Liars
Liars

Ce soir, la Maroquinerie affiche complet pour les Liars qui ont sorti leur dernier album Sister World en Mars dernier.

Fol Chen

C’est le quatuor californien Fol Chen qui ouvre la soirée en première partie des Liars ce soir à la Maroquinerie. Les premières parties sont loin d’être une science exacte, mais ce soir, Fol Chen qui entre sur scène tout de rouge vêtu, est une très bonne surprise. Pour faire court, Fol Chen balance énergiquement un électro pop rock indé ou une trompette se substitue parfois à la basse , le tout agrémenté d’une batterie aux rythmiques triballes. Fol Chen ravira les pieds et les oreilles. La salle est bien chauffée pour accueillir les Liars.

Liars

Le chanteur est accueilli par des applaudissements ravis et des cris tout sauf contenus. C’est avec le second morceau, No Barrier Fun que le set commence véritablement. Je les attendais un peu au tournant sur cette chanson, me demandant ce qu’elle donnerait sans les cordes. Mais c’est tout bon et la guitare qui les remplace rend le morceau encore un peu plus barré. Avant le rappel, le set se termine avec Proud Revolution, dansant à souhait. Entre les deux, des morceaux majoritairement du dernier album Sister World. Je ne les ai pas tous retenus, un peu trop occupé à « kiffer à bloc » (vous me passerez l’expression, c’est la plus fidele que j’ai trouvé.) Ce que j’ai retenu par contre, c’est que leur concert est nerveux, énergique, tout en tension, voir carrément habité. Quelque chose de nettement punk se dégage de la scène et ce n’est certainement pas la fosse qui pogote franchement qui dira le contraire.  Leurs mélodies habitées prennent toute leur ampleur sur scène.

Au delà de leurs très bons morceaux, c’est sans conteste le chanteur l’atout majeur des Liars. Il n’a pas besoin de faire grand-chose pour se mettre la salle dans la poche. A tel point que scéniquement, les autres membre du groupe font un peu figure de figurant, exception faite du batteur véritable pile électrique qui frappe avec rage sur ses futs. Ce n’est certainement pas la timidité qui l’étouffe et il parade sur scène avec un naturel non feint en faisant gesticuler sa longue carcasse. Il a des allures de chamane voir de grand prêtre quand la musique se refroidit (et j’ai dit la musique, pas l’ambiance.).

Finalement, les Liars ce serait un peu des punks electros et psychotiques qui aurait écouté un peu trop de New Wave/ Cold Wave/ Post Punk (rayez la mention inutile) pendant leur internement dans la même chambre qu’un type versant dans le satanisme. M’enfin ça c’est moi qui le dit. Quoi qu’il en soit, les Liars on fait carton plein ce soir.

Date : 19 mai 2010
Discophage et habituée des salles parisiennes, Queen Mafalda donne son avis, surtout si on ne le lui demande pas.
Partager cet article
1 réponse sur « Liars et Fol Chen @ La Maroquinerie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

Top 2012 - SOUL KITCHEN

Top album & more 2012

Bon sang de bonsoir, pensais-je hier, en me renversant sur mon fauteuil en cuir, un verre de scotch dans une main et une attachée de presse dans l’autre, l’année 2012 était enfin terminée. Trois cent soixante-cinq jours de dur labeur à trimer pour le plaisir de vos oreilles, esclave de la musique enchaîné à mon…
Skip The Use @ Stereolux, Nantes | 29.11.2012

Top photos 2012

Une année de plus pour Soul Kitchen, une année riche en photos, découvertes musicales, chroniques et vidéos. Cet article est le premier de nos trois « Top 2012 » et cette année nos photographes ne sont pas restés dans les salles de concert, ils sont également allés à la rencontre des artistes pour leur tirer le portrait.
Liars - Brats

clip : Liars – Brats

Liars – Brats Certains vont tomber sur le râble des enfants gâtés de Liars avec ce clip étrange et ce virage électro mais d’autres vont apprécier cet hommage à Chantal Goya et à son célèbre lapin qui a tué un chasseur.
Liars (portrait)

Portrait : Liars

Le nouvel album de Liars « WIXIW » est sorti le 4 juin, avec quelques morceaux entêtants, « No. 1 Against The Rush » ou « Brats ». Ils étaient en concert le 6 au Nouveau Casino, pour le présenter en live et nous devrions les retrouver dans les festivals de l’été…

Liars – La Machine du Moulin Rouge

Découvert cet été sur la route du rock, j’ai été séduit par le charisme du chanteur Angus Andrew. Ce soir Liars a hypnotisé La Machine du Moulin Rouge, avec leur son électro-punk aux accents tribales.

Plus dans Concerts (live reports)

[35] Les Pale Fountains ou l’Eldorado Pop

Après avoir joué en février 1985 à Londres et avant de s’envoler pour le Japon, les Pale Fountains étaient de retour à Paris en cette veille de printemps 1985. L’Eldorado de 1985 fut la séance de rattrapage pour ceux qui avaient séché la piscine Deligny.
Shack - La Locomotive, 1990

[1990 – 2020] Sur les rails avec Shack

8, 9 et 10 novembre 1990. Paris. Les La’s, les Boo Radleys, Dr Phibes et les House Of Wax Equations débarquent à Paris le temps d’un week-end pour initier les Français aux plaisirs plus ou moins méconnus (mais surtout exquis) de Liverpool. Les frères Head, ex Pale Fountains sont évidemment de la partie. On connaissait…

Liam Gallagher à son Zénith

Liam Gallagher a donné hier soir au Zénith de Paris le dernier concert d’une tournée européenne qui a affiché complet tous les soirs. Et il a fait plus que le travail.

Motivant Morby

L’ex-Woods est venu jouer son répertoire à La Lune des Pirates, salle qui avait accueilli et vu triompher les flamboyants Woods en 2017. Jeu, set et match pour…
Vincent Delerm @ Théâtre des Pénitents, Montbrison, 04-02-2020

Vincent Delerm : La vie passe et il en fait partie

Hier soir Vincent Delerm chantait à Montbrison devant le public du festival Poly’Sons. Après le spectacle, je lui ai parlé des photos que j’avais faites, de cet article que j’allais écrire sur son spectacle. Quelle idée insensée ais-je eue là… Comment écrire sur la musique, comment mettre des mots sur des sons, sur d’autres mots ?…
Damien Saez @ Halle Tony Garnier, Lyon, 09-12-2019

Damien Saez, « Que l’éphémère devienne éternité »

Damien Saez venait hier au soir présenter à Lyon, Ni Dieu ni Maître, l’album qui clôture Le Manifeste, fresque sociale de quatre années de 2016 à 2019 présentée dans une « oeuvre numérique » sur son site internet « Culture contre culture ». 39 chansons, politiques et poétiques dans lesquelles se lit la France des attentats aux gilets jaunes,…