baden baden et Garciaphone au Scopitone

baden baden La programmation du Scopitone prend forme, et j’aime le fait que la place soit faite à des groupes en développements. Les amis et les fans se sont retrouvés pour grossir les rangs, opération réussie : la salle est remplie pour un public étonnamment à majorité féminine. En première partie, Garciaphone – dont le style colle bien avec celui des baden baden.

Garciaphone

Nos camarades plus proches de la région clermontoise nous en parlaient, j’avais envie de me faire ma propre idée. Les comparaisons allaient bon train, notamment Eels, que j’admire. Les premières chansons sont très douces, de cette manière Garciaphone force les gens à baisser le ton pour l’écouter. Si les conversations reprennent au bout de quelques chansons, moi j’accroche tout doucement. Je reconnais au passage ‘Blankets‘, écoutée sur son MySpace.

Est-ce parce qu’il ne décroche pas un mot au public ou à cause du songwriting qu’il me fera penser à Interpol ? Un soucis de larsen et de réception de portable va nous gâcher un peu la prestation… J’ai cru à un moment que ça faisait partie de ses compos, mais la coïncidence de rythme n’était qu’accidentelle. Sa reprise de ‘Chelsea Girls‘ écrite par Lou Reed pour Nico ne m’a pas convaincue… Il essaiera quelque peu de rythmer ses chansons en tapant sur ses cordes, mais il faut admettre qu’il est très difficile de motiver une salle armé d’une guitare acoustique seule.

Discographies

baden baden

Je discutais avec Merseyside, quand j’entends au loin la réplique d’Eli dans la Famille Tenenbaum : c’est signe que les baden baden commencent le set avec ‘Surprise’ – que je trouve parfaite pour planter le décor. ‘Ray Ray’ suit, plus rythmée, pour mettre tout le monde dans l’ambiance. C’est sur ‘The Book’, que j’ai écoutée dans tous les sens, que mes doutes sont confirmés : les balances ne sont pas vraiment à leur avantage.


Le Scopitone est blindé, je ne vois rien, je me hisse sur un rebord de canapé pour les entr’apercevoir : si le son n’est pas terrible, au moins pourrais-je profiter un peu. Ils nous proposent une toute nouvelle chanson : ‘TV‘. Elle sonne plus positive que de coutume, j’ai même presque l’impression qu’ils tapent dans les tonalités majeures !! Par contre, peut-être ne sont-ils pas encore au point: on dirait que les musiciens ne suivent pas la même partition ?

Si ‘Tout est bien’ m’avait prise au dépourvu la première fois que je l’ai entendue, je l’ai petit à petit intégrée, malgré le fait qu’elle soit en français. Puis Eric annonce ‘Anyone’ : certains reconnaissent le single à l’annonce du titre, d’autre à l’intro. Sur celle-ci, je remarque que l’on n’entend pas assez la voix de Guillaume. Gab, quant à lui, se tape un délire sur les toms, histoire de se rappeler au bon souvenir du public, caché qu’il est derrière sa batterie.

Un autre ajout à la setlist: ‘Chanmé’, que j’ai découverte lors du concert solo de n’é. Je ne suis pas fan de musique française, mais ses vers brisés me subjuguent. On approche de la fin du concert et on entend toujours pas Julien à la guitare, résultat, son solo sur ‘Last Song’ passe comme inaperçu.

Enfin, ils l’avaient promis, ils jouent ‘Could you Coul you’, qui avait injustement été rayée de la setlist : je l’ai choisie comme sonnerie de portable après tout ! Vous allez rire mais la phrase “the world is an empty stone” m’aura vraiment donné à réfléchir. Ils joueront ‘Lucky Skin’ pour un rappel cela dit mitigé : il est dommage qu’ils n’arrivent pas à communiquer avec leur public.

Si je suis aussi critique avec les baden baden c’est parce que je suis une fan absolue de leur musique et de la magie qu’ils créent quand ils jouent tous ensemble.

