compte rendu concert : Adam Green @ l’Alhambra, Paris - 8.03.2010
Adam Green

Au commencement était The Moldy Peaches, puis, très rapidement, se produisit l’éclosion de deux entités : Adam Green et Kimya Dawson. Il prirent chacun une direction différente pour explorer l’anti-folk et le lo-fi à loisir. Au rendez-vous pour le dernier concert de la tournée européenne d’Adam Green : des amateurs de rock indé et des pré-adolescentes en furie. En première partie, Ish Marquez.

Ish Marquez

Silence, sur scène, une personne tourne le dos au public, un roadie qui accorderait la guitare ? Il se retourne et commence à chanter, c’est bien Ish Marquez. Dès qu’il commence à chanter, il semblerait que le style soit un peu poussif. Il ne maîtrise apparemment pas les techniques respiratoires de chant. Il part en sorte de reggae, s’interrompt pour un a cappella, puis reprend sa guitare… le tout dans une rythmique saccadée. Il essaye beaucoup, trop me direz-vous?

Adam Green

Le groupe s’installe, Adam Green entre sous les cris des jeunes filles hystériques et se met à sauter, courir d’un bout à l’autre de la scène – il n’arrêtera pratiquement pas de la soirée, quelle forme il tient ! Pour illustrer ‘Cigarette Burns Forever‘, il serre une main tendue tenant une cigarette. Après ‘Gemstones‘, toujours les yeux exhorbités, il mime le lapin sur ‘Bunny Ranch‘, comme il mimera les goelands ( ?) sur ‘Tropical Island‘.

La suivante, ‘Drugs‘, qui lui va à ravir, d’ailleurs j’aimerai savoir ce qu’il prend, ça a l’air bien sympa : il essaie quand même à un moment de défoncer le sol ( ?) à coup de pied de micro ; mais sans succès.
Il annonce une chanson sur Jesus, ‘Princes Bed’, et j’ai envie de lui lancer qu’il est aux claviers, mais il est déjà sans arrêt interrompu par des fans en délire qui essaient sans cesse de l’attirer à eux. La chanson ‘Emily’ part en pogo incontrôlé et il se décide à surfer les mains tendues désespérément vers lui. Une fois revenu sur scène, il cherche sa ceinture, un jeune homme en veste militaire jaune moutarde la lui rend, pour la peine, ça lui vaudra une valse et un smack d’Adam. Pas perdu sa soirée, l’garçon !

Les musiciens l’abandonnent pour quelques chansons, et je crains le pire, parce que pour l’instant, il a pas vraiment chanté. Mais c’est sur les morceaux acoustiques qu’il se révèle le plus intéressant autant au niveau du chant que des paroles : le vers « When Your Dick’s Only Five Inches Long » sur ‘Give Them Token’ m’a bien fait rire. Il nous raconte d’ailleurs comment il lave ses valseuses dans l’évier… Puis séquence émotion avec ‘Boss Inside’, chanson sur une femme insensible et bonne à rien – Jessica ? demande la foule.

Les musiciens reviennent et les effets hallucinogènes de ses pilules ont du s’estomper, car il a moins d’originalité question choré : alors qu’on approchait les plus grands boys bands, là on en est réduits à des interprétations égyptiennes. Mais la musique est raccord, les chansons sont de plus en plus courtes, les accélérations se plus en plus abruptes – chapeau aux musiciens ! – et Adam Green tient toujours debout.

Un final très réussi : il enlève son perfecto et slam torse nu sur ‘Morning After Midnight‘ et clot le set avec ‘Jessica‘, avec un passage sur ‘Everything I Do‘ de Bryan Adams ! Il revient en peignoir de rocky pour quelques chansons acoustiques, notamment sur les femmes poilues (vive la journée de la femme !) et encore un peu de défouloir dont il a le secret avec ‘Baby’s Gonna Die Tonight‘. Il reviendra après le concert pour signer quelques autographes.

Setlist : Cigarette Burns Forever / Gemstones / Bunny Ranch / Drugs / Princes Bed / Emily / Carolina / Tropical Island / What Makes Him Act So Bad / Nat King Cole/ Give Them a Token / Bluebirds / Boss Inside / Buddy Bradley / Goblin / Friends of Mine / Stadium Soul / Exp N°1 / Dance With Me / Morning After Midnight / Jessica
Rappel : Lockout / Before My Bedtime / Over the Sunrise / Baby’s Gonna Die Tonight

Date : 8 mars 2010
Photo: mcmortygreen sur Flickr (en Creative Commons)
Partager cet article
13 réponses sur « Stand Up Comedy avec Adam Green @ l’Alhambra »

Ouaip, je viens de voir ça ! Je suis arrivé pendant Ish Marquez, j’ai franchement eu du mal à me mettre dedans… Encore un peu de boulot avant de conquérir le monde hein… Tout à fait d’accord par contre, ça fait stand up pour Adam Green : une chanson, une blague, une chanson, un calin dans le public, une blague !

Ah, musicalement, y’en a aucun… ^^

C’est juste que, voilà, je demande pas à James Mercer de sautiller dans tous les sens tel un jeune cabri fougueux, mais hier soir on a vu un mec qui fait de la scène depuis 10 ans et qui fait toujours ça comme au premier jour… Broken Bells, musicalement, c’était propre, question émotion/communication/sincérité, on repassera…

Très bon résumé :) Je ne l’avais jamais vu en concert perso (d’aileurs le peu de monde était sacrement agréable) , et vraiment il a un « putain » de vrai charisme… Juste chaleureux, partageant vraiment quelque chose (même malgré mes petits problèmes de comprehension de toutes les suptilités ^^)
Simple petit regret de ne avoir été devant pour pouvoir tater sa superbe musculature … hum !
Très bon concert en tout cas !

tu as oublié « no legs », « computer show » et « mozzarela swastika » dans ta setlist
bon article sinon
xx

Que dire à part « énorme ». Il est aussi à l’aise pour faire le pitre que nous jouer en accoustique et toute sincérité ses magnifiques balades. Je ne m’attendais pas à tant de contact physique avec le public (ahah!). J’avais le sourire en me réveillant le lendemain . Merci M. Green! J’espère qu’il ne tardera pas trop à revenir car je compte bien y retourner…

Wouâââ merci pour le clip bonux !!! Ce matin, j’ai un collègue qui a vu passer une nuée d’oiseaux migrateurs, mais moi je dis : entre ici et le Hiboo, ce programme de résidence annonce magnifiquement bien l’arrivée du printemps… !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Adam Green - Aladdin

Adam Green génie ?

Aladdin Sane ? le farfadet Adam Green nous en fait voir de toutes les couleurs avec sa version sous psychotropes du conte d’Aladdin.
best of 2013 SK

Best of photos 2013

Quatre ans et demi après sa création, Soul Kitchen continue son chemin en essayant de vous faire vivre les meilleures découvertes musicales, en photos et en textes. Toute l’équipe vous souhaite une très belle année 2014 avec ce « Best of photos » de nos photographes.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…