ai l’impression que la musique me parle : je sens enfin la magie opérer ; on sent que Guillaume met plus de chœur dans son chant et ‘Lucky Skin’ monte en puissance.

Ils finissent sur ‘Ray Ray’, qui est plus énergique, et Gab se lâche vraiment sur sa batterie. Le public a aimé ce final et en redemande. Fait rare pour une première partie, ils vont effectivement revenir. Pour moi, ce concert c’est des petites images : la jambe de Guillaume qui se lève quand il s’agite, Julien qui pince les lèvres comme un élève appliqué, le coquetier à œuf posé sur le synthé d’Unter den Linden, ou Eric qui tape le rythme des deux pieds.

J’espère seulement qu’à leur prochain concert (le 23 février au Scopitone) Unter den Linden n’oubliera pas son vibraslap pour leur reprise d’Emily Loizeau.

Le clip (tout neuf) d’Anyone:

Setlist: Surprise / Tout est bien / The Book / Anyone / Last Song / Lucky Skin / Ray Ray
Rappel: L’autre bout du monde [Emily Loizeau]

Partagez !