5 questions à … Odessey & Oracle

SK* a demandé à une centaine (et beaucoup plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour d’Odessey & Oracle qui nous emmène en voyage miraculeux en Crocorama. Et le périple avec ces pythies pop est luxuriant. Inclassables, ils inventent la « variété expérimentale » et quand on écoute leur playlist, on appréhende davantage leur invraisemblable bariolis musical.

Odessey & Oracle en cinq questions

Votre souvenir de concert ?

Notre première partie pour les Zombies en novembre 2015 au Centre Charlie Chaplin à Vaulx-en-Velin. C’était notre premier GROS concert et on ouvrait pour le groupe à qui on a emprunté le titre de leur album Odessey & Oracle pour notre nom de groupe. Et voilà que nos “idoles” babysittés par leur prod’ pas franchement sympa imposent des conditions un peu dures pour nous, genre le pédalboard du guitariste qui devait rester en place au beau milieu de la scène pendant qu’on jouait… Le temps de notre set était limité aussi par la prod’ et comme ça a commencé un peu en retard, on s’est retrouvés interrompus en train de jouer notre dernier morceau par l’irruption sur scène depuis les coulisses du guitariste et de la manageuse nous criant “it’s time, it’s finished !”. On a arrêté le morceau en cours et laissé l’arbitrage de la situation au public qui nous a heureusement encouragé à terminer notre concert !
Ça nous a fait un drôle d’effet de la part d’un groupe qu’on admire mais on a bien compris que c’était la prod’ qui était en cause : après le concert on a bien discuté avec Colin Blunstone et le bassiste du groupe et ils étaient gentils et désolés de ce qui était arrivé. Ils nous ont raconté plein d’anecdotes sur la scène des années 68-69 (c’était vraiment super !) avant que la manageuse vienne les chercher pour aller (un peu de force) les coucher à l’hôtel…

Votre rencontre en tournée ?

Une rencontre ratée sur une aire d’autoroute à la pause déjeuner… Sur le parking, je (Guillaume) remarque un gars qui me dit quelque chose : c’est Dick Rivers ! On s’installe à la cafèt’ et il est à quelques tables de nous avec deux autres personnes. Banane, santiags, un peu voûté à cause de l’âge mais tout est là, c’est lui, c’est Dick ! Il a commandé un steak haché-frites. Je dis aux autres que je vais aller lui demander un autographe et un selfie… Tout le monde m’en empêche, pensant que je fais ça pour me moquer. Je me retrouve censuré et on repart bredouille… Parfois j’en rêve encore…

Votre anecdote dans le van ?

Sur la nationale pour aller jouer dans le Sud-Ouest au festival Baignade Interdite, David (notre ancien ingé-son), réclame une pause déjeuner. On s’arrête dans un restau routier sur le bord de la route qui indique via une pancarte “casse-croûte”. Ça a l’air bien mais ils font pas de trucs à emporter… On repart et là, on commence à sentir une odeur bizarre dans la voiture. Et là soudain, Guillaume soulève un pied et y trouve collée à sa semelle une belle merde de chien encore fraîche ! Et là c’est le drame : il y en a aussi sur le sac posé à ses pieds qu’il vient tout juste sans le savoir de mettre sur ses genoux en voulant inspecter ses semelles. Tout le monde rit… sauf Guillaume qui s’exclame : “Taisez-vous, je suis choqué !”. Il y a du caca de chien partout : sur son sac, sa veste, son pantalon… et ça sent fort. On s’arrête alors au prochain village où Guillaume se rincera dans une fontaine pendant que les autres trouveront le fameux casse-croûte. L’expression “Taisez-vous, je suis choqué !” est, depuis, devenue culte entre nous.

Odessey & Oracle – Crocorama

Votre nouvel album, Crocorama en quelques mots ?

Avant de commencer à composer ce troisième album, on a, pour la première fois de notre vie, écouté pas mal de chanson française, voire de “variété”. Il y a des trucs super (notamment dans les années 60-70) et on a commencé à fantasmer sur le fait d’écrire un disque de variété à nous. Bien entendu, on a rajouté par ci par là beaucoup trop de bizarreries pour que ça sonne “variété” et devant notre échec, on s’est dit qu’on avait peut-être écrit un disque de “variété expérimentale” et que ça sonnait pas mal comme étiquette. La grande nouveauté, aussi, c’est la batterie qui contribue à un son plus pop et même rock. On a également passé beaucoup de temps sur les paroles… On voulait parler de choses importantes, graves, sur un ton pas plombant et chargé d’espoir. Ça donne parfois des chansons aux textes sombres et à la musique lumineuse ou des protest-songs qui jouent de l’humour et du décalage.

Votre prochain rêve ?

En ce moment on a un peu l’impression de vivre dans un cauchemar. Du coup, le rêve serait de se réveiller. De notre torpeur, de notre impuissance collective face à des pouvoirs autoritaires, à un capitalisme sans pitié pour les humains et leur éco-système, aux discriminations injustes et violentes… La révolution et le retour des concerts : c’est un chouette rêve, non ?

