Leur premier album All Hour Cymbal était passé plus ou moins inaperçu fin 2007-début 2008, c’est pourquoi j’ai eu du mal à replacer les Yeasayer quand on m’a proposé l’interview. Le mélange psyché-rock-electro-expérimental-gospel de Odd Blood m’a d’abord déstabilisée, mais hypnotisée en même temps. Très vite je me suis retrouvée à l’écouter en boucle, jusqu’à ne se passe pas un jour sans qu’il ne passe par mes enceintes… Un album de chevet en fait.
Chronique CD : Yeasayer - Odd Blood

Yeasayer : Odd Blodd

Les Yeasayer débutent par ‘The Children‘ avec le temps qui s’égrène, lentement mais inexorablement, les enfants étant effectivement le symbole flagrant du temps qui passe. On enchaine avec le single, ‘Ambling Alp‘ qui démarre avec le clapoti de l’eau, vite remplacé par une descente de tom énergisante. Les paroles ont aussi un effet remontant, protecteur mais responsabilisant à la fois. Le tout me donne envie de danser tout en me laissant aller.

Madder Red‘ me fait voyager, surement les harmonies avec les percussions, mais je me sens dériver un fleuve d’Indochine ; cela dit, ils parlent de partir à la chercher d’autres horizons plus procipes. Les paroles sont déchirantes : ‘It’s getting hard to keep pretending i’m worth your time’. On part ensuite sur la nostalgie à proprement parler avec ‘I remember’, un son très électronique et la voix si particulière de Chris à laquelle Anand fait référence lors de l’interview nous porte vers des souvenirs qui ne nous appartiennent pas mais paraissent familiers.

Le paroxysme de l’album est atteint sur les deux chansons suivantes : ‘O.N.E‘ débarque sans que l’on s’y attende et me fait tournoyer : je suis accroc à cette chanson ! Et mon ressenti était juste, Anand m’a confirmé que la chanson parle de drogue : une bataille sans cesse renouvelée, où on hésite entre le désir de se libérer de l’emprise et celui d’y succomber une fois de plus. Cette chanson est donc positive, même si encore fragile. Ma préférée de l’album la talonne : ‘Love Me Girl’ monte lentement et les battements de cœur s’accélèrent. Les cris d’oiseaux tropicaux se rajoutent au décor et brusquement le rideau se déchire, une supplication dans la voix traduisant une angoisse qui oppresse au point de ne plus pouvoir respirer.

Un rythme entraînant dès le début, ‘Rome‘ et ses percus nous emmènent dans une danse qui nous laissera dégoulinants de sueur et éreintés mais un sourire aux lèves. Ma seule déception de l’album sera sur ‘Strange Reunions‘, qui me paraît moins approfondie. ‘Mondegreen‘ se cherche, tente plusieurs rythmes, jusqu’à trouver le bon, qui accélère subrepticement… On est en plein cœur de l’acte : ‘Making love till the morning light’. L’album finit sur ‘Grizelda’, et on repart en voyage, mais plus en rêve, derrière une brume opaque, au milieu de la jungle.

Cet album, tel un manège, me prend, me soulève et me repose doucement tout en me donnant envie d’y retourner. Très introspectif, il arrive à merveille à faire ressortir des sentiments si difficiles à exprimer.
L’album Odd Blood est déjà sorti, je ne saurais vous le recommander plus chaleureusement. Ils seront aussi le 19 mars au Trabendo – concert que je ne veux louper sous aucun prétexte!

Yeasayer – Odd Blood4.5
9/10
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Concert: Yeasayer + Hush Hush @ Trabendo

Les Yeasayer ont sorti leur deuxième album en février dernier. A l’origine programmés au Point Éphémère, ils ont décrochés un Trabendo pour finir leur tournée européenne. J’attendais ce concert depuis novembre; depuis que je les ai rencontrés, j’écoute Odd Blood en boucle. En première partie, Hush Hush. Hush Hush Quand Hush Hush arrive sur scène,…
Yeasayer

Interview des Yeasayer

Yeasayer – Chris, Anand et Ira – © Alain G. Les Yeasayer étaient de passage en France pour nous parler de leur nouvel album Odd Blood à paraître le 9 février 2010. Leur musique représentant une sorte de fusion entre l’electro et la world, je ne savais pas à quoi m’attendre : des hippies ou…

Plus dans Chroniques d'albums

Ian Skelly – Drifters Skyline

Attention. Il va être question d’un super disque que vous ne pourrez écouter que sur votre chaîne hi-fi ou si vous un compte Apple Music.
Alain Johannes - Hum

Alain Johannes – Hum

Producteur et musicien qu’on retrouve aux cotés des Queens of the Stone Age, sur scène avec Them Crooked Vultures, ou en studio avec feu Chris Cornell, PJ Harvey Mark Lanegan, Alain Johannes a un CV qui en couche plus d’un. Et un nouvel album solo, le troisième, qui va accompagner nos journées du lever au…
The Jayhawks -XOXO

The Jayhawks – XOXO

Deux ans après l’impeccable Back Roads And Abandoned Motels, les Jayhawks ne lâchent pas l’affaire et reviennent avec le très bon XOXO.

Protomartyr – Ultimate Success Today

Josey Casey, le chanteur de Protomartyr pense qu’Ultimate Success Today est le meilleur disque du groupe. A l’écoute des onze chansons qui le composent, l’obligation est faite de lui donner raison. Plus forts que les Fontaines D.C., plus violents que les Idles, les Protormartyr sont les vrais méchants du circuit.
DMA'S - The Glow

DMA’S – The Glow

En 2015, les DMA’S sortaient de nulle part et faisaient revivre la brit pop. En 2020, les DMA’S sont installés au sommet du rock (australien) et commettent l’irréparable avec The Glow.
The Mariners - The Tides of Time

The Mariners – The Tides Of Time

Appréciés par les Coral, The Mariners devraient être, si tout va bien, les nouveaux héros des fanatiques des La’s ou de Cast. Cerise sur le pudding, ces quatre gredins vouent un culte certain à John Power, l’homme qui a supporté Lee Mavers pendant des années et qui a enregistré de sacrées chansons avec Cast.
Giant Sand - Ramp

Giant Sand – Ramp

Certains ont pour loisir la pêche, d’autres la pétanque. Le patron de Fire Records préfère laisser les boules aux autres et se concentre sur les rééditions de ses disques préférés. Après avoir ressorti le catalogue de Television Personalities et celui de Bardo Pond et avant de s’attaquer aux beaux disques des Chills et des Lemonheads,…