Catégories
Chroniques d'albums

DJ Sprinkles presents Kami-Sakunobe House Explosion

chronique : DJ Sprinkles presents Kami-Sakunobe House Explosion

L’actualité de Terre Thaemlitz est chargée en cet automne qui s’annonce puisque Skylax Records l’excellent label qui s’obstine à dénicher d’obscures pépites ressort l’un de ses projets sorti initialement en 2006 : K-S.H.E (Kami-Sakunobe House Explosion) sur Comatonse Recordings. Le E.P. s’intitule sobrement « House Explosion 1 » et c’est encore une fois une house fortement imprégnée de soul, de gospel, de blues et de funk qui déroule son tapis d’arpèges pour les oreilles délicates en mal d’ambiance feutrée et ouatée. Une parenté pas forcément évidente et revendiquée de Terre Thaemlitz saute ici aux oreilles de façon criante quand on écoute le « Down Home Kami-Sakunobe » est celle de Arthur Russell, en effet on retrouve un amour des mélodies veloutées, ciselées dans le disco le plus pur et une touche jazz qui à contrario de trop nombreuses productions estampillées lounge sonne à la perfection et donne une âme supplémentaire au titre.

DJ Sprinkles

« Double Secret (Dub) » vous plonge au cœur d’un club underground comme il y a pu y en avoir au début des années 90, vous savez ces clubs pas connus, peu fréquentés mais où vous alliez car la musique y était de qualité face à la frilosité ambiante de l’époque. « Fuck The Down-Low », le titre le plus court du E.P. est plus pumpin et bondissant et vous donnera envie de pousser les meubles et de transformer votre salon en dancefloor. « Hobo Train » ou les prémices de ce qui fera le succès de Terre Thaemlitz sous son alias DJ Sprinkles et le fabuleux album « Midtown 120 Blues », une deep house, atmosphérique et groovy à mort, chargée d’ambiances disparates qui n’ont jamais si bien sonnées ensemble, là on croise une guitare flamenco accouplée à des pianos tout droit sortis de l’œuvre de Stockhausen, ici ce sont des claps lancinants et hypnotiques accolée à une rythmique purement Detroit . Remercions ici Skylax qui permet à ce disque sorti en 2006 de bénéficier d’une nouvelle exposition puisque le but du label est à l’image des soirées qu’il organise : ramener une vibe old-school voire vintage dans l’univers sclérosé et trop souvent répétitif de la musique électronique.

Terre Thaemlitz est aussi à l’œuvre sur son propre label, Comatonse Recordings et espère sortir d’ici la fin de l’année ou l’année prochaine son nouveau projet « Soulnessless » croisement entre le disque, le DVD et le livre. Terre y injecte encore une fois ses idées, profondément anticléricales et rejetant toute forme de spiritualité. Un nouveau marxiste en quelque sorte œuvrant dans l’ambiant. Pour plus d’infos concernant « Soulnessless » : www.comatonse.com

sortie : 18 septembre 2010

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cela pourrait vous intéresser

DJ Sprinkles - Queerifications & Ruins

DJ Sprinkles – Queerifications & Ruins

DJ Sprinkles – Queerifications & Ruins Il y a des artistes vers lesquels nous nous sentons inexorablement attirés voire liés. Pour moi ils sont une poignée de créateurs dont je pourrai acheter la musique les yeux fermés tant ma confiance en leur musique est inébranlable.
DJ Sprinkles - Where dancefloors stand still

DJ Sprinkles – Where dancefloors stand still

DJ Sprinkles – Where dancefloors stand still Terre Thaemlitz aime à raconter qu’une des légendes de la House Nation est que les clubs sont un oasis à la souffrance mais pour lui bien au contraire la souffrance est ici avec nous. Nous avons chacun une perception bien différente de ce à quoi doit ressembler le…

Skylax 117 & 118

En cet hiver glacial en Europe Skylax Records nous gâte une fois encore en sortant deux pépites signées Terre Thaemlitz.

Interview : Terre Thaemlitz

Est-il encore nécessaire de présenter Terre Thaemlitz ? Touche-à-tout de génie, fondateur du label Comatonse, il se définit lui-même ni homme, ni femme ni même homosexuel, son positionnement transgenre ne cesse de nous interroger. Il devait se produire à la Machine du Moulin Rouge en avril dernier, le label le représentant en France nous avait…

Plus dans Chroniques d'albums

Thurston Moore – By The Fire

Enregistré à Londres avec Debbie Googe de My Bloody Valentine, Steve Shelley de feu Sonic Youth, Jon Leidecker aka ‘Wobbly’ de Negativland, James Sedwards et Jem Doulton, By The Fire rappelle à qui l’aurait oublié que Thurston Moore reste le patron quand il s’agit de faire mumuse avec des pédales de distorsion et de tresser…
Doves - The Universal Want

Doves – The Universal Want

Après des escapades en solitaire fort peu concluantes, les Doves ont décidé de refaire de la musique ensemble. Et le constat est le même qu’en 2000 quand Lost Souls est arrivé dans les bacs des disquaires anglais : ce groupe est le plus doué de sa génération.
The Apartments - In and out out the light

The Apartments – In and Out of the Light

In and Out of the Light est donc le nom du nouvel album des The Apartments. L’oxymore guette la phrase d’ouverture de cette chronique… Chaque chanson des Apartments est un coût pour son auteur, l’australien Peter Milton Walsh qui ne sait pas tricher et qui écrit des chansons en clair-obscur qui illuminent nos journées.
Whitney - Candid

Whitney – Candid

Julien Ehrlich et Max Kakacek de Whitney nous avaient séduit en 2016 avec l’impeccable Light Upon The Lake et nous avaient passablement ennuyé avec Forever Turned Around en 2019. Pour son troisième album, ce duo américain ne prend aucun risque avec un disque composé uniquement de reprises. Et on s’ennuie encore.

Fontaines D.C. – A Hero’s Death

Aussi utile qu’un masque porté sous le nez, le nouveau disque des Dublinois n’est pas la réussite tant attendue. Ni une grande déception. Pire : il ne se passe strictement rien quand on écoute A Hero’s Death qui porte au final bien son nom.