The Delano Orchestra
Le Sunset c’est un club de jazz de la rue des Lombards. Mais quelques dates par mois, ils offrent leur scène à des artistes plus diversifiés. The Delano Orchestra est venu nous presenter son troisième album à paraître en octobre prochain. Une sorte de test-drive en somme, en petit comité.

The Delano Ochestra

Alexandre prend tout d’abord la parole, en quelques mots pour résumer l’hiver, il plante le décor : Vic Chesnutt et Mark Linkous nous ont quitté. Je n’avais jamais vu The Delano Ochestra en concert, je me doutais bien que c’était pas joyeux, mais pas à ce point. La dimension d’Ecorché vif prend tout son sens.

Ce soir sera particulier : déjà Guillaume n’est pas là ce soir, donc pas de violoncelle – heureusement que Julien est là à la trompette, sinon quid de l’orchestre ! Ils joueront d’abord le nouvel album et ensuite accepterons les demandes de morceaux plus anciens.

Le nouvel album s’est enregistré d’un bloc, pas divisé en morceaux, aussi les chansons se suivent, s’enchaînent, se confondent les unes dans les autres. Je tente dès le début de faire abstraction de ma toux, de l’acoustique de la salle qui n’est pas adaptée à la folk, et des problèmes de jack qui crépitent et obstruent le son.

Les intros se font à l’acoustique avec seulement la voix d’Alexandre entrecoupée de sanglots, pas vraiment de mélodie car il ne joue que les dominantes à la guitar; les mesures s’étirent, aucun rythme auquel se raccrocher… La voix du chanteur est d’autant plus larmoyante en concert que sur les albums. Il semble que chacune des note qu’il joue sont autant de petits poignards dans le ventre : il finit presque à terre. Pour ma part, je me vois bien écouter cet album dans mon lit pour les nuits d’insomnies…

Puis il nous propose de prendre cinq minutes, pour enchaîner sur la partie Jukebox de la soirée. Le tout dans une ambiance très ‘répèt’ à l’arrache’. Une demoiselle insiste pour qu’ils jouent « la 8e du deuxième album », ce qui fait très j’ai-téléchargé-l’album-et-je-me-suis-meme-pas-fendue-a-chercher-les-titres… Ils joueront entre autres ‘Until I die’, ‘Spring Our Little Wings’, ‘Kill Me Twice’, et la fameuse ‘Between Day and Night (Part.2)’.

Est-ce le son de la basse qui était dégueulasse ? ou la batterie qui me semblait tantôt non imaginative tantôt à côté de la plaque ? ou mon incompréhension face aux demoiselles qui s’obstinaient à headbanger ? Bref, je n’ai étonnamment ressenti aucune vibration et j’avais malheureusement hâte que le concert se termine.

Pour info, pour des raisons de divergence d’opinions créatives, The Delano Orchestra a monté son label Kütu Folk avec St. Augustine, Leopold Skin, Pastry Case.

Date : 17 mars 2010
Photo: Indoboy
d'articles et photos :
Partagez!