Gil Scott-Heron, I’m New Here

Gil Scott-Heron a fortement influencé l’univers du rap avec ses morceaux façons spoken word, teintés de revendications sociales en décrivant la misère des ghettos, la violence et la drogue et en critiquant largement la politique du gouvernement américain. Il revient 12 ans après son dernier album (on ne compte pas les divers Best-of et compilations sortis dans le laps de temps) avec I’m new Here (Tu parles).


Ça valait le coup d’attendre plus de dix ans pour cet album qui mêle morceaux aux instrumentations acoustiques et électro. Me and the Devil frôle la perfection, I’m New Here lorgne du coté de la folk, lorsqu’il chante sur I’ll take care of you, c’est pour offrir un morceau soul dans les règles de l’art, New York is Killing me, très épurée rappelle ce que devait être les work songs. L’album entrecoupé de quatre interludes s’ouvre et se clôt avec On Coming From a Broken Home (part 1&2) qui sent bon le bitume humide.

Gil Scott – Heron – Me and The Devil

Les morceaux électro sont probablement les plus réussis, mais rien n’est à jeter dans cet album. Et même en février je peux dire qu’il risque d’être un des meilleurs de cette année.

Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
2 réponses sur « Gil Scott-Heron, I’m New Here »

Merci pour la découverte, je ne connaissais pas du tout…. J’ai ajouté le player (de guardian.co.uk) avec l’album en écoute intégrale….

Les commentaires sont fermés.

Plus dans Chroniques d'albums

Apparitionduvisagedebelalugosisurunetranchedesalami

Comelade : ô lâches, soyez fous !

Et si le disque de 2022 était un disque instrumental et barré dont Pascal Comelade a le secret, ironiquement intitulé Le non-sens du rythme ?
Stephaneicher-odeartworkbysylviefleuryphotobyannikwetter

Stephan Eicher – Ode

Il n’y a pas d’ami comme Stephan Eicher. A chaque disque il nous offre une balade dans son dédale sentimental, ses étranges paysages, ses constructions impossibles.
Bastien Devilles - Remonter le courant

Bastien Devilles – Remonter le courant

On connaissait Daredevil, voilà Bastien Devilles que l’on peut écouter les yeux fermés d’autant plus que les mots sont de Brigitte Giraud, futur prix Goncourt avec Vivre vite.