Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon bureau en alpaga massif, accumulant les cent pas dans les locaux d’à peine 700 mètres carré de la rédaction, m’épuisant de massages thaï en massage thaï à fournir la crème de la musique aux masses oppressantes de nos fans en délire. Bon sang, la vie était loin d’être simple.

Troublant la quiétude relaxante de nos grands bureaux vides (les photographes étant parti à Bora-Bora en congés, vers le 2 février dernier), un aboiement bref et sonore retentit subitement quelque part dans mon oreille droite. C’était Philippe Manoeuvre qui glapissait, enchaîné à l’un des pieds de mon bureau : le signal habituel : j’avais reçu un nouveau mail.
« Couché, Fifi », maugréai-je en déplaçant mes quelques tumeurs au foie vers l’ordinateur mural, pour l’instant occupé à rediffuser l’intégrale de Patrick Sébastien Live at Main Square Festival.
Tout en haut de la liste, supplantant les bons vieux emails de groupies m’informant de prétendues progénitures à travers le monde, clignotait avec insolence le nom de mon bien aimé patron, Alain, Dieu parmi les hommes, dont le salaire auto-proclamé dépassait maintenant le PIB du Luxembourg et du Quatar réunis.
Je levai un regard vitreux par delà la baie-vitrée en or massif d’où mon rédacteur en chef se prélassait avec quelques patrons du Cac 40 dans un jaccuzzi rempli de champagne. Il agita vers moi son Iphone 12, m’indiquant de checker son message, et replongea fêter l’annulation de la taxation à 75% en taquinant les pieds d’une quinquagénaire qui me rappelait étrangement Condoleezza Rice.

« Hello, tête d’oeuf (disait le mail), si tu ne nous écris pas l’introduction du Top 2012 de Soul Kitchen, je te supprime ta prime mensuelle, tes orgies rillettes-ukrainiennes, et ton abonnement mensuel à Télétoon +. Condoleezza te fait des bisous ».

Il faut dire que cette année, lorsque nous n’étions pas trop occupés à nous faire masser les orteils, on vous a pondu de sacrément belles photos, sessions acoustiques et autres chroniques et live-reports. Et vous avez été nombreux, encore une fois, à nous suivre, et ça, ça fait chaud au coeur, et ça ferait même plus plaisir que tout l’or fondu avec lequel j’ai fait réaliser une statue de moi grandeur nature dernièrement. Et pour vous, collant à la bonne vieille tradition du top de fin d’année, nous vous offrant une petite rétrospective de nos meilleures photographies, meilleures albums, meilleures sessions, enfin bon dieu de bonsoir : la crème de la crème de la crème de Soul Kitchen : Chacun ses manies, chacun ses goûts et ses coups de coeur, si vous avez l’amabilité de cliquer sur nos petits liens en rouge, vous passerez avec allégresse de la pop têtue et chaotique de Breton à la soul ensoleillée de Mr Day, vous aurez le coeur gros en hiver aux côtés de Monogrenade et tomberez avec stupeur dans les ravins psychédéliques de John Frusciante. Pour en sortir, il ne vous faudra surement rien de moins que la bande à part du baroque Ian Skully, et un petit coup de main des Mumfords & Sons, toujours au top et ça tombe bien, ils y figurent pour notre année. A vrai dire, ils y figurent tous, et on ne vous a même pas encore parlé de Jack White, Django Django, Alt-J, Spector, Stephan Eicher, Patrick Watson, The xx, Baden Baden… Ha bon sang je sais pas pour vous mais moi rien que d’en parler ça m’émoustille. Et tout ça tendrement balancé à vos oreilles grâce aux nombreuses talentueuses plumes de mes potes chroniqueurs, moi je sais pas pour vous mais ce serait moi j’me sentirai gâté. Let’s roll.

Guimauve

  • Pour la voix : Keaton Henson – Dear
  • Pour les arrangements : Matthew E. White – Big Inner
  • Pour l’humilité : Stephan Eicher – L’envolée
  • Pour la sensibilité : Patrick Watson – Adventures In Your Own Backyard › Chronique
  • Pour l’émotion : Lambchop – Mr. M
  • Pour l’humus : Bowerbirds – The Clearing
  • Pour le groove : Mr Day – Dry Up In The Sun
  • Pour le come back : Bill Fay – Life Is People
  • Pour le voyage : Lord Huron – Lonesome Dreams
  • Pour l’énergie : Titus Andronicus – Local Business

