Minuit avant la nuit
compte rendu concert : Adam Green @ l’Alhambra, Paris - 8.03.2010

Adam Green

Au commencement était The Moldy Peaches, puis, très rapidement, se produisit l’éclosion de deux entités : Adam Green et Kimya Dawson. Il prirent chacun une direction différente pour explorer l’anti-folk et le lo-fi à loisir. Au rendez-vous pour le dernier concert de la tournée européenne d’Adam Green : des amateurs de rock indé et des pré-adolescentes en furie. En première partie, Ish Marquez.

Ish Marquez

Silence, sur scène, une personne tourne le dos au public, un roadie qui accorderait la guitare ? Il se retourne et commence à chanter, c’est bien Ish Marquez. Dès qu’il commence à chanter, il semblerait que le style soit un peu poussif. Il ne maîtrise apparemment pas les techniques respiratoires de chant. Il part en sorte de reggae, s’interrompt pour un a cappella, puis reprend sa guitare… le tout dans une rythmique saccadée. Il essaye beaucoup, trop me direz-vous?

Adam Green

Le groupe s’installe, Adam Green entre sous les cris des jeunes filles hystériques et se met à sauter, courir d’un bout à l’autre de la scène – il n’arrêtera pratiquement pas de la soirée, quelle forme il tient ! Pour illustrer ‘Cigarette Burns Forever‘, il serre une main tendue tenant une cigarette. Après ‘Gemstones‘, toujours les yeux exhorbités, il mime le lapin sur ‘Bunny Ranch‘, comme il mimera les goelands ( ?) sur ‘Tropical Island‘.

La suivante, ‘Drugs‘, qui lui va à ravir, d’ailleurs j’aimerai savoir ce qu’il prend, ça a l’air bien sympa : il essaie quand même à un moment de défoncer le sol ( ?) à coup de pied de micro ; mais sans succès.
Il annonce une chanson sur Jesus, ‘Princes Bed’, et j’ai envie de lui lancer qu’il est aux claviers, mais il est déjà sans arrêt interrompu par des fans en délire qui essaient sans cesse de l’attirer à eux. La chanson ‘Emily’ part en pogo incontrôlé et il se décide à surfer les mains tendues désespérément vers lui. Une fois revenu sur scène, il cherche sa ceinture, un jeune homme en veste militaire jaune moutarde la lui rend, pour la peine, ça lui vaudra une valse et un smack d’Adam. Pas perdu sa soirée, l’garçon !

Les musiciens l’abandonnent pour quelques chansons, et je crains le pire, parce que pour l’instant, il a pas vraiment chanté. Mais c’est sur les morceaux acoustiques qu’il se révèle le plus intéressant autant au niveau du chant que des paroles : le vers « When Your Dick’s Only Five Inches Long » sur ‘Give Them Token’ m’a bien fait rire. Il nous raconte d’ailleurs comment il lave ses valseuses dans l’évier… Puis séquence émotion avec ‘Boss Inside’, chanson sur une femme insensible et bonne à rien – Jessica ? demande la foule.

Les musiciens reviennent et les effets hallucinogènes de ses pilules ont du s’estomper, car il a moins d’originalité question choré : alors qu’on approchait les plus grands boys bands, là on en est réduits à des interprétations égyptiennes. Mais la musique est raccord, les chansons sont de plus en plus courtes, les accélérations se plus en plus abruptes – chapeau aux musiciens ! – et Adam Green tient toujours debout.

Un final très réussi : il enlève son perfecto et slam torse nu sur ‘Morning After Midnight‘ et clot le set avec ‘Jessica‘, avec un passage sur ‘Everything I Do‘ de Bryan Adams ! Il revient en peignoir de rocky pour quelques chansons acoustiques, notamment sur les femmes poilues (vive la journée de la femme !) et encore un peu de défouloir dont il a le secret avec ‘Baby’s Gonna Die Tonight‘. Il reviendra après le concert pour signer quelques autographes.

Setlist : Cigarette Burns Forever / Gemstones / Bunny Ranch / Drugs / Princes Bed / Emily / Carolina / Tropical Island / What Makes Him Act So Bad / Nat King Cole/ Give Them a Token / Bluebirds / Boss Inside / Buddy Bradley / Goblin / Friends of Mine / Stadium Soul / Exp N°1 / Dance With Me / Morning After Midnight / Jessica
Rappel : Lockout / Before My Bedtime / Over the Sunrise / Baby’s Gonna Die Tonight

Date : 8 mars 2010
Photo: mcmortygreen sur Flickr (en Creative Commons)
d'articles et photos :
Partagez!