Ecouter (le) Grand Ressac

Grand Ressac, c'est déjà un nom. Car il y a tellement de noms de scène stupides. Grand Ressac c'est une évocation, ou peut être un souvenir d'école, à apprendre Rimbaud et son bateau ivre, "je sais les cieux crevant en éclairs, et les trombes / Et les ressacs et les courants : je sais le soir." Et nous savons que ce Grand Ressac va et vient, brisant parfois des rêves, en bâtissant d'autres.

Qu’est ce qui nous reste ? La beauté sans doute, celle de ce titre simple, Le merveilleux. Car il est partout, le merveilleux, si on veut bien se donner la peine de regarder. Et comme disait Frédéric Dard dans ses Réflexions jubilatoires sur l’existence « le merveilleux, on s’y habitue plus vite qu’à des godasses trop courtes. » Alors il faut parcourir les grands espaces de Margeride, admirer ses paysages et l’humanité de ses habitants pour découvrir où se niche le merveilleux. Oublier les vociférations du monde, croiser la jolie Anca et boire de la vodka.

Grand Ressac sera en concert au Fil à Saint-Etienne avec Mustang le 3 décembre.

Grand Ressac – Le merveilleux

« Le merveilleux est le premier morceau que j’ai écrit en m’installant en Margeride, après une décennie passé à Berlin. Je suis parti de ce riff de guitare acoustique et voulait en faire un morceau un peu blues, avec des paroles rappelant les musiques traditionnelles d’ici. Comme toujours la musique m’a emmené ailleurs… Le texte est une réflexion sur le fait de prendre de l’âge, le travail dans le monde rural (des thèmes rappelant les textes des musiques populaires), ce qui nous fait avancer dans notre époque. Et cette fameuse recherche du merveilleux, qui peut prendre différentes formes, pour chacun ! J’espère qu’il vous plaira. »

Grand Ressac – Anca

Lyonnais qui revendique sa mauvaise foi car comme le dit Baudelaire, "Pour être juste, la critique doit être partiale, passionnée, politique...", Davantage Grincheux que Prof si j'étais un des sept nains, j'aime avant tout la sincérité dans n''importe quel genre musical...
2 réponses sur « Ecouter (le) Grand Ressac »

En réalité, il s’agit d’une citation de Kaput La foire au asticots (1955) pseudo de Frédéric Dard « A mon âge, on ne se casse pas le chou longtemps. Le merveilleux, on s’y habitue plus vite qu’à des godasses trop courtes. Ça faisait pas si longtemps, après tout, que je ne croyais plus au père Noël… »

C’est quand même une réflexion jubilatoire sur l’existence n’est ce pas ? ;-)

Les commentaires sont fermés.

Cela pourrait vous intéresser

Nicolas Tarik

5 questions à … Nicolas Tarik

Nicolas Tarik est un conteur musicien voyageur. On lui a posé quelques questions autour de son nouveau titre, libre, ode aux personnes que l’on a dans la peau passionnément et fougueusement, que l’on retrouvera sur son nouvel album, Gibraltar qu’il présentera à la Salle Barbara de la MJC Montchat le jeudi 24 novembre prochain.
Martin Luminet – Revenir

Vidéo : Martin Luminet – Revenir

Martin Luminet n’est pas un saint, il refuse de donner son manteau ou peut être sa camisole. Car on est tous un peu prisonnier des souvenirs et l’on voudrait Y revenir comme l’écrivait Dominique Ané, souvent.

Plus dans Découvertes

Just Mustard

Just married to Just Mustard

Ecouter Just Mustard c’est ressentir le délicieux et parfois violent picotement de la moutarde sur votre langue. La voix diaphane de Katie Ball et les plaintes tailladantes des guitares de ce quintette irlandais augurent de concerts fiévreux.
Bryon Parker

Mile High Bryon Parker !

Denver c’est la terre du milieu et celle de David Eugene Edwards ou de … Earth, Wind & Fire. Mais en écoutant Bryon Parker on est plus proche d’un early Ben Lee ou du Jeff Martin d’Idaho avec ces trois titres d’un EP, 3 Consecutive Championships disponible chez VanGerrett Records (Kramies)
tillmann

L’envol de Tilmann

Tilmann sort de sa Chrysalis avec un EP composé de six titres désormais à quatre.
Zen Gatha - minutes de calme intérieur

Zen Gatha !

Gatha nous gâte avec son nouveau titre, Minutes de Calme Intérieur ou MDCI en exclusivité. Elle passe à l’orange pour mieux mettre un carton rouge à notre société productiviste et décérébrante.