Louis

  1. Dinosaur Jr. – I Bet on Sky › Chronique
  2. Ian Skelly – Cut From A Star › Chronique
  3. Bill Fay – Life is People › Chronique
  4. Hal – The Time The Hour › Chronique
  5. Alabama Shakes – Boys & Girls
  6. Spiritualized – Sweet Heart, Sweet Light
  7. Melody’s Echo Chamber – Melody’s Echo Chamber
  8. Motorama – Calendars
  9. Jake Bugg – Jake Bugg › Chronique
  10. Spector – Enjoy It While It Lasts › Chronique

Ian Skelly – Cut From A Star

Fred

  • 122 BPM – The Birth of House Music. Pour danser jusqu’au bout de la nuit

  • Robert Hood – Motor Nighttime World Vol.3. Parce que j’aime bien les cyclones
  • Drexciya ‎– Journey Of The Deep Sea Dweller I, II & III. Pour se prendre pour un avion et un hélicoptère en même temps
  • Daughn Gibson – All Hell. Pour se promener seul par une nuit sans lune dans la forêt
  • Richard Sen – This Ain’t Chicago : The Underground Sound Of Uk House & Acid 1987-1991. Pour prendre un acide
     

  • DJ Pierre – 75 min Boiler Room Los Angeles DJ Set. Pour le remix tout en douceur et rondeur acide de « We Are Phuture » de Phuture

    DJ Pierre – Boiler Room

  • Tevo Howard – Catching Up. Pour rêver et danser
  • The Field performs « Over the Ice » at Pitchfork Music Festival 2012. Pour se moquer du public majoritairement blanc et propre sur lui du Pitchfork Festival
  • Dabke – Sounds of the Syrian Houran. Pour se marier en 2013
    https://soundcloud.com/experimedia/various-dabke-sounds-of-the
  • I:Cube – M Megamix. Pour l’érudition et l’humour

Pieretti

  1. Monogrenade – Tantale › Chronique. Parce qu’avec ce premier (!) album, nos amis Québecois ont redéfinis les codes du genre, balayés tous les tops et se sont imposés en maître et en chef d’œuvre
  2. Keaton Henson – Dear. Parce que la voix tremblante, parce que l’énergie languissante et désespérée
  3. Beach House – Bloom. Parce que ce sont les descendants electro-folk de Mazzy Star et que leur musique est envoûtante
  4. Patrick Watson – Adventures In Your Own Backyard › Chronique. Parce que ce bonhomme est un chef d’orchestre, magicien de la Folk symphonique
  5. Birdpen – Global Lows › Chronique. Parce qu’avec leur deuxième album, ils ne font que confirmer une première et angoissante excellente impression
  6. Calexico – Algiers › Chronique. Parce que ça manquait un peu de Calex’, ce top, et pour le titre Epic
  7. Bobby Womack – The Bravest Man In the Universe. Parce que c’est un pilier du genre, un très grand monsieur de la Soul, et qu’il est épaulé par le dantesque Damon Albarn
  8. Baden Baden – Coline. Parce qu’il faut savoir saluer les efforts de ceux qui tirent brillamment leur épingle du jeu en chantant de la folk en français
  9. Mermonte – Mermonte. Parce que ils sont très jeunes, très prometteurs, et très, très bons
  10. Alt-J – An Awesome Wave. Parce que c’était un peu THE découverte de 2012, et qu’ils sonnent bien mieux que l’auteur dont ils tirent le nom de leur premier album

Monogrenade – La Marge

Drou

  1. John Frusciante – Letur-Lefr
  2. John Frusciante – PBX Funicular Intaglio Zone
  3. Omar Rodriguez-Lopez – Saber, Querer, Osar y Callar
  4. The Mars Volta – Noctouniquet
  5. Microfilm – AF-127
  6. The xx – Coexist
  7. Daphni – Jiaolong
  8. Shlohmo – Vacation EP
  9. Dot Hacker – Inhibition
  10. 2:54 – 2:54

John Frusciante – In Your Eyes

Rémy Grandroques

  1. Breton – Other People’S Problems
  2. Liars – Wixiw
  3. Alt-j – An Awesome Wave
  4. Chromatics – Kill For Love
  5. Lower Dens – Nootropics
  6. Django Django – Django Django
  7. Eugene McGuinness – The Invitation To The Voyage
  8. Grimes – Visions
  9. The Walkmen – Heaven
  10. Yeti Lane – The Echo Show

