Catégories
Chroniques d'albums

Paul Weller – Wake up the nation

Le Modfather est de retour dans les bacs. Avec un nouvel album. Il est utile de le préciser puisque le bougre (ou plutôt sa maison de disque) avait l’habitude depuis quelques mois de balancer compilations et lives quelque peu discutables.

Le Weller ne connaît pas la crise. Inconnu dans nos contrées, il remplit les salles Outre Manche et vide les pintes de son public hétéroclite. Après un double album relativement ambitieux mais qui ne passe guère l’épreuve du temps, Weller remballe les Noel Gallagher et Graham Coxon et recrute dans la vieille garde: Bruce Foxton de qui on s’étonne (!!!), Kevin Shields de qui on sait, le requin de studio Clem Cattini de qui on tente de se rappeler.
Après avoir balancer le déconcertant « 7 + 3 Is The Strikers Name », on pouvait redouter le pire. Et c’est tout le contraire qui se passe.

Le début de l’album est foudroyant et hargneux comme un Mod sous amphet’. Get your face off of Facebook and turn off your phone » crache Weller. Morceau à la mélodie rutilante. Au son crasseux. Et le jeu ne s’arrête pas là. La doublette No Tears To Cry et le rutilant ‘Fast Car / Slow Traffic’ (feat Foxton). Cette chose indicible se produit. Cette tension. Cette aristocratie populaire. Le groove furibond. Cette idée d’inachèvement qui s’efface en même temps que le pied tape furieusement le sol.
Visiblement Weller est parti pour pondre album relativement classique mais agrémenté d’idées furieusement géniales et ponctué d’une production agressive. Les quelques notes de mellotron augmente la valeur ajoutée de ‘Find The Torch, Burn The Plans’, les arrangements du schyzophrénique Trees font de Wake up the nation un disque qui fout une raclée aux précédentes livraisons du type depuis, depuis. Les fans vont se battre. Depuis Stanley Road ? Heliocentric ?

Il y a une réelle folie dans ce disque. Fini les conventions et les balivernes. Weller attaque. Qu’est ce qu’il lui arrive au vieux. On a bien quelques doutes. Mais de la à arriver à ce résultat. Trees et ses visages mutiples. Merde.
Alors certes, on a quelques classiques indispensables. Mais il attaque la jeune garde sur Whatever next et nous claque une grenade avec « Two fat ladies ». Avec Barrie Cadogan. Dans les parages du Scream pendant Riot City Blues. On a compris: chef d’œuvre.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Le SuperHomard : qui s’y Crofts s’y pique

Confiné dans son aquarium, Le SuperHomard enregistre des morceaux. Quand il ne fait pas des reprises avec des australiens, il joue avec des anglais. Et c’est Andy Crofts (The Moons, Paul Weller) qui a décidé de jouer avec lui.

Paul Weller par Nicolas Sauvage

Passionnant depuis 1977, Paul Weller est toujours présent et ne compte pas prendre sa retraite comme le reste de la promo de la même année. En attendant le prochain disque de l’ex Jam, on peut lire la biographie que lui consacre Nicolas Sauvage. Ouvrage imposant et passionnant, Life From a Window, Paul Weller et L’Angleterre…
Paul Weller ‎– True Meanings

Paul Weller ‎– True Meanings

C’est bien connu, c’est dans dans les vieux Paul qu’on fait la meilleure confiture. Après un retour en fanfare de McCartney, le Modfather revient rappeler qui est le patron avec True Meanings, un album aussi riche que fin.
Paul Weller

Paul Weller patine

Paul Weller Le Modfather annonce son nouveau disque comme un de ses meilleurs. Il faut dire qu’il n’aura aucun mal à dépasser le dernier en date (Sonik Kicks) qui fait dans le gras et le peu digeste. Mais la barre est haute à franchir car depuis 2005, Weller n’a eu de cesse de sortir de…
Paul Weller – Around The Lake

Paul Weller – Around The Lake

Son abrasif, voix tranchante et urgence hurlante, le Vieux sort un nouvel album en 2012 et claque sur le comptoir un single agressif.

Musilac 2010, la cure musicale continue

Zak Laughed @ Musilac 2010 (© Yannick Perrin) Seconde journée à Musilac sur les bord du lac du Bourget cher à Lamartine. Après la canicule de la veille obligeant la brigade nautique des pompiers à vaporiser de l’eau salvatrice sur le public chauffé à blanc, la journée du samedi fut plus clémente côté météo mais…

Plus dans Chroniques d'albums

The Bats - Foothills

The Bats – Foothills

Les Bats viennent de publier Foothills, leur dixième album. Comme pour les neuf premiers, le verdict sera le même : les Bats sont le meilleur groupe du monde.
J.E. Sunde - Love

J.E. Sunde – Love

Désormais hébergé chez Vietnam (Chevalrex, H-Burns), J.E. Sunde poursuit la quête qu’il a débutée une décennie plus tôt ; à savoir écrire la chanson folk parfaite. Avec ce nouvel album, Love, Sunde démontre qu’il va falloir compter sur lui en 2020. Et pour le reste de votre vie.
The Moons - Pocket Melodies

The Moons – Pocket Melodies

Très actifs au début des années 2010, The Moons s’était assagi en devenant silencieux depuis quelques années. Andy Crofts, l’homme qui se cache derrière ce groupe, avait été accaparé par son travail avec Paul Weller. 2020 nous réserve son lot de surprises tous les jours. The Moons est de retour avec un disque et s’est…
Bachar Mar-Khalifé - On​Off

Bachar Mar-Khalifé – On​/​Off

Vous cherchez un seul disque pour votre reconfinement ? On​/​Off de Bachar Mar-Khalifé pourrait être celui qu’il vous faut pour les longues après-midi sous la couette, un verre d’Aloxe-Corton et un Houellebecq à portée de main.
Juanita Stein - Snapshot

Juanita Stein – Snapshot

Troisième disque solo de Juanita Stein, Snapshot nous renvoie au début des années 2000, une époque où le Royaume-Uni avait le chic pour exporter une kyrielle de bons groupes.
Jeff Tweedy - Love Is The King

Jeff Tweedy – Love is the King

Intimement lié au livre How to Write One Song, Love is the King prouve une fois de plus que Jeff Tweedy fait partie des très grands. Et si certains ont perdu le fil avec la discographie de Wilco, ce nouveau disque solo est un excellent prétexte pour se rabibocher avec son patron.

Laura Veirs – My Echo

Accompagnée de Jim James, Bill Frisell, Karl Blau et de Matt Ward, Laura Weirs sort un onzième impeccable album.