Setlist: Surprise / Ray Ray / The Book / TV / Tout est Bien / Anyone / Chanmé / Last Song / Could You Could You / Lucky Skin

4 réponses sur « baden baden et Garciaphone au Scopitone »

Moi je trouve que le son était plutôt bien équilibré par rapport à certaines plus grandes salles parisiennes.

Peut être tout simplement parce que j’étais tout devant juste en dessous des enceintes en façade et de leurs retours. Ça reste plutôt homogène avec leurs prestations de la Maroquinerie, de l’International, et de La Loge. Les basses (basse et kick) peut être légèrement trop fortes, cette fois ci au Scopitone. Sympa les filtres sur les micros voix (sauf les reverbes, ça a fait larsen sur The Book).

Par contre le jour où ils joueront au Nouveau Casino, ça va chier. (guitares et batterie sur-présentes, trop fort le son)

bah oui!! le larsen sur The Book, on a pas idée!! c’est ma préférée quand même! Sacrilège!
Néanmoins, je suis généralement d’avis que les guitares on les entends toujours trop… mais là, c’était dommage!
j’étais d’abord à côté de la sono, puis j’ai bougé vers le canapé côté bar au fond: même impression à chaque fois!

Le concert était super ! :-)
C’est clair que c’est dommage pour le larsen, je suis complément d’accord.

Mais sinon, ils ont fait beaucoup de progrès sur scène (mais il fallait réussir à les voir…). Ils se « parlent » beaucoup plus quand ils jouent, il y a moins de blanc entre les morceaux, etc.
Mais pour se rendre compte de ces changements, il faut les suivre depuis un bon bout de temps….(d’après ce que j’ai compris, c’est assez récent pour toi).

Et sinon Pascal : ils ont déjà joué au Nouveau Casino (1e août 2009). =)
http://www.nouveaucasino.net/index.php/2009/08/01/1050-baden-baden

Ah bah, je les suis depuis novembre 2009, c’était la 4e fois que je les voyais… c’est pour ça aussi que je trouve que la magie était pas au rendez-vous, comme les autres fois où je les avais vus!
mais c’est peut-être la nostalgie de la toute première fois, celle où on découvre complètement et qu’on tombe sous le charme?

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Baden Baden

Baden Baden rentre d’exil

Ils avaient écrit Mille Eclairs, un des disques de l’année 2015. Les revoilà avec La Nuit Devant, un troisième album qui nous emmène vers des nuits électroniques.

Garciaphone impressionne

Après nous avoir impressionné avec l’un des plus beaux disques de 2017 (que l’on écoute toujours en 2018), voilà que Garciaphone publie un joli clip avant de jouer quelques concerts.
Garciaphone - Dreameater

Garciaphone – Dreameater

Bon, autant le révéler sans ambages, le nouveau disque de Garciaphone, la pépite la plus précieuse du Klondike auvergnat est sublime.

Plus dans Concerts (live reports)

Bandabardò & Cisco a Ripatransone

Festa a Ripa !

Bardot chantait nue au soleil, Bandabardò invite Cisco sur son dernier album, Non fa paura à rester nu et manifester. Date : vendredi 12 août
Florent Marchet

Le monde de Florent Marchet

Florent Marchet pour soi, quasi. C’était aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu dans un nouveau format intime où l’on a pu voyager en solitaire, de Courchevel à Levallois, de Paris à Nice en passant par Montréal.
Star Feminine Band à l'Opéra Underground

Star Feminine Band au firmament

Dans le cadre de leur carte blanche à l’Opéra Underground à Lyon, La Féline et Bertrand Belin invitaient le Star Feminine Band pour leur deuxième concert en France avant leur passage à Bobigny (Canal 93) le 30 novembre et au Transmusicales de Rennes les 3 et 4 décembre prochains.
Waed Bouhassoun et Moslem Rahal @ Opéra National de Lyon, 14-11-2021

Quelle nuit à l’Opéra (de Lyon) !

De la couleur avant toute chose. C’est amusant pour une carte blanche. Bertrand Belin et La Féline ont invité The Colorist Orchestra avec Howe Gelb puis la joueuse de oud syrienne Waed Bouhassoun, en duo avec le virtuose du ney Moslem Rahal.