Liars – Brats

dpc

  1. Japandroids – Celebration Rock
  2. Jack White – Blunderbuss
  3. Smith & Burrows – Funny Looking Angels
  4. Mumford & Sons – Babel
  5. The Raveonettes – Observator
  6. Two Gallants – The Bloom and the Blight
  7. The Ting Tings – Sounds from Nowheresville
  8. Sleigh Bells – Reign of Terror
  9. METZ – METZ
  10. …And You Will Know Us by the Trail of Dead – Lost Songs

Mumford & Sons – I Will Wait

Et nous y voilà, les adieux tant attendus à notre bonne vieille 2012. Toastant tel un vieux gentleman anglais en fin de carrière ministérielle, j’aimerai lever mon verre et souhaiter une longue vie à la musique (pas toute, quand même, y en a dont on abrégerait aisément les carrières à coups de tromblons), à Soul Kitchen et aux talents qui ont pu être réunis sous cette bannière, et surtout longue vie à vous, lecteurs, auditeurs et visionneurs de toutes les nations : on vous aime, tous, oui toi aussi là, quelle que soit ta couleur, la couleur de ton bulletin de vote, et la teneur de tes parties fines du vendredi soir, (ne mens pas je sais tout et pense un peu à ce que dirait ta mère.)

Et si avec ça tu trouves pas ce qu’il te faut, ben tu reviendras l’année prochaine, hein.

Bonne année mes agneaux.

[Vous ne savez pas lire et vous êtes sourds ? Ne vous inquiétez pas, on a aussi un magnifique top photo et vidéos !]

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Patrick Watson - Drive

Vidéo : Patrick Watson – Drive

Patrick Watson roule sur sa Lost Highway et sa voix volute en suivant la ligne jaune. Et l’on veut se perde avec Patrick, glisser majestueusement sur cette route dans une nuit sans fin.
Stephan Eicher © Jeremiah

Un peu de votre attention !

On n’a pas d’ami comme lui. Et on ne peut dire non aux amis. Avec Ne Me Dites Pas Non, Stephan Eicher fête allègrement nos retrouvailles avec un titre simple, joyeux, plein d’entrain, un chasse spleen pétillant qui nous fait réécouter ses Homeless songs et lire ces quelques mots.

Captain Skelly

On peut être batteur dans un groupe de rock et savoir écrire des chansons. La preuve avec Ian Skelly, batteur des Coral à la ville et chanteur solo aux champs.
Mike Johnson

Mike Johnson, les hauts d’un bassiste

Membre de Snakepit (dont il faut réécouter urgemment les morceaux de From Vegas To Memphis), bassiste des Dinosaur Jr, proche de Mark Lanegan, Mike Johnson n’a pas chômé au cours des années 90. Il faut donc profiter de notre retraite forcée pour redécouvrir les disques de cette plume fine et sombre de l’Amérique des 90’s.

Plus dans News

Mina Tindle

Amour, toujours.

Pendant que beaucoup s’extasient sur une reprise romantico-viticole, Mina Tindle nous donne un peu d’amour avec un titre écrit par Sufjan Stevens du temps d’Age of adz et qui figurera sur son nouveau disque Sister prévu pour le 9 octobre.

The Lemonheads : Peace & Lovey

Lovey, le premier disque des Lemonheads (mais le quatrième du groupe) fêtera dans quelques semaines ses 30 ans. Fire, qui est leur label depuis quelques années, s’apprête à publier une réédition de ce disque.
Samoun - Chakchouka

C’est Samoun !

A table avec Samoun, duo mystérieux de producteurs parisiens. Leur Chakchouka ne vous fera pas prendre du poids, bien au contraire et vous fera bosser à nouveau vos plus beaux mouvements appris avec Sidney circa 1984 avec H.I.P. H.O.P..

[EXCLU] Tobin Sprout – On Golden Rivers

L’ex-guitariste des mythiques (et toujours bien vivants) Guided By Voices est de retour avec Empty Horses, un nouvel album chez Fire Records. Pour patienter avant la sortie de ce disque, SK* vous propose en exclusivité la chanson On Golden Rivers.
Andy Shauf

On dit oui à Andy (Shauf)

Andy Shauf avec The Neon Skyline a passé avec brio le cap parfois difficile du deuxième album en début d’année. Un disque personnel où les chansons tissent une histoire et nous fait croiser des personnages comme la séduisante Judy.

Les Hits Pop des Chills

Le 6 novembre prochain, Fire Records (Evan Dando, RVG, Brigid Mae Power et tant d’autres) fera la bonne (et belle) action de l’année en rééditant Submarine Bells et Soft Bomb, les deux plus beaux disques des Chills.