Ecouter (le) Grand Ressac

Grand Ressac, c’est déjà un nom. Car il y a tellement de noms de scène stupides. Grand Ressac c’est une évocation, ou peut être un souvenir d’école, à apprendre Rimbaud et son bateau ivre, « je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes / Et les ressacs et les courants : je sais le soir. » Et nous savons que ce Grand Ressac va et vient, brisant parfois des rêves, en bâtissant d’autres.

Qu’est ce qui nous reste ? La beauté sans doute, celle de ce titre simple, Le merveilleux. Car il est partout, le merveilleux, si on veut bien se donner la peine de regarder. Et comme disait Frédéric Dard dans ses Réflexions jubilatoires sur l’existence « le merveilleux, on s’y habitue plus vite qu’à des godasses trop courtes. » Alors il faut parcourir les grands espaces de Margeride, admirer ses paysages et l’humanité de ses habitants pour découvrir où se niche le merveilleux. Oublier les vociférations du monde, croiser la jolie Anca et boire de la vodka.

Grand Ressac sera en concert au Fil à Saint-Etienne avec Mustang le 3 décembre.

Grand Ressac – Le merveilleux

« Le merveilleux est le premier morceau que j’ai écrit en m’installant en Margeride, après une décennie passé à Berlin. Je suis parti de ce riff de guitare acoustique et voulait en faire un morceau un peu blues, avec des paroles rappelant les musiques traditionnelles d’ici. Comme toujours la musique m’a emmené ailleurs… Le texte est une réflexion sur le fait de prendre de l’âge, le travail dans le monde rural (des thèmes rappelant les textes des musiques populaires), ce qui nous fait avancer dans notre époque. Et cette fameuse recherche du merveilleux, qui peut prendre différentes formes, pour chacun ! J’espère qu’il vous plaira. »

Grand Ressac – Anca

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
Vous avez aimé ? Partagez !
2 réponses sur « Ecouter (le) Grand Ressac »

En réalité, il s’agit d’une citation de Kaput La foire au asticots (1955) pseudo de Frédéric Dard « A mon âge, on ne se casse pas le chou longtemps. Le merveilleux, on s’y habitue plus vite qu’à des godasses trop courtes. Ça faisait pas si longtemps, après tout, que je ne croyais plus au père Noël… »

C’est quand même une réflexion jubilatoire sur l’existence n’est ce pas ? ;-)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Adrien Legrand

[EXCLU] Bel-Vu, beau disque

Qu’il évoque ses cicatrices des premiers pas ou son quartier d’enfance d’Hérouville-Saint-Clair, Adrien Legrand nous tend un miroir même si ses chansons sont autobiographiques. On se souvient aussi de ces doux étés où l’on se croyait sur le toit du monde ou les jeux en bas d’immeubles défraichis.
Lonny - Comme la fin du monde

Vidéo : Lonny – Comme la fin du monde

« La fin du monde n’est pas encore pour demain. » affirmait Tite-Live il y a un peu plus de deux mille ans et on ne peut lui donner tort malgré tous les efforts de l’humanité pour le foutre en l’air.

Plus dans Découvertes

FUR

Au FUR et à mesure

Produit par Theo Verney et mixé par Caesar Edmunds (Queens of the Stone Age, Foals, St. Vincent), le premier disque des Fur redonne confiance et promet un hiver radieux.
SUN GAZOL

En quête de Sun Gazol

A Tours il n’y a pas que la vie de château. Sun Gazol propose de suivre les aventures en dix titres de Nick Alvani, un flic dépité en quête de renommée.
Ponta Preta

Surfin’ Ponta Preta !

C’est la bande son de Thomas Pesquet en transit dans l’espace, ce sera la votre en transat sur la plage. Ponta Preta surfe sur le Rhône en cru et nous procure de bonnes vibrations.