Interpol – Interpol

Interpol – Interpol
Louis - 05/09/2010

Chronique : Interpol - Interpol
La sortie de la rentrée qui fait trembler les slips et les murs. Interpol peut il sortir un disque convaincant en 2010 ?

Interpol : Interpol

L’écoute de Our Love to admire n’était pas une sinécure et l’épreuve de Julien Plenti s’était avérée un vrai calvaire. De sur croît, on avait appris le départ de Carlos Dengler, bassiste moustachu et diablement efficace. Bref, une palanquée de mauvaises nouvelles concernant un groupe qui faisait parti des meilleurs élèves de la promo 2002. Un  premier album somptueux qui se révèle être au cours du temps plus un obstacle qu’un tremplin.

Les premières notes de ce quatrième effort nous font retrouver un David Kessler relativement efficace. On est de nouveau confronté à cette guitare qui ouvre la voie, sirènes hurlantes, à un Paul Banks convaicant. Refrain langoureux et couvert de claviers, ce premier morceau aiguise la curiosité. Tiens, Interpol a en a t-il encore sous la pédale ?

La réponse est vite obtenue avec les deux titres suivants. Une vraie choucroute. Tout est fichu dans le désordre. Bon Dieu. Les ingrédients des premiers temps du groupe sont là mais on obtient le tiercé dans le désordre. On passe donc bien vite cette boursouflure pour zapper Lights qui n’a d’intérêt que son titre pour tomber face au deuxième single du groupe.

Interpol – Barricade

Les vieilles recettes marchent toujours. Les riffs de Kessler marche comme au bon vieux temps, la rythmique agît sur le subconscient et Banks fait son office. Titre le plus faible de l’album à cause d’un refrain pantouflard, Barricade peut produire son effet. On en profite pour recharger les batteries et pour prendre une grande bouffée d’oxygène avant de rencontrer Always Malaise (The Man I Am). Débutant avec un clavier menaçant, la chose se termine par une avalanche de couches de décibels indigestes. Mais pourquoi est il aussi indigeste ? Alan Moulder, se croît sur un album de My Bloody Valentine. Sauf que Interpol n’a pas les moyens, à l’heure actuelle, de rivaliser avec le Shields ou avec les frères Reid.

Safe Without plombe le disque par son manque d’intérêt chronique et nous voilà heureux de nous coltiner Summer Well, qui pourrait être une face D de l’époque bénie d’Antics. All of Ways et The Undoing, morceaux possédés et malsains suscitent déjà un peu plus la curiosité. The Undoing et son rythme lancinant, ses enchevêtrements et son refrain cadavérique font doucement couler une larme sur le visage de l’auditeur. Un chemin de croix pour arriver un morceau digne de ce nom…

Bon point : ce quatrième opus possède trois fois plus de morceaux de bonne facture que le troisième. Mathématiquement parlant, ça le fait.

Pouet? Tsoin. Évidemment.
Commentaires
    avatar FloMoFloMo:

    Il faut s’acheter des oreilles, cet album est très réussi… Même si la construction des morceaux n’est pas au format industriel qui va bien pour des oreilles non averties, elle offre quelque chose de bien défini, et au moins ça fait passer une émotion… De plus vous avez du écouter ça dans des conditions minables pour parler d' » avalanche de couches de décibels indigestes »… entre autres… Merci aussi d’écouter plus d’une fois un album avant d’en faire la chronique. Je trouve que les albums d’interpol sonnent de meux en mieux (ce qui est loin d’être le cas d’autres groupes pourtant plébiscités, par exemple arcade fire, qui pourtant étaient bien partis).
    Merci, bonne journée.

    avatar louislouis:

    Ce groupe est mort depuis Our Love To Admire.

    Mauvaise soirée.

    avatar ManuManu:

    Avant de commencer à parler musique, il faut savoir que le prénom de Kessler n’est pas David, mais Daniel.

