Compte rendu concert : Mumford & Sons, Mugison et Tune-Yards @ la Maroquinerie (festival Super Mon Amour !) - 21.02.2010
Pour sa troisième édition, le festival Super Mon Amour ! a sorti l’artillerie lourde et délicate, et on peut dire qu’on a été gâtés!

Tune Yards

Pour les chanceux qui ne la connaitraient pas encore (chanceux d’avoir encore le plaisir ingénu de la découverte), Tune Yards cache Merrill Garbus, une canadienne qui ressemble à Tori Spelling mais en drôle et authentique.
C’est une véritable folle comme l’on en voit que trop rarement. Déjà soupçonnée de génie créatif brouillon (ça a du bon le brouillon) sur son excellent album, elle se révèle excellente sur scène.
Simplement accompagnée d’un bassiste, elle s’amuse, crée, sample, gratte furieusement son ukulélé et joue de sa voix qui ne ressemble à rien d’autre: une palette d’octaves impressionnante, des décrochés vertigineux et une technique proche d’un chaman indien.
La classer se révèle impossible et c’est tant mieux: il ne sert à rien d’essayer de l’appréhender, il suffit de se laisser porter, d’abandonner ses cadres à l’entrée, et de la suivre, le sourire aux lèvres, vers des sommets venteux.

Mugison

Jusqu’ici on avait eu l’Islande mystique et délicieusement pesante (Sigur Ros), l’Islande délurée et audacieuse (Björk), ou l’Islande chamallow (Mùm)…avec Mugison, bienvenue dans l’Islande blues.
Un physique de bûcheron (en fait fils de pêcheur), un sourire ravageur et la blague à tout-va, Mugison est seul avec sa guitare acoustique qu’il fera gémir comme une électrique. Doté d’un organe surpuissant (sa voix hein!), qui ferait pâlir John Davis et Bono, il enchaîne les chansons inspirées la plupart du temps de frustrations sexuelles, des compositions ciselées à la hache, avec toujours un mot d’introduction histoire de situer le contexte. Sa voix prend aux tripes dès les premières secondes, et s’embarquer dans ses histoires se fait sans même s’en rendre compte…Sa rugosité se fait touchante, comme un ours qui ne saurait pas comment s’y prendre pour décortiquer une crevette.
Le bonhomme est bien alcoolisé, tellement qu’il tombera de sa chaise, mais continuera à jouer une fois par terre! ils sont sympa ces islandais…

Mumford & Sons

Pour leur tout premier concert en France, les londoniens de Mumford & Sons ont bénéficié d’un public complètement acquis à leur cause (à dominante anglo-saxonne d’ailleurs)…et ils le valent bien!
Si effectivement au look et à l’accent aucun doute n’est possible, pas de mensonge sur la marchandise, les quatre gars sont bien anglais, au son, par contre, rien à voir avec la verte contrée du pudding.
Issus de la même promo folk que Noah & the Whale (camarades de classe d’ailleurs), la comparaison s’arrête là: chez Mumford & Sons, c’est l’Amérique qui chante. Les pieds dans la Manche mais le coeur dans les champs du Midwest, ces quatre fermiers ont réussi un voyage temporel et dynamique dans un monde qui a priori n’est pas le leur.
Peut-être est-ce le banjo, omniprésent, ou la basse remplacée par une contrebasse, toujours est-il que c’est bien de bayou que l’on rêve en fermant les yeux sur leur musique.
Marcus, le chanteur, précise d’emblée qu’il transpire fortement, histoire que l’on ne méprenne pas ses gouttes pour des larmes. Sa voix est tout bonnement incroyable, surtout venant d’un type au physique de poupon, je n’ai pas pu décrocher mes yeux de sa gorge pour tenter de comprendre d’où un tel son pouvait sortir. Winston, au banjo, est un véritable poète de la corde et c’est lui qui impulse ce caractère si particulier qui pousse la salle à décoller à chaque chanson.
Au final, une véritable fête de village du Kansas, emmenée par des gars qui savent divinement bien mener la danse, une parfaite clôture pour une soirée parfaite.

Date : 21 février 2010
Partager cet article
2 réponses sur « Mumford & Sons, Mugison et Tune-Yards @ la Maroquinerie »

Tune-Yards, c’est génialissime, les autres artistes de la soirée ne sont que pets de mouche à côté…

Dès les premières notes de Murr murr, la description du bucheron aidant, j’ai pensé de suite à Bjorn Berge. Après avoir écouté les titres présents sur leur page myspace, l’analogie s’arrêtera là. Il faut reconnaître à Bjorn Berge sa dextérité impressionnante cela dit.
I’m alright est une chanson très belle. Par contre je préfère la version de cette vidéo de Murr murr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon…
Mumford & Sons - Babel

clip : Mumford & Sons – I Will Wait

Mumford & Sons – Babel Babel, le deuxième album de Mumford & Sons sort le 24 septembre ainsi qu’un live, Deluxe Companion où ne figure pas ce I Will Wait fiévreux.
Mumford & Sons

Mumford & Sons – I Will Wait (Live On Letterman)

Mumford & Sons Premier extrait de du prochain album de Mumford & Sons, Babel à paraître le 24 septembre. I Will Wait est une cavalcade entraînante de 4’52, comme si les Avett Brothers avaient pris du speed.
Tune Yards - My Country

clip : tUnE-yArDs – My Country

Tune Yards – My Country Des pt’its n’enfants peinturlurés enfermés dans un container singent les musiciens de Tune Yards dans leur dernier clip, My Country. Et si nous rêvions d’un pays qui n’utilise pas en permanence des mômes dans des vidéos pour attirer le chaland ?

Montreux Jazz Festival : la 44ème programmation

Créé en 1967 par Claude Nobs, le Montreux Jazz Festival est devenu au fil des ans un point de ralliement incontournable pour les amateurs de musique, de Suisse comme de l’étranger. Sur ses différentes scènes, tous les plus grands ont défilé, de Miles Davis à Ray Charles, en passant par David Bowie ou Prince. La…

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…