Vikken et sa Joie ont tous deux le sens de la débâcle. Un côté Charlie Chaplin de la folle déprime, face à une grosse machinerie bête et informe, qui fixe, qui normalise, qui nécessairement finit par s’emballer, et qui ne s’arrête plus, et qui envoie valser en l’air à grands coups de beats électro tout ce qui peut voler, à défaut de le broyer. A la fin, très simplement, presque sans s’en faire, on fait le décompte nonchalant des journées foutues, matin, midi, soir, et des questions qui fâchent, et puis celles qui cernent. Un joyeux théâtre absurde où l’individu prend perpète.

Ceci dit, il faudrait faire attention. Car si on pourrait se marrer en écoutant comme ça les premières chansons de Vikken, si d’une certaine façon on ne pourrait retenir un sourire amusé devant tant de catastrophes jouissives placidement énumérées, si ça sent la migraine dansante ou le Lexomil heureux, la joie passe quand même très rapidement au mixeur. Et de celle-ci, il n’en reste pas grand-chose.

Joie est alors probablement une façon de parler, au mieux un trait d’ironie. Plus sûrement une dérobade. Au moins une tentative. Car on a surtout l’impression que Vikken expérimente la mise en apesanteur dans une cocote minute.

Ça s’affole sans s’affoler, du moins pas au début. C’est plus tard, souvent, quand les chansons avancent, qu’elles prennent la forme d’un compte à rebours qui aurait oublié de s’arrêter, qui ne déboucherait sur rien, et qui s’égrènerait comme un chapelet. Avec derrière des bruits de hachoir ou de rafales. Tout devient dès lors un espace clos, un dialogue impossible, qui prend des airs de garde à vue. Ça court, ça tape dans les murs, ça rebondit, ça se calme, ça retape. Ça questionne, ça tourne en rond. La machine s’emballe. L’aiguille file dans les rouges, et Vikken bétonne les échappatoires.

Pourtant ça voudrait bien se raccrocher à tout, à l’autre et aux corps, s’en souvenir aussi, et se souvenir de soi, pour ralentir la course, la farandole, pour trouver du sens, comprendre ou se comprendre, avant de finir en morceaux, découpé, dispersé. Mais voilà…

Mais voilà…

Vikken – Pour une amie

Vikken – C’est OK

VIKKEN - Joie

Tracklist : VIKKEN - Joie
  1. C'est OK
  2. Pour une amie
  3. So(m)bre
  4. Chanson triste
  5. Aghet (Catastrophe)

Vous avez aimé ? Partagez :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2009 - 2021 : 31 M de vues sur note chaine YouTube !

Merci aux artistes et labels qui nous ont fait confiance !

Avec : Mariama, Sayem, St Augustine, Ornette, The Dodoz, Dominique A, Lisa Hannigan, Nadeah, Hocus Pocus, BabX, Absynth Minded, Diane Birch, 3 Minutes Sur Mer, Applause, Jon And Jen, Anita Drake, Mademoiselle K, Richard Walters, Brune, Chew Lips, Emily Loizeau, Julia Stone, Sarah Blasko, Marie-Flore, MLCD (My Little Cheap Dictaphone), Hey Hey My My, AaRON, Foreign Beggars, Skip The Use, Hyphen Hyphen, Curry And Coco, Lilly Wood And The Prick, Rivkah, Kid Bombardos, You, Sharleen Spiteri , Thos Henley, Élodie Frégé, Caro Emerald, Viva And The Diva, Sly Johnson, Belleruche, Skip The Use, Ben Mazue, The Dø, Twin Twin, Marie-Pierre Arthur, Chris Garneau, Angus And Julia Stone

↪ Toutes les SK Sessions

↪ Abonnez-vous à notre chaine YouTube!

Cela pourrait vous intéresser

Eliz Murad - Sarah Slimi

Vidéo : Eliz Murad – Beirut

Un an après l’apocalypse dans le port de Beyrouth, Eliz Murad rend hommage à son pays natal avec un titre d’une douloureuse douceur.
Louise Combier

Louise comblée !

Louise Combier a enregistré en juin dernier trois titres en apesanteur dans le Studio 3 de France 3 Auvergne-Rhône-Alpes que l’on peut réécouter durant cette Toussaint estivale.
Diana Val

5 questions à … Diana Hutch & Val Nacho

SK* a demandé à une centaine (et plus) d’artistes appréciés par les membres de l’équipe de répondre à cinq questions très simples avec leurs morceaux du moment, nouveaux ou anciens. Voilà le tour de Diana Hutch et Val Nacho qui en un EP, Jennifer nous tracent la carte du tendre avec une playlist pour se…
Lump - Gamma Ray

Vidéo : Lump – Gamma Ray

C’est aujourd’hui que l’on se met un grosse lampée de Lump, duo composé de Mike Lindsay, troubadour de Tuung et Laura Marling touche à tout folk britannique qui sort ce jour son deuxième album Animal qui fait mal (à la concurrence).

Plus dans Chroniques d'albums

Francis Lung - Miracle

Francis Lung – Miracle

L’ex-membre de WU LYF a bien fait de nommer son nouveau disque Miracle. Les 13 (tiens tiens, ce nombre..) chansons font de nouveau croire en lui.
Gruff Rhys - Seeking

Gruff Rhys – Seeking New Gods

Obsédé par le mont Paektu, un volcan situé à la frontière de la Chine et de la Corée, Gruff Rhys atteint des sommets avec son septième album solo, le bien nommé Seeking New Gods.
The Chills - Scatterbrain

The Chills – Scatterbrain

Détruit par l’industrie musicale dans les années 90, Martin Phillipps (l’écrivain qui se cache derrière ce groupe) vit une seconde vie (musicale) depuis 2015 grâce à Fire Records, label anglais qui ne jure que par lui.
Maxwell Farrington & Le SuperHomard - Once

Maxwell Farrington & Le SuperHomard – Once

Ceci sera une chronique basique d’un disque né grâce à une rencontre autour d’une reprise a cappella de Burt Bacharach et qui doit autant à Scott Walker qu’à Lee Hazelwood.