    Musicalement, cette chronique déborde d’aigreur probablement dûe à l’originalité et à la complexité de cet album qui n’offre pas de refrain catchy ou de riff ravageur pour guider les oreilles les moins averties. D’ailleurs tellement peu averties que les titres 2 et 3 sont considérés comme « dans le désordre » ; ce serait attendrissant si ça ne cachait pas un aveu d’échec non assumé. Ces chansons sont surprenantes, mais on voit très bien que le groupe est allé exactement là ou il voulait aller, et la construction en atteste.
    Pas d’arguments contre Lights, mais apparemment elle ne vous a pas plu… pourquoi pas. Barricade, faible et pantouflarde ? Le refrain est bien plus groovy que la majorité des chansons d’Interpol, même celles que vous semblez regretter.
    Je passe la critique douteuse d’Always malaise qui dénote soit d’une sono de mauvaise qualité, soit d’oreilles de mauvaise qualité.
    Il me parait d’ailleurs improbable que vous ayiez compris le dernier morceau vu votre incompréhension totale du reste de l’album. Je crois que vous pensez l’avoir compris, vu qu’il comporte un peu plus l’étiquette « ça va mal » que le reste de l’album, mais je pense que vous êtes loin de le ressentir comme il peut l’être.
    Dieu merci, votre réponse non argumentée au commentaire de FloMo finit de décrédibiliser cette chronique sortie vraisemblablement d’une seule écoute peu attentive d’un album complexe qui vous aura totalement dépassé. L’assumer aurait été honnête.

    Merci pour ces commentaires qui prouvent, s’il le fallait, que la musique est 100% subjective :)
    Et comme personne ne me demande mon avis, je trouve l’album franchement pas terrible, et Barricade, pour ne citer qu’un morceau, très mauvais…

    avatar ManuManu:

    C’est subjectif, c’est cool de dire ça, mais ca cautionne le fait de pas donner d’arguments…

    Pourquoi Barricade est « très mauvais » ? Qu’est ce qui te laisse comme impression que ca ne fonctionne pas ?
    C’est comme dire « avalanche de décibels » ou « c’est monté a l’envers », c’est pas des arguments, c’est gratuit..

    avatar anubisanubis:

    Critique trés subjective. Le dernier album d’interpol est pour moi le moins bon qu’ils aient sorti à ce jour, seul success et surtout lights m’ayant pleinement convaincu. Pour autant, je suis fatigué de voir les critiques descendre en flèche leurs albums sauf le premier…Personnellement, je considère que jusqu’à ce quatrième album, les trois précédents étaient parfaitement réussis.

Un avis, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


A lire dans “Chroniques d'albums

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

Eve Owen – Don’t Let The Ink Dry

La jeunesse est un art écrivait Oscar Wilde. La jeunesse se chante et peut bouleverser avec quelques notes : la preuve avec le premier disque d’Eve Owen, une londonienne de 20 ans.

Liam Gallagher – MTV Unplugged

Liam Gallagher – MTV Unplugged

En 1996, Liam Gallagher plantait tout le monde. Une tournée américaine qui devait être triomphale pour Oasis n’eut pas eu lieu à cause d’une engueulade avec Mark Lanegan… et un MTV Unplugged qui s’annonçait aussi splendide que celui de Nirvana se solda par une prestation solo de Noel… Liam refusa de chanter et regarda son…

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Brigid Mae Power – Head Above The Water

Originaire de Galway, Brigid Mae Power signe avec Head Above The Water son premier disque chez Fire Records (The Chills, Evan Dando, etc…). Successeur de trois albums, Head Above The Water s’impose comme une évidence et surtout dépasse le niveau des autres. Disque lumineux et élégant, il devrait accompagner notre été 2020. Et plus si…

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Damien Jurado – What’s New, Tomboy ?

Quinzième album pour Damien Jurado. Et comme d’habitude le même scénario : un disque superbe, des critiques dithyrambiques, des ventes quasi-nulles en France et donc aucun concert à Paris et en province. What’s New, Tomboy ? devrait donc réjouir les 45 fans français du Monsieur. Et comme d’habitude, on attend l’année qui suit pour avoir…

Tim Burgess – I Love The New Sky

Tim Burgess – I Love The New Sky

Qu’est-ce qu’il y a de plus anglais que Tim Burgess ? Liam Gallagher passe pour un touriste allemand à côté du maître des Charlatans. Le leader de ce groupe de Manchester est anglais, lettré et sympathique. Et en plus il sort des disques fortement sympathiques.

Patrón – Patrón

Patrón – Patrón

Loading Data est en sommeil, vive Patrón ! Le Français fait de nouveau alliance avec Alain Johannes et sa bande pour sortir un disque qui devrait rendre totalement priapique n’importe quel fan des Queens Of The Stone Age.

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Duke Garwood + Paul May – The Bliss of Myth

Proche de Mark Lanegan, collaborateur des sombres Archie Bronson Outfit et des Savages, Duke Garwood avait fait ces derniers temps le choix de se la jouer solo. Avec The Bliss of Myth, Garwood fait une entorse à son récent règlement et nous enchante avec le mystérieux Paul May le temps d’un disque, le bien nommé…

Hey Hey My My – British Hawaii

Hey Hey My My – British Hawaii

Avez-vous pensé au premier disque que vous allez écouter en bagnole, les fenêtres ouvertes, sur les routes de l’après, direction Merry Land pour piquer une tête in the lake un samedi soir en prenant son temps, « paisible, à la fraîche, décontracté du gland » ? Cela pourrait bien être British Hawaii d’Hey Hey My My.