Odessey & Oracle – Je suis L’Endormie

En écoute avec Odessey & Oracle

  1. 10ccClockwork Creep
    En moins de trois minutes, on a l’impression d’avoir beaucoup voyagé avec ce groupe un peu oublié aujourd’hui. Tout l’album Sheet Music de 1974 est du même calibre !
  2. White NoiseLove Without Sound
    L’expérimentation débridée dans le cadre du format chanson. Un album culte pour nous.
  3. McDonald and GilesFlight of the Ibis
    Une ballade rock super riche et inspirée à la production magnifique.
  4. Som ImaginarioSabado
    Un groupe brésilien de la fin des années 60. Un peu comme des Beatles tropicaux, tout l’album est incroyable !
  5. Elton JohnYour Song (demo version)
    Sur cette version démo (juste piano/voix), on réalise vraiment le talent de pianiste et chanteur d’Elton John parfois occulté par des arrangements et des productions un peu boursouflées.
  6. Brigitte Fontaine et AreskiC’est normal
    La bande son chaloupée de l’effondrement…
  7. Tavinho Moura e Fernando BrantPaixão e Fé
    Un compositeur brésilien absolument génial qui a notamment collaboré au collectif Clubbe da Esquina dans les années 70.
  8. The United States of AmericaThe American Metaphysical Circus
    Une chanson déjantée qui fait appel à toutes sortes d’expérimentations sonores. C’est beau et psychédélique !
  9. The Free DesignAn Elegy
    Une petite symphonie au format chanson d’un groupe dont on aime particulièrement les harmonies vocales.
  10. Caetano VelosoLost in Paradise
    Extrait de son “album blanc”. Le chant est sublime, les arrangements classieux : un petit bijou !
  11. The Jackson 5I want you back
    Cette chanson c’est juste le bonheur, tout est incroyable, de la compo à la voix du jeune Michael, en passant par la ligne de basse tubesque à elle seule : solaire !
  12. The ZombiesA Rose For Emily
    Allez tou.te.s écouter Odessey and Oracle des Zombies !

Crocorama d’Odessey & Oracle est disponible chez Dur et Doux. Plus d’informations sur la page Facebook d’Odessey & Oracle .

Odessey & Oracle - Crocorama

Odessey & Oracle - Crocorama

Tracklist : Odessey & Oracle - Crocorama
  1. Chercher Maman
  2. Les Poupées Mécaniques
  3. Je suis L'Endormie
  4. Mascara
  5. Le Manège
  6. Crocorama
  7. Les Enfants
  8. Antoine Rouge
  9. Mélodie #1
  10. Ferdinand L'Albigeois
  11. Mélodie #2

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !

Cela pourrait vous intéresser

Sweet Gum Tree

5 questions à … Sweet Gum Tree

Double sortie ce jour pour Sweet Gum Tree avec un clip où il s’expose rock et sexy, extrait de son nouvel album Silvatica, composé notamment avec Earl Harvin, batteur de Tindersticks, Air, Psychedelic Furs et Erik « Raggy » Sevret, saxophoniste de Zenzile. Avec Exposure, le roux est de mise, la guitare s’excite, le sax se glamourise […]
Lonny - Comme la fin du monde

Vidéo : Lonny – Comme la fin du monde

« La fin du monde n’est pas encore pour demain. » affirmait Tite-Live il y a un peu plus de deux mille ans et on ne peut lui donner tort malgré tous les efforts de l’humanité pour le foutre en l’air.
caramia-entreparenthses

Parenthèse désenchantée

Cara Mia fait onduler les corps avec Entre Parenthèses son nouveau titre avec l’aide de Thibault Eskalt et Pierre Locatelli (Pharms).

Plus dans Interviews

Sweet Gum Tree

5 questions à … Sweet Gum Tree

Double sortie ce jour pour Sweet Gum Tree avec un clip où il s’expose rock et sexy, extrait de son nouvel album Silvatica, composé notamment avec Earl Harvin, batteur de Tindersticks, Air, Psychedelic Furs et Erik « Raggy » Sevret, saxophoniste de Zenzile. Avec Exposure, le roux est de mise, la guitare s’excite, le sax se glamourise […]
Faubourg

5 questions à … Faubourg

Se perdre pour mieux se retrouver. Faubourg avec Lost réalise un rêve en invitant Roya Arab qui prêtait sa voix au Londinium d’Archive. Ce morceau aux volutes enivrantes, aux sentiments stroboscopé est extrait d’un mini-ep avec un remix de Kooltrasher. On découvre un artiste qui risque d’être au centre du jeu rapidement.
Vanessa Philippe

5 questions à … Vanessa Philippe

Avant son nouvel album en janvier dédié à sa sœur disparue, Vanessa Philippe évoque ses maux et met des mots dignes et simples pour évoquer l’indicible. Il faut parfois aller au fond de la piscine pour mieux mettre un bon coup de pieds afin de surnager.
VAPA

5 questions de plus à … VAPA

En répondant à nouveau à nos questions, vous aurez votre propre avis sur VAPA. Avec son nouveau clip, Viscéral, on a envie de dire vas-y VAPA. Viscéral, qui se rapporte aux viscères, qui les contient : cavité viscérale. Qui vient des profondeurs de l’être : une haine viscérale. Avec VAPA, c’est la poésie qui sort […]