Catégories
Chroniques d'albums

H-Burns : allumez le feu !

Peu de disques prennent au corps et au coeur.
We go way back est un titre trompeur car le valentinois H-Burns va de l’avant et se bonifie avec le temps comme un bon St Joseph qu’il apprécie sans doute sans modération.

Ce troisième opus du hobbit dromois est un disque rugueux, plein d’aspérités, d’âpreté, qui prend à rebrousse poils les barbes hirsutes de l’Americana des origines pendant que la France sombre mollement depuis deux ans dans la folk attitude de salon.

S’éloignant des clochards célestes, H-Burns a clairement changé sa hache de bucheron d’épaule. Le hobo du Dauphiné, à force de tailler la route chère à Steinbeck, Kerouac ou Guthrie a accumulé suffisamment d’histoires pour prendre les chemins de traverse.

Discographie :

Bien sûr, Renaud Brustlein ne désire pas s’affranchir de la trilogie des figures tutélaires Cash, Cohen, Dylan, enfouie au plus profond de son âme, mais comme le Zim en son temps au Newport festival de 1965, il opère un virage électrique entre le Neil young de Heart of Gold, le Springsteen de The River, tout en se rapprochant du meilleur de la scène indé des années 90, de Palace à Pavement en passant par Smog.

Les onze titres enregistrés dans les frimas de l’hiver grenoblois, toujours personnels et intimes, s’enchainent, lumineux comme la réverbération sur le glacier de la Meije.

Finie la terre asséchée et la poussière ocre de l’Americana, on se souvient pourtant de ce moment épique et fraternel au premier festival Goud’Accoustic de Goudargues en 2008, submergé par des trombes d’eau. Désormais, H-Burns ne brûle plus pour le cow boy Marlboro, il a digéré son rêve américain et se tourne résolument vers des sonorités plus rock avec une batterie qui s’affirme avec Stephane Milosevitch, Thousand en solo ou avec son partenaire Bramier, des guitares qui s’énervent avec l’électrique et slide Antoine Pinet, le piano aérien et élégant du Droopy de Syd Matters, Jonathan Morali, le tout étoffé avec du Banjo, de la scie musicale et du lap-steel.

Mais c’est d’avantage la voix chaude, rocailleuse, amicale, qui vous enveloppe et vous séduit dès la première écoute de We go way back. H-Burns maitrise désormais le feu qui le dévore pour écrire des titres rythmés et efficaces comme Fires in empty buildings (une référence à Gravenhurst ?), des ballades déchirantes comme Half a man, half a freak où la voix éraillée, débraillée est lacérée par une guitare électrique lancinante. Suivent l’existentiel Are you scared of the dawn, le brut So long Dying cities qu’enchaine avec beaucoup de calme, de charme et d’élégance le hanté et habité I can haunt you. Quand sur Lonely nighs on Queen St, Renaud mêle sa voix sépulcrale à celle limpide de Tony Dekker de Great Lake Swimmers, une douce sensation d’apaisement, de quiétude vous étreint : la lumière de Toronto rencontre le spleen de la Drôme. Après Images are getting hard to see, une petite vignette très âpre, la fin du disque semble plus sereine, voir radieuse avec ce très springsteenien Melting point et enfin le constat apaisant et apaisé I can’t kill the world.
Un artiste à suivre d’urgence donc et dès la semaine prochaine en concert au Mo’Fo festival avec Phoebe Killdeer le samedi 30 janvier, puis le 18 février à Bordeaux avec Zak Laughed, le 20 février à Payzac avec Coming Soon, le 20 mars à Annecy avec Fink.

Tracklist :
01 We go way back
02 Fires in empty building
03 A part of the film
04 Half a man – half a freak
05 Are you scared of the dawn
06 So long dying cities
07 I can haunt you
08 Lonely nights on Queen St feat. Tony Dekker
09 Images are getting hard to see
10 Melting point
11 I can’t kill the world

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

H-Burns

Thanks for the show

Merci Arte pour ce concert capté le 7 juillet 2021 au festival Days Off. L’art de la reprise est difficile, celui de l’hommage encore plus. Renaud Brustlein bien entouré revisite Léonard Cohen avec amour et déférence en chantant les « Master Songs » du maître canadien.
H-Burns

M. H-Burns

« Les mecs seuls sur scène sont les plus forts. » La preuve en a été faite avec Jason Molina à l’époque de Songs: Ohia. Et cette maxime est toujours vraie aujourd’hui grâce à Bill Callahan et Renaud Brustlein aka H-Burns. Auteur d’un des disques de l’année (Midlife), H-Burns est venu jouer ses belles chansons, accompagné de…
H-Burns feat. Kate Stables - Sister

This is the hit : H-Burns & Kate Stables

Il y a des duos de pure convenance pour faire joli sur les disques d’artistes en mal d’inspiration. E il y a des duos de pure connivence où deux artistes vous saisissent d’émotion. C’est évidemment le cas pour ce Sister d’H-Burns et Kate Stables.

Power to H-Burns !

Du 3 au 13 juillet 2019 se tiendra la dixième édition du festival Days Off avec une belle programmation. On pourra aller voir Kraftwerk 3D, Thom Yorke, Charlotte Gainsbourg, Cat Power, Jónsi (Sigur Rós) et bien d’autres. Et on ne cache pas notre impatience pour le concert Cat Power le 4 juillet 2019. La première…
h-burns_midlife

H-Burns out !

« La tigresse qui voit enlever sa portée, Est moins à redouter qu’une femme irritée » écrivit Tristan L’Hermite dans sa pièce Mariamne. Et quand en plus cette tigresse est au volant, c’est la mort au tournant assurée.

Plus dans Chroniques d'albums

Vikken

Vikken – Joie

Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout…
Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.
Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.
The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.