BC Camplight – Shortly After Takeoff

BC Camplight – Shortly After Takeoff

Pour son cinquième album, Brian Christinzio aka BC Camplight a reçu la note maximale de 5/5 par le très chic The Guardian. Logique, cinquième album, cinq étoiles. Sauf que c’est tout sauf la logique qui anime Shortly After Takeoff, dernier volet de la trilogie commencée How To Die In The North et Deportation Blues…. On…

Danzig Sings Elvis

Danzig Sings Elvis

Qu’est-ce qui est plus ringard qu’un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig ? Un disque de reprises d’Elvis Presley par Danzig. L’ex-Misfits se fait étriller par la critique. Il faut dire que le contenant ne fait pas rêver. Par contre, le contenu vaut plus que le détour.

The Coral – Live At Skeleton Coast

The Coral – Live At Skeleton Coast

En attendant de reprendre les chamailleries habituelles du 1er mai, on peut écouter, confiné, l’album live des Coral qui vient de débarquer sans prévenir sur les Internet.

Black Bones – Ghosts & Voices

Black Bones – Ghosts & Voices

Qu’est-ce qui sent le champagne, qui a la couleur d’un chewing-gum à la fraise et qui est moulée dans un pantalon de cuir ? Une chanson de Black Bones ! Anthonin Ternant poursuit ses obsessions catho-crampsiennes et nous enchante avec Ghosts & Voices.

Brendan Benson – Dear Life

Brendan Benson – Dear Life

A quoi sert Sour Mash, le label de Noel Gallagher ? A sortir les disques ennuyeux de son groupe (les High Flying Birds) et à financer les chansons fascinantes de Shack. A quoi sert Third Man Records, le label de Jack White ? A sortir les disques ennuyeux de ses groupes (The Raconteurs & The…

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Mark Lanegan – Straight Songs of Sorrow

Accompagnant la sortie de Sing Backwards and Weep, son autobiographie publiée chez White Rabbit, Straight Songs of Sorrow voit un Mark Lanegan évoquer son passé. Fascinant, ce cow-boy solitaire a traversé plus de trente ans avec des hauts (voire des sommets comme avec Bubblegum en 2004) et des bas. Agé aujourd’hui de 55 ans, l’ex-chanteur…

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Mark Kozelek – All The Best, Isaac Hayes (A Spoken Word Album)

Il n’y a pas que Le SuperHomard qui est touché par l’hyperactivité. Mark Kozelek (Red House Painters, Sun Kil Moon) publie un live, un nouveau disque et s’apprête à revenir dans les librairies avec The Panther and the Honey Badger (A Correspondence) et Zhao Tao (A Correspondence) au début du mois de mai prochain.

RVG – Feral

RVG – Feral

Deux bonnes nouvelles en ce jeudi 23 avril 2020. Comme elles sont rares, on les savoure. La première est télévisuelle : l’idiot de C8 raccrocherait les gants définitivement à la fin de l’été 2020. La seconde est musicale : le rock australien est en pleine forme et RVG vient de remonter sur le ring pour…

Other Lives – For Their Love

Other Lives – For Their Love

C’est donc l’heure du grand disque, du succès pour Jesse Tabish et ses Other Lives ! Après deux albums qui avaient séduit les fans (pas trop allumés) de Radiohead et les amoureux de l’Amérique profonde, les Other Lives passent à la vitesse supérieure avec For Their Love.

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Robert Forster – Calling From A Country Phone

Après avoir réédité Tales Told de Broudie (grand manitou des Lightning Seeds et sorcier du son des Shack et de The Coral), le label de Peter Paphides ressort des éditions remasterisées des deux premiers albums de Robert Forster.

Ron Sexsmith – Hermitage

Ron Sexsmith – Hermitage

On va encore se répéter : il faut absolument écouter Ron Sexsmith. Que l’on soit fan des mièvreries de Chris Martin ou que l’on adule les Strokes, il faut parfois se confronter à la vérité et accepter de se dire qu’on a pris la mauvaise route. Oubliez tout et écoutez ce canadien qui se croit…

The Warlocks – The Chain

The Warlocks – The Chain

En 2020, les Warlocks font toujours du Warlocks. Rien ne change à ce détail près que The Chain est sûrement le meilleur disque du groupe depuis… The Mirror Explodes paru en 2009.