Catégories
Son du jour

Vidéo : Wassailer – Song For Elsa

On court tous derrière une Elsa. Un mirage qui enrage. Une addiction qui fait souffrir. On prend des coups de l’autre mais surtout de soi-même. On essaye de s’échapper, de se raisonner, de se libérer, mais l’on continue de poursuivre un fantôme.

Oui, peut être se dédouble t-on quand on est abandonné, ostracisé, excommunié, « le proscrit le plus abandonné ». Notre doppelgänger vient nous mettre des beignes peut être pour nous réveiller. I can’t forgive your silence. Et pourtant il faut oublier. « Tu as vaincu, et je succombe. Mais dorénavant, tu es mort aussi, mort au Monde, au Ciel et à l’espérance. En moi tu existais, et vois dans ma mort, vois par cette image qui est la tienne, comme tu t’es radicalement assassiné toi-même. » écrit le génial Edgar Allan Poe dans William Wilson. Les histoires intimes sont loin d’être extraordinaires même s’il on est tous un peu fou, le maître Godard l’a bien compris en nous griffant avec son Ferdinand. David Bertram transforme le petit pan de mur jaune en une poursuite impitoyable derrière l’être aimé, et l’on fait alors une orgie de pomme d’amour, se battre contre soi à en crever, être mort. Mort à jamais ? Qui peut le dire ? Bergotte ? Proust ?

Wassailer explique : « Cette chanson est le titre le plus vieux de l’album. Je l’ai écrit il y a 12 ans, et l’enregistrement du vieux piano droit désaccordé est la prise originale. Il m’a fallu plus de dix ans pour produire le bon arrangement, finir les paroles, et décider de sortir cette version finale. » Et ce titre sensible clôt I, the bastard de Wassailer disponible le 27 janvier, un album hybride oscillant entre jazz et hip hop emprunt d’une grande douceur malgré les heurts et la douleur.

Wassailer – Song For Elsa

She’s a lassie from abroad, a girl with both hands in the soil
She played the cars, I dressed her doll, as far as I know
She has curly golden hair, you can’t forget with a picture
Children smiling all around her, as much as I remember

So why don’t we share the supper, invite yours, I’ll drink to her
All around a table it’s surely better than to be alone, you know
to be alone, who knows

Stubborn, bold and oh so smart, she would treat me like a brother
She’d give her life to another, I’m sure about that
Come on, come on, tell me how this happened, I can’t forgive your silence
You don’t know how much I miss my sister, give me a chance

So why don’t we share the supper, invite yours, I’ll drink to her
All around a table surely that’s better than to be alone, you know
To be alone, you know, to be alone, you know
To be alone, who knows ?

Cover album Wassailer - i, the bastard

Tracklist : Wassailer - I, the bastard
  1. Forplay
  2. Trad
  3. Miss trolleys
  4. Domestic Dogs barkings
  5. Son
  6. Ghosts (Feat. Demima & Jonny Woodham)
  7. Going to the club
  8. Three dots in a bubble
  9. Settlement
  10. 242
  11. Song for Elsa
Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

The Limiñanas

Vidéo : Limiñanas / Garnier – Saul

On se rappelle de ce concert fou des Limiñanas au Yeah! festival (n’est-ce pas Denis Q du Pop-In), dans l’écrin du parvis du château de Lourmarin, l’antre de Laurent Garnier.
Souterrains - KCIDY

Vidéo : KCIDY – Souterrains

Cela fait un moment que l’on est dans un souterrain et que l’on veut en sortir. Alors on monte dans le bus magique de KCIDY où la ligne de vie croise la ligne de cœur.

L’escapade Comelade !

Vous en avez marre des groupes interchangeables ? des plans médias pour la sortie de disques oubliés dans six mois ? Suivez les conseils de PJ Harvey, plongez-vous dans la discographie du catalan extravagant Pascal Comelade, par exemple ce somptueux Love Too Soon trop méconnu issu de L’argot du bruit paru en 1998.
Chevalrex - La tombe de Jim

Vidéo : Chevalrex – La tombe de Jim

Bon ok, Chevalrex est poilu comme un singe. Mais enfermé dans son cabinet de curiosité, il trousse de magnifiques chansons à emporter jusqu’à notre dernière demeure.

Vidéo : KCIDY – Les gens heureux dansent

Avec Les gens heureux dansent, on tombe immédiatement sous le charme du sourire et de cette mélodie faussement sucrée de KCIDY. Pauline décompresse à défaut de déconfiner, son air d’autoroute ces temps-ci nous fait rêver. Un petite bouffée de départ en vacances, côtoyer des vrais gens et pas ceux qui ont fui à Varennes.

Plus dans Son du jour

Sammy Decoster - Seul

Vidéo : Sammy Decoster – Seul

Certains ont découvert la solitude avec la claustration imposée. D’autres pas. Sammy Decoster a enregistré cet EP dans sa cuisine, refuge où l’on concocte aussi des recettes contre le vague à l’âme.
Fredo Viola - Pine Birds

Vidéo : Fredo Viola – Pine Birds

Fredo Viola c’est simple comme des oiseaux dans les pins. Il nous avait renversé avec son premier album, The Turn et ses harmonies médiévales, il revient méphistophélique avec Pine Birds, la bande originale d’un conte fantastique qui ouvre les portes de la perception.
Entrée Libre - Dehors

Vidéo : Entrée Libre – Dehors

Gueule de bois salutaire après quatorze mois de navigation en solitaire, on ressort la boule à facettes pour chercher l’âme sœur, grapiller un sourire, raviver sa flamme.
Louis Arlette - Blanc et Bleu

Vidéo : Louis Arlette – Blanc et Bleu

On a bien besoin de blanc et de bleu, de lumière éclatante, de roulis de bateaux, de cris d’oiseaux, de nage en eaux profondes, de liberté en quelque sorte.

Vidéo : Olivier Longre – Amore disamore

« Les villes, comme dans les rêves, sont construites sur des désirs et des peurs. » écrivait Italo Calvino dans Les Villes Invisibles où dialoguent Marco Polo et son hôte Kublai Khan qui lui demande d’évoquer les villes qu’il a parcouru durant ses voyages. On déambule ainsi dans 55 villes imaginaires et extravagantes qui portent